Critique de film : The Blackening (2023)

Last Updated on 8 juillet 2023 by Frere Yannick

Résumé du film The Blackening (2023) : Sept amis noirs partent en week-end et se retrouvent piégés dans une cabane avec un tueur qui a une vendetta. Leur intelligence de la rue et leur connaissance des films d’horreur les aideront-ils à rester en vie ?

Ressenti : Au cours des cinq dernières années, une vague de films d’horreur et d’émissions télévisées noirs qui explorent et exploitent les relations raciales contemporaines et historiques à des fins d’épouvante a vu le jour en réponse au film phare Get Out de Jordan Peele. Le problème est que, à l’exception du dernier Nope de Jordan Peele, la plupart de ces tentatives – d’Antebellum et Candyman à Lovecraft Country de HBO et Them de Prime Video  ont été au mieux floues et au pire réductrices, ne parvenant pas à trouver un équilibre entre les coups de pied gores du genre et les nouvelles perspectives sociopolitiques. The Blackening, sélectionné par Midnight Madness au Festival international du film de Toronto cette année est le point le plus bas de cette tendance. Il a une accroche brillante, mais ne sait pratiquement pas comment la mettre en œuvre de manière divertissante.

L’intrigue de The Blackening, qui s’inspire d’un sketch éponyme de quatre minutes et demie de 3Peat Comedy diffusé sur Comedy Central en 2018, est simple mais astucieuse : si les Noirs sont stéréotypiquement toujours les premiers à mourir dans les films d’horreur, que se passerait-il si un film d’horreur était exclusivement peuplé de personnages noirs ? Tim Story, le réalisateur de Barbershop et Shaft, utilise l’intrigue d’un groupe de camarades de lycée qui se réunissent dans un pavillon dans les bois le 19 juin pour une réunion décennale pour tenter de répondre à cette question sans la poser directement. Tous ces gens sont noirs ; les seules personnes blanches que l’on voit sont un géant borgne effrayant derrière le comptoir d’une supérette, un homme âgé dans une station-service délabrée et un garde forestier (Diedrich Bader).

The Blackening est centré sur Morgan (Yvonne Orji) et Shawn (Jay Pharoah), les organisateurs de l’événement, alors qu’ils préparent la cabane pour l’arrivée de leurs compagnons avant qu’aucun de ces tueurs caucasiens potentiels ne soit présenté. Shawn découvre une salle de jeu sinistre où se trouve le jeu de société The Blackening, qui comporte en son centre une grande caricature raciste de visage noir, interférant avec leurs préparatifs. Les deux hommes sont manifestement dégoûtés par ce « Sambo », et ils sont encore plus choqués par le fait que le visage leur demande de choisir une carte à poser : Nommez un personnage noir qui a survécu à un film d’horreur. Le plus proche que Shawn puisse approcher est Jada Pinkett Smith et Omar Epps de Scream 2. Morgan le corrige en lui disant qu’il se trompe, mais la comparaison est intentionnelle et préfigure l’horrible fin du couple.

Peu après, l’avocate Lisa (Antoinette Robertson), son meilleur ami gay Dewayne (Dewayne Perkins) et la biraciale Allison (Grace Byers) arrivent à la cabane. Ils y rencontrent Lothario Nnamdi (Sinqua Walls), qui a secrètement renoué avec son ex-avocate Lisa, au grand dam de Dewayne, et l’ex-membre d’un gang King (Melvin Gregg). Bientôt, Shanika (X Mayo) et Clifton (Jermaine Fowler), la première vulgaire et le second extrêmement geek se joignent à eux. Comme personne ne semble se souvenir ou connaître Clifton, qui prétend que Morgan l’a invité à cet événement, Clifton est lui aussi rapidement oublié. The Blackening est un film d’horreur qui tente ostensiblement d’effrayer mais qui ne peut s’embarrasser de cacher ses tournures évidentes, de sorte que sa présence ne semble pas inquiéter grand monde.

Lorsque tout le monde est réuni, le groupe décide de jouer à une partie de pique en buvant le Kool-Aid épicé extrêmement sucré de King et en prenant un tas de d’XTC. Clifton, le paria, est incapable d’apprendre les règles du jeu car il est trop faible pour persuader qui que ce soit de les lui expliquer. Le scénario de Perkins et Tracy Oliver accorde aux personnages un temps de développement excessivement libéral, dont la majeure partie est consacrée à des bavardages insignifiants sur l’état de la relation entre Lisa et Nnamdi, agrémentés de coups de gueule sur la relative noirceur de chacun des amis. La troupe tombe sur The Blackening et, après avoir été testée sur l’histoire des Noirs, le maître de cérémonie offensif du jeu leur dit que, pour survivre, ils doivent sacrifier l’ami qui est le plus noir. Au début, ce sujet est exploité pour des répliques tendues comme Allison qui ressemble à un zèbre parce que son père est blanc mais il devient plus pertinent par la suite.

Le débat alambiqué qui s’ensuit tente de faire la lumière sur les sentiments raciaux individuels des Noirs américains, mais il se transforme surtout en une série de blagues médiocres qui mènent à une attaque facile contre Donald Trump. Il s’avère que le noircissement est un outil utilisé par un tueur monstrueux qui poursuit sa proie en brandissant une arbalète et en actionnant les portes et les lumières de la maison. Le tueur est vêtu d’un masque de blackface dérangé. Le démon est un imitateur de Jason Voorhees-Michael Myers qui a également quelques tours de passe-passe à la Jigsaw dans son sac. Il est à peu près aussi terrifiant qu’un poisson rouge moyen et aussi dangereux ; bien qu’il soit un tireur d’élite, le méchant s’avère terriblement inapte à commettre de véritables meurtres, blessant quelques cibles et se blessant lui-même au cours de plusieurs rencontres aussi maladroites et ennuyeuses que les tentatives de comédie de l’intrigue.

La situation est aggravée par le fait que Story et compagnie font en sorte que leurs protagonistes dénigrent certaines options tactiques comme étant une folie classique des Blancs avant de s’engager dans la même conduite idiote pour des raisons complètement illogiques.

Pour résumer : The Blackening ne parvient pas à mettre en scène son action de manière claire ; le réalisateur filme la majeure partie de celle-ci dans des scènes sombres et obscures qui rendent le tout terne et flou. L’incapacité du film à gérer la lumière et les ombres, le ton est appropriée si l’on considère son langage tout aussi maladroit concernant la race. Un film a voir mais sans plus …

Complément d’infos :

The Blackening | 16 juin 2023 (États-Unis) Synopsis: Seven black friends who go away for the weekend only to find themselves trapped in a cabin with a killer who has a vendetta. Will their street smarts and knowledge of horror movies help them... Tout lire
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Frere Yannick
the authorFrere Yannick
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Rédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire