Critique de film : Abuela (2021)




Résumé du film Abuela (2021) : Une mannequin parisienne doit retourner à Madrid où sa grand-mère, qui l’avait élevée, vient de faire un AVC. Cependant, le fait de passer quelques jours avec ce proche se transforme en un cauchemar inattendu.

Ressenti : Paco Plaza, le réalisateur de LA ABUELA, a été remarqué pour la dernière fois pour VERÓNICA, le film bêtement commercialisé par un stratège de Netflix comme le plus effrayant de tous les temps. Le film était décent, mais loin d’être le plus important, et les idiots, qui pourraient aussi bien suivre les vieilles femmes dans la maison au crochet, ont exprimé leur déception de ne pas avoir les yeux explosés en le regardant.

La réputation de Plaza est donc entachée et tout le monde n’a pas apprécié le fait que son film précédent [REC] 3 diffère de ses deux prédécesseurs par des inserts humoristiques. Cependant, il avait aussi ses atouts et on pourrait donc être curieux de voir ce que l’Espagnol présentera comme prochaine film.

Les fans de gores et de slashers bien violents se détourneront une fois de plus de LA ABUELA avec dégoût, car le film crée une chose avant tout : une atmosphère étrange et pesante.
De cette façon, il est plus proche de VERÓNICA que [REC]3, mais en tout cas procède avec sagesse. Le soin initial que Susana ressent, même si elle est arrachée à sa vie passionnante et doit soudainement assumer la responsabilité de Pilar est dépeint de manière crédible et établit un personnage principal sympathique.

Mais toute personne jeune et en bonne santé qui rend visite à ses grands-parents connaît aussi les meubles démodés, les histoires de maladie et de mort, de rides et d’odeurs étranges.
La séduisante Susana se retrouve dans ce monde si contraire au sien, et LA ABUELA montre aussi ce que bien d’autres films laisseraient sans doute de côté : une femme nue de 85 ans et ses excrétions.
Les miroirs sont un motif fréquent dans le film et cela a du sens car alors que la petite-fille est dans la force de l’âge, la grand-mère est proche de la mort.

L’horreur cinématographique réelle se glisse également tranquillement dans l’intrigue. Au début, ce sont les rêves qui tourmentent Susana et sèment le doute, mais au plus tard lorsqu’un « accident » tragique se produit, elle prend peur et son amour pour la vieille femme tourne de plus en plus à l’opposé.

Le filmse déroule dans le présent, mais vous pouvez voir un certain amour pour les années 70 dans le travail de Paco Plaza, qui se manifeste également dans la cinématographie. L’ambiance du film rappelle parfois SUSPIRIA et comme dans La Malediction l’adversaire ne devient pas palpable même par infériorité physique. Tout comme Damien n’était qu’un bambin après tout, ici la grand-mère n’est qu’une vieille femme. Et pourtant l’un et l’autre dégagent une présence menaçante, ici mise en scène sans clichés monstrueux envahissants .

L’inconvénient du film est (ATTENTION SPOIL) qu’il suscite rapidement des associations chez tous ceux qui connaissent La Clé Interdite. Dans les deux cas, une jeune femme doit s’occuper d’une personne âgée et dans les deux cas, le dénouement de l’histoire est très similaire.
Comme il y a environ une décennie et demie entre les deux bandes et que la torsion n’est pas utilisée tout le temps, vous ne devez pas éteindre LA ABUELA même si vous avez des soupçons après 30 minutes. Après tout, le travail a été nominé pour deux Goyas (quasi les Oscars espagnols) pour la musique et les effets spéciaux et a des qualités même si vous savez ce qui se passe.

Conclusion : LA ABUELA est une horreur proprement mise en scène. Le mot « étrange » a été inventé pour de telles œuvres.

Complément d’infos :

La abuela Horror | Janvier 28, 2022 (Spain) 6.7
Réalisateur: Paco Plazascénariste: Carlos VermutActeurs: Almudena Amor, Michael Collis, Pierre-François GarelSynopsis: A Paris model must return to Madrid where her grandmother, who had brought her up, just had a stroke. But spending just a few days with this relative turns into an unexpected nightmare.

Photos


Voir les photos >>

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 1 Average: 4]
A propos Frere Yannick 1321 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire