Critique de film : Inside (2023)

Last Updated on 13 octobre 2023 by Frere Yannick

Résumé du film Inside (2023) : Une adolescente indienne-américaine en mal d’identité culturelle se dispute avec son ancienne meilleure amie et, ce faisant, libère à son insu une entité démoniaque qui devient plus forte en se nourrissant de sa solitude.

Ressenti : Inside, un film d’horreur cucul avant Halloween, trouve un équilibre entre l’ancien et le nouveau mais il aurait pu utiliser beaucoup plus de ce dernier car, lorsque le réalisateur Bishal Dutta tente pour la première fois d’injecter de la nouveauté dans la formule, il réussit à donner à son film sa propre niche au sein de deux sous-genres surchargés avec des moments d’intrigue lorsqu’il oscille entre une malédiction et film de monstres pourraves.

Le fait qu’un adolescent indien-américain soit le personnage principal d’un film d’horreur à grand tirage distingue déjà le film. Le film fonctionne mieux lorsque Dutta, qui est également le scénariste, essaie de refroidir plutôt que de choquer son public. Dutta tente de tisser des questions d’assimilation et d’identité par le biais d’une série prévisible de jump scares généralement inutiles et d’éléments de décor marginalement plus efficaces. Megan Suri, qui a également joué dans Missing et Never Have I Ever, incarne Samidha, parfois connue sous le nom de Sam, une adolescente qui tente de s’intégrer dans un lycée majoritairement blanc. Sa mère tient absolument à ce que les traditions occupent une place importante dans sa vie. Comme dans Heathers et Vampires vous avez dit Vampires ? avant lui, cela l’a éloignée de Tamira, son autre amie indienne-américaine. Le film aborde également la question intrigante de l’abandon d’un ami pour progresser sur le plan social.

 

Sam est à la fois alarmé et agacé par le comportement de plus en plus bizarre de Tamira, qui rôde dans les environs, échevelée et insistant sur le fait qu’il se passe quelque chose d’infâme. Mais alors qu’elle disparaît, il devient évident qu’elle avait raison au sujet d’une malédiction associée à des personnes d’une ascendance particulière.

Il s’agit d’un esprit démoniaque connu sous le nom de Pishach qui apparaît dans la mythologie hindoue, mais qui est en fait une variante d’une créature qui est déjà apparue dans une tonne de films d’horreur. Il adhère aux ombres, se nourrit de chair et de terreur et hante les cauchemars de ceux qui font la queue derrière eux. Bien que les bruits ne soient pas originaux, la créature est bien plus efficace lorsque l’accent est mis sur le design sonore. Plus on en voit, moins on a envie d’en voir et quand on a la vue d’ensemble, elle ressemble le plus à l’hybride humain-alien stupide à la fin d’Alien : Resurrection, les ricanements de moquerie étouffant tout cri.

Avec une classification (-13) et un récit sur un démon mangeur de chair, le film est condamné dès le départ, mais l’atmosphère lisse et inquiétante de Dutta et son utilisation efficace de l’obscurité compensent presque cela. Son film n’est rien de moins qu’une démo convaincante pour des projets de genre plus importants. Le deuxième prénom de la pauvre mère de Sam peut très bien être une exposition, par exemple, mais même dans les moments les plus faibles de son scénario, un personnage émerge, et les moments plus spécifiques ajoutent une texture bien nécessaire à l’intrigue d’horreur plus formelle en soulevant des questions difficiles et non résolues sur la culpabilité de l’immigrant et la réinvention culturelle.

Pour resumer  : Bien que certaines des métaphores d’horreur actuelles de Bishal Dutta puissent être grossières, elles peuvent aussi être d’une efficacité et d’une morosité flagrantes dans certaines scènes. Le film s’achève sur une note finale sans surprise mais troublante. Il y a des raisons de penser que Dutta trouvera plus de choses la prochaine fois ; il lui faudra peut-être simplement creuser un peu plus. It Lives Inside se trouve lui-même pour un petit moment.

Complément d’infos :

It Lives Inside | 22 septembre 2023 (États-Unis) Synopsis: An Indian-American teenager struggling with her cultural identity has a falling out with her former best friend and, in the process, unwittingly releases a demonic entity that grows stronger... Tout lire
Pays: États-UnisLangues: Anglais, Hindi

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

By Frere Yannick

Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décenniesRédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts