12 personnages de psychopathes de films basés sur de vraies personnes



Alors que de nombreux films d’horreur sont à la fois passionnants et terrifiants, la majorité des gens qui les regardent peuvent se coucher le soir avec un esprit clair parce qu’ils savent que les terreurs qu’ils viennent de voir ne sont pas réelles. Mais même si les zombies mangeurs de chair et les loups-garous assoiffés de sang n’ont pas de base réelle dans la réalité, il y a quelques films effrayants qui sont en fait fondés sur la réalité.

Si vous êtes curieux de connaître les inspirations de la vie réelle derrière certains méchants d’horreur vraiment fantastiques et inoubliables, jetez un œil à la liste ci-dessous.

1 : La Colline a des yeux  (1977 & 2006)

Peu importe si vous êtes un fan du classique de Wes Craven à la fois granuleux et tranchant ou du remake d’Alexandre Aja horrible et narrativement élégant, la plupart des gens peuvent s’entendre sur le fait que l’histoire derrière La Colline a des yeux est très troublante. L’histoire de la famille américaine sur un road trip à travers le pays, tombée dans une embuscade, violée, assassinée et mangée par une famille de cannibales vivant dans des grottes est aussi pétrifiante que possible avec toute l’intensité brute que possèdent les deux incarnations, c’est vraiment criminel à quel point les deux films sont sous-estimés.

Bien qu’il n’y ait pas eu de clans de cannibales connus pour avoir vécu dans le désert du Nevada, les montagnards (consanguins dans le film de Craven, endommagés par les essais nucléaires à Aja) ont été modelés sur un légendaire clan mangeur d’hommes du XVIe siècle sous le patriarche Sawney Bean . Lorsque Bean et sa femme ont décidé qu’une vie honnête ne leur convenait pas, ils ont déménagé dans une grotte en Écosse où il a mené une vie de vol et de meurtre. Dans un souci d’économie avec les ressources disponibles, les Bean se sont débarrassés des cadavres en les utilisant comme source de nourriture. Après quatorze enfants et des dizaines de petits-enfants consanguins, la famille Sawney Bean avait besoin d’un assez grand nombre de cadavres pour se nourrir.

Une fois l’existence de la famille découverte, le roi James VI d’Écosse a mené une chasse à l’homme de 400 personnes a capturé toute la famille et les a exécutés.

2 : M (1931)

Pour la plupart des gens, le nom Fritz Lang évoque le grand-père des films de science-fiction Metropolis. Alors que le fil futuriste des clivages de classe est le film le plus célèbre de l’auteur allemand, Lang a toujours considéré son chef-d’œuvre comme le subtilement intitulé M – Eine Stadt sucht einen Mörder (“M – Une ville cherche un meurtrier”). Visuellement émouvant mais simple dans l’intrigue, M suit les habitudes nocturnes macabres de Hans Beckert (Peter Lorre), un homme qui aime siffler Edvard Grieg et tuer des petites filles.

La prémisse de M est assez terrifiante, mais la partie la plus effrayante de la fictive Beckert est qu’il est en fait une version beaucoup plus docile du tueur en série allemand du début du 20e siècle Peter Kürten, connu sans affectation comme le vampire de Düsseldorf et le monstre de Düsseldorf parce qu’il supposait avoir bu le sang humain. Victime d’une enfance abusive, Kürten se livra à sa fameuse série de dix mois d’agressions sexuelles et de meurtres en 1929. Après son arrestation et son procès (où il voyait son mobile comme un plaisir sexuel), il a été exécuté par guillotine en 1931.

3 : Le Crocodile de la mort (1976)

Eaten Alive adopte une approche timide de la légende du tueur en série du Texas Joe Ball avec un fac-similé mentalement perturbé nommé Judd (joué par Neville Brand). Propriétaire de l’hôtel Starlight, Judd n’excelle pas dans l’interaction humaine. Porté à tuer quiconque le dérange, le seul ami de Judd semble être son alligator de compagnie auquel il nourrit ses victimes. Après avoir envoyé une prostituée capricieuse, Judd reçoit un certain nombre de personnes à la recherche du lieu où se trouve la femme qui finissent par rencontrer des destins similaires.

Les psychos redneck de backwoods ont été un sujet si commun dans le domaine des films d’horreur qu’il est devenu un sous-genre unique avec des champions cinématographiques comme Straw Dogs et Delivrance. Alors que la plupart des terrifiants hillbillies de l’histoire du cinéma sont le résultat d’une peur naïve, le film moins connu de Tobe Hooper se trouve être ancré dans la réalité. Connu dans le monde du folklore texan comme «l’homme alligator» et «le boucher d’Elmendorf», Joe Ball était un tueur en série reconnu coupable d’avoir tué deux femmes et soupçonné d’en avoir tué vingt autres dans les années 1930 à son domicile d’Elmendorf, au Texas. à un étang rempli de six alligators pour animaux de compagnie.

4 : Hostel: Part II (2007)

Le deuxième volet de la série porno torture est absolument une encyclopédie de façons tordues de tuer des gens. Plonger plus profondément dans le monde de “Elite Hunting”, Hostel: Part II suit trois touristes américaines dont les vies sont vendues aux enchères à des sociopathes aisés du monde entier. Les décès sont incroyablement créatifs et avoir le caméraman du directeur de Cannibal Holocaust  Ruggero Deodata comme client avec le goût de manger des gens vivants est brillant  mais le meurtre le plus brutal tombe sur une pauvre fille (Heather Matarazzo) qui est accrochée au plafond et tranchée par un femme nue (Monika Malacova) qui se trouve en dessous et baigne dans son sang.

Bien qu’Eli Roth ait démontré que son imagination est suffisamment déformée pour avoir imaginé une telle atrocité par lui-même, il a en fait volé cette horreur dans les livres d’histoire. Nommée par le Livre Guinness des records comme la tueuse en série la plus prolifique de l’histoire connue, Elizabeth Bathory était une noble hongroise du XVIe siècle qui a été jugée pour le meurtre de plus de 650 jeunes femmes sur une période de vingt-cinq ans; elle a subi une grande variété de tortures dignes de Hostel, y compris les morsures, les brûlures, le gel et la famine.

5 : Le Silence des agneaux (1991)

Il y a beaucoup de tueurs de films d’horreur qui s’inspirent indéniablement horribles Ed Gein très notamment  Norman Bates de Psychose et Leatherface de Massacre à la Tronçonneuse (qui seront discutés plus tard dans cette liste) et le travesti, Buffalo Bill amoureux des papillons du Silence des agneaux , joué à la perfection  par Ted Levine, se trouve être également un tel personnage. Mais le méchant que la plupart des gens ne semblent jamais réaliser avait également des inspirations de la vraie vie était le psychiatre diabolique Hannibal Lecter (joué par Anthony Hopkins).

L’astuce et la ruse du Dr Lecter ont été largement conçues par le romancier Thomas Harris, mais l’auteur a récemment révélé que le personnage était calqué sur une vraie personne. Pendant des années, les gens ont spéculé que Lecter était la manifestation littéraire d’Albert Fish ou de Tsutomu Miyazaki, qui étaient tous deux des cannibales reconnus coupables, mais dans une interview de 2013, Harris a révélé que le chirurgien mexicain et meurtrier accusé Alfredo Ballí Treviño était la véritable influence de Lecter. Harris a rencontré Treviño dans les années 1960 alors qu’il était journaliste et a appris comment il avait tué et démembré l’une de ses victimes et avait fourré les parties du corps dans une petite boîte. Bien que Treviño ait été initialement condamné à mort, il a été libéré de prison en 1981 et a continué à pratiquer la médecine jusqu’à sa mort en 2009.

6 : The Town That Dreaded Sundown (1976)

À moins que vous ne soyez un grand fan des films d’horreur des années 70, vous ne serez probablement pas familier avec ce film slasher pré-Halloween de Charles B. Pierce. Se déroulant dans les premiers mois de 1946, l’histoire suit les ébats d’un homme cagoulé (Bud Davis) qui tient la ville de Texarkana, au Texas dans la peur avec une chaîne macabre d’agressions et de meurtres. Si vous connaissez le film ou son récent remake de 2014, vous savez probablement déjà qu’il est basé sur l’histoire vraie des meurtres au clair de lune de Texarkana.

Connu uniquement sous le nom de «Phantom Killer» ou de «Phantom Slayer», un agresseur cagoulé qui n’a jamais été identifié a fait des ravages dans la ville frontalière Texas / Arkansas au cours des premiers mois de 1946, juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Signalé dans les journaux du pays, le tueur a tué cinq hommes et femmes et en a blessé trois autres entre les mois de février et mai.

7 : Misery (1990)

Paul Sheldon (James Caan) aime sa vie en tant que célèbre romancier et créateur de la célèbre série romantique Misery Chastain, mais se lasse d’écrire de l’eau de rose et souhaite faire un sérieux changement dans sa carrière. Mais en rentrant chez lui après avoir terminé son dernier manuscrit de Misery au milieu d’un hiver du Colorado, il se retrouve dans un accident de voiture. Quand il se réveille, cloué au lit avec deux jambes cassées et une épaule luxée, il se retrouve aux soins de l’ancienne infirmière Annie Wilkes (Kathy Bates) qui se trouve être la «fan numéro un» de Sheldon. Mais au fur et à mesure qu’il apprend à connaître Annie, il devient très conscient qu’elle est incroyablement déséquilibrée et qu’elle est bientôt victime de sa folie.

Stephen King est bien connu pour ses influences littéraires inspirées de la littérature ancrées dans le monde réel. La plupart du temps, il puise dans ses propres peurs et expériences, la psychopathe de la misère Annie Wilkes était vaguement basée sur le tueur en série d’enfants Genene Jones. L’infirmière pédiatrique a été soupçonnée d’avoir tué quarante-six nourrissons (le nombre exact de victimes est inconnu), leur ayant injecté des paralytiques dans le but de les raviver pour recevoir les éloges des parents de ses patients et de ses pairs. En 1985, elle a été condamnée à une peine de quatre-vingt-dix-neuf ans dans une prison pour femmes du Texas, plus une peine subséquente de soixante ans, mais à du être libérée en 2017 en raison des lois du Texas en vigueur pour empêcher la surpopulation carcérale.

8 : Henry, portrait d’un serial killer (1986)

Il y a une raison pour laquelle Henry, portrait d’un serial killer, le premier long métrage du réalisateur John McNaughton, est largement considéré par les fans d’horreur comme l’un des films les plus effrayants jamais réalisés  parce que Henry (joué par Michael Rooker), à toutes fins utiles est le héros de l’histoire. Au lieu de laisser le public suivre les sympathies des victimes du meurtrier, ils sont alternativement forcés de jouer au spectateur la folie meurtrière du personnage principal et de son colocataire / complice.

Le film est sans vergogne directement inspiré des crimes d’Henry Lee Lucas, que nous suivons alors qu’il voyage à travers le pays en tuant diverses victimes au hasard par la méthode qui lui convenait le mieux à l’époque. Après son arrestation, Lucas a avoué avoir tué des centaines de personnes. Il n’a été reconnu coupable que des meurtres de onze personnes et les simples calculs ont éliminé la possibilité de nombreux meurtres appartenant à Lucas; en même temps, il aurait également eu connaissance de meurtres non résolus que seul l’auteur aurait connu, ajoutant énormément au mystère de l’histoire d’horreur de la vie réelle.

9 : Wolf Creek (2005)

Liz, Kristy et Ben (Cassandra Magrath, Kesti Morassi et Nathan Phillips) profitent de leur temps pour faire la fête et conduire en Australie. Mais lors d’un arrêt dans le parc national de Wolf Creek, le trio rencontre des problèmes de voiture insoupçonnés. Lorsqu’un homme du coin, Mick (John Jarratt), propose de l’aider, le groupe est réticent mais l’accepte sans tenir compte de ses véritables intentions. Après avoir été drogués, ils se réveillent pour se retrouver en proie à un tueur sérieusement dérangé.

Le “Ocker-shocker” n’a pas été bien reçu par les critiques en raison de sa violence agressive et de son sanglant, comme les films d’horreur les plus bruts ont tendance à l’être. Bien que Mick soit un personnage fictif, be était en réalité un amalgame de vrais meurtriers. Bradley John Murdoch serait une de ces influences, accusé d’avoir tué un touriste britannique et d’avoir agressé sa petite amie; parce que le procès de Murdoch était en cours lors de la sortie du film, le tribunal a imposé une injonction sur le film afin de ne pas influencer le résultat du procès. L’autre modèle de l’antagoniste du film serait Ivan Milat, connu pour une série de sept meurtres appelés «les meurtres des routards», qui ont battu, poignardé, abattu, étranglé et décapité ses victimes.

10 : Vorace (1999)

Le capitaine John Boyd (Guy Pearce) est un héros de la guerre américano-mexicaine, mais lorsqu’un général désapprobateur est chargé de sa promotion, Boyd est envoyé dans le Fort Spencer, dans les montagnes de la Sierra Nevada. Au fort, Boyd rencontre un homme criblé de gelures nommé Colqhoun (Robert Carlyle) qui admet avoir à recourir au cannibalisme pour rester en vie. Après avoir entendu qu’il s’était presque instantanément remis de ses blessures d’engelures après avoir été soigné, un guide amérindien nommé George (Joseph Runningfox) avertit Boyd que le Colqhoun pourrait être un Wendigo, un homme qui devient une créature démoniaque immortelle après avoir consommé la chair de son prochain homme. Lorsque Boyd va enquêter sur la grotte, il souhaite désespérément avoir tenu compte des avertissements de George.

Bien que Ravenous soit un film d’horreur de comédie noire profondément étrange et tordu, la muse de l’écrivain Ted Griffin n’a rien de drôle pour son antagoniste implorant la chair humaine. Bien qu’il soit en partie inspiré par la célèbre expedition Donner, Griffin a tiré l’essentiel de son inspiration d’Alfred Packer, un prospecteur qui a avoué avoir survécu à un hiver du Colorado pris au piège dans les Rocheuses après avoir cannibalisé les cinq hommes avec lesquels il voyageait. Bien qu’initialement reconnu coupable de meurtre, un nouveau procès ne l’a reconnu coupable que d’homicide involontaire coupable, ce qui l’a condamné à quarante ans de prison.

11 : Tueurs nés (1994)

Oliver Stone est un réalisateur qui connaît la controverse, si ce n’est pour faire Tueurs nés, un film qui semble être aussi loué que décrié. Basé sur un scénario de Quentin Tarantino, le film régalera la folie meurtrière sanglante des amants Mickey (Woody Harrelson) et Mallory (Juliette Lewis). De nombreux critiques ont vilipendé la satire comme une glorification d’un crime horrible, mais la vraie peur aurait dû venir de savoir que les événements du film ne sont pas entièrement fictifs.

Étudiant en cinéma, Tarantino était sans aucun doute familier avec des films comme Badlands et Kalifornia, des films inspirés par la folie meurtrière de l’adolescent Charles Starkweather et de sa jeune petite amie Caril Ann Fugate. De décembre 1957 à janvier 1958, le natif du Nebraska âgé de dix-neuf ans a tué un total de dix personnes. Bien qu’il n’ait été jugé que pour le meurtre d’une de ses victimes, Starkweather a été reconnu coupable et exécuté dix-sept mois après sa condamnation; Fugate a été condamné à la prison à vie pour avoir participé volontairement aux crimes, mais a été libéré sur parole après avoir purgé dix-sept ans.

12 : Massacre à la Tronçonneuse (1974)

Même si le célèbre meurtrier Ed Gein n’a eu que deux meurtres confirmés, l’enquête sur le domicile du natif du Wisconsin après son arrestation a montré qu’il avait un penchant pour les mutilations post mortem. Parmi les choses que la police a découvertes faites de restes humains, il y avait des leggings en peau humaine, des bols en crânes humains, une boîte pleine de parties génitales féminines démembrées et une ceinture en mamelons humains, pour n’en nommer que quelques-uns. Après un procès, Gein a été reconnu coupable et confiné dans un établissement psychiatrique où il est finalement décédé en 1984. Avec une réputation aussi odieuse, il est facile de comprendre pourquoi il se trouve être l’une des inspirations incontournables du cinéma d’horreur, l’un des la plus vivante étant la boucherie Leatherface (Gunnar Hansen) de Massacre à la Tronçonneuse.

Un groupe de jeunes part en voyage dans le pays pour s’occuper de la tombe de leur grand-père et visiter son domicile. Mais après une rencontre malheureuse avec un auto-stoppeur (Edwin Neal), la chance du groupe commence à s’épuiser rapidement alors que les circonstances les mettent face à face avec le tueur psychopathe brandissant la tronçonneuse et se travestissant, Leatherface. Malheureusement, après sept épisodes / remakes et un huitième film en cours de route, le démon celluloïd est presque devenu une plaisanterie. Et pourtant, bien que le classique original de Tobe Hooper ne soit pas le plus horrible de la franchise, il y a peu de films aujourd’hui qui résistent à l’intensité naturelle du film, rendus encore plus brutaux avec la connaissance de son homologue de la vie réelle.



Frere Yannick
A propos Frere Yannick 737 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*