Art le Clown de ‘Terrifier’ serait il la nouvelle icône du film d’horreur de la décennie ?

Le ‘Torture porn‘ faisait fureur dans les années 2000. Des films comme les franchises Hostel et Saw ont dominé nos écrans. Nous avons goûté des litres de sang et en voulions plus, beaucoup plus. À bien des égards, Le ‘Torture porn dans les tendances de l’horreur pendant les périodes de nihilisme général ont tendance à se produire pendant les moments de conflits politiques. Certains ancêtres comme La dernière maison sur la gauche et massacre à la tronçonneuse sont apparus pendant la guerre du Vietnam, et la soif de meurtres complètement brutaux et mesquins est revenue après le changement culturel qui a surgi après le 11 septembre. Pendant longtemps, les slashers emblématiques d’antan ont été échangés contre des actes de violence plus aléatoires. Au bout d’un moment, le simple fait d’exister est devenu bien plus effrayant que les célèbres tueurs masqués traquant des étudiantes sans méfiance. Après que Scream ait attrapé la foudre dans une bouteille avec Ghostface, il semblait que les slashers avaient atteint un certain niveau. Toute nouvelle tentative de création d’un slasher original donnait l’impression qu’ils ne pouvaient tout simplement pas secouer la pression pour inclure une sorte de méta-couche auto-référentielle. Pendant longtemps, les nouveaux venus dans le genre slasher n’étaient à jamais condamnés à vivre dans l’ombre du chef-d’œuvre de Wes Craven, c’est-à-dire jusqu’à ce que Art le Clown de la franchise Terrifier de Damien Leone éclate sur la scène avec un sac poubelle apparemment sans fond.

Les icônes de slasher ont tendance à parler d’un aspect de l’anxiété découlant principalement d’expériences de jeunes adultes. Michael Myers a secoué les baby-sitters dans les banlieues, Jason Voorhees a obligé les monos des camps de vacances à échanger de la crème solaire contre du sang, et Ghostface nous a fait regarder du côté de nos amis qui aimaient un peu trop les films d’horreur. Les slashers sont devenus en grande partie le symbole des exécuteurs moraux pour les adolescents qui ne pouvaient tout simplement pas rester en dehors du pantalon de l’autre et loin de l’alcool et de la drogue ‘Off Course’. Alors, qu’est-ce qui rend Art le Clown si attrayant? D’une manière ou d’une autre, Art parvient à se mettre sous la peau des téléspectateurs sans avoir un héritage de 20 ans à son actif. Au cours des dernières années, Torture porn a été échangée contre davantage d’interprétations d’art et d’essai de récits d’horreur classiques. Cependant, Art (David Howard Thornton) a prouvé que nous avons peut-être envie de nos peurs sous une autre forme. En tant que mariage parfait du Torture porn nihiliste du début des années 2000 et de la culture des mèmes du milieu des années 2010 à aujourd’hui, Art donne un gros ‘VAS CHIER’ au symbolisme à combustion lente et à l’imagerie méditative à travers ses affichages graphiques incessants d’ultra-violence.

Terrifier | 15 mars 2018 (Royaume-Uni) Synopsis: Un clown démoniaque terrorise trois jeunes femmes le soir d'Halloween et tous le monde qui se dresse sur son chemin.
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Le Rire dérangeant

Semblable aux icônes de slasher avant lui, il continue de faire appel aux angoisses culturelles actuelles en utilisant l’humour tout en promulguant des actes aussi violents. Bien que l’emploi de l’humour par Art ne lui soit pas nécessairement unique, le niveau de gore qui l’accompagne l’est définitivement. Bien sûr, nous avons vu beaucoup de piratage et de slashing de nos jours, mais l’art a tendance à aller un peu plus loin que ce à quoi nous sommes habitués. Finis les meurtres rapides et les représentations caricaturales de la mort et viennent des plans de caméra persistants où les corps ne sont pas seulement poignardés, mais cruellement violés jusqu’à ce qu’ils soient des globes de chair méconnaissables et des punchlines pour des blagues. Après de longues séquences exténuantes dans lesquelles Art brutalise méticuleusement les corps, il ne manque jamais d’inclure un sourire ou un geste au bon moment qui nuit immédiatement au chaos absolu à l’écran. Je veux dire, il verse littéralement du sel sur la plaie dans Terrifier 2 et pose le corps sous un signe qui dit effrontément « béni ». Dans le premier film, on voit Dawn (Catherine Corcoran) coupée en deux avant de prendre un selfie avec son cadavre. L’art nous permet de contempler la mort mais nous laisse toujours avec une blague avant que nous puissions saisir la gravité de ce dont nous venons d’être témoins. Si un slasher est une réponse à la façon chronique dont nous sommes tous en ligne, c’est de l’art.

Tout comme l’art, il semble que nous ne parvenions plus à prendre quoi que ce soit au sérieux. Dans une large mesure, au risque de paraître un peu mélodramatique, Internet a considérablement provoqué une certaine désensibilisation à la terreur réelle. En deux coups de pouce, nous pouvons faire défiler notre chronologie et tomber sur des articles de presse relatant les atrocités mondiales pris en sandwich entre de jolies photos de chats ou les dernières tendances virales. Avouez-le, il est beaucoup plus courant de tomber sur une mer de blagues réactionnaires sur la politique que de les suivre. Tout comme Terrifier, en quelques secondes, notre attention est détournée des réalités de la vie quotidienne et dans des mèmes qui parviennent à faire la lumière sur notre spirale continue vers la mort inévitable de l’univers. Si les premières itérations relativement sans humour de la torture porn reflétaient une peur sociétale généralisée de nos propres mortalités à la suite de la guerre et des troubles sociaux, l’attrait de la marque particulière de dépravation d’Art est révélateur de la façon dont ces peurs sont devenues facilement ignorées. Nous n’avons jamais été aussi interconnectés que nous le sommes maintenant et Art capitalise sur ce sentiment de surexposition sans espoir. D’un coup de génie, Damien Leone a réussi à créer un croque-mitaine qui incarne parfaitement ce phénomène et le public le dévore en le regardant massacrer à tout vas.

L’essor de l’univers cinématographique artistique

Apparemment en réponse directe à notre lassitude envers la violence, les films Terrifier composent tout ce que nous pensons savoir sur le genre jusqu’à 10. Le gore ne s’arrête jamais, et les décors élaborés font que d’autres films d’horreur ressemblent à un jeu d’enfant. Leone sait ce que veut son public et il le reçoit en abondance. Alors que le premier film nous donne juste assez d’art pour nous familiariser, le second apparaît comme la première véritable épopée de slasher grindhouse dont personne ne pensait avoir besoin. Juste au moment où l’on pourrait penser que Terrifier 2 choisirait d’adopter une approche plus classique de la formule slasher que son prédécesseur, notre dernière fille Sienna (Lauren LaVera) est imprégnée de sa propre résilience surnaturelle. Dans le véritable esprit de l’excès, qui a dit que notre dernière fille ne pouvait pas être aussi invincible ou intensément durable que son homologue meurtrière ? Les fans d’horreur ont enfin obtenu leur équivalent à Wonder Woman sous la forme de la dernière fille la plus badass. Pour la première fois depuis des décennies, Damien Leone a réussi à donner aux attentes des vétérans de l’horreur chevronnés une course pour leur argent et les gens le ressentent.

Terrifier 2 est sorti en salles le 6 octobre et la demande de projections s’est rapidement propagée comme une traînée de poudre. Des photos virales ont montré des clients du théâtre qui ont vomi et se sont évanouis pendant le film, avec des ambulanciers paramédicaux à leurs côtés, ce qui n’a fait que renforcer son attrait. Regarder Terrifier 2 dans les salles est presque un insigne d’honneur à ce stade. Semble familier? Pour de nombreux fans d’horreur, il semblait que nous ne reverrions plus jamais le type de mystique qui accompagnait les expériences théâtrales de films comme L’exorciste ou Le projet Blair Witch dans un passé où de telles réactions viscérales à un film semblaient possibles. Damien Leone a montré que les films d’horreur peuvent encore atteindre ce niveau de notoriété malgré notre tolérance apparemment plus élevée pour le spectacle de la mort. Si l’histoire de l’horreur nous a montré quelque chose, ce sont les films où l’expérience transcende l’écran qui deviennent immortels. À travers le choc, la crainte et des tonnes de sang, Art a réussi à changer une fois de plus le paradigme de l’horreur. Le monde s’effondre, mais nous pouvons encore rire… n’est-ce pas ?

Terrifier 2 Synopsis:
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 2 Average: 4.5]
A propos Frere Yannick 1561 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire