Critique de film : Body Snatchers



Résumé du film Body Snatchers (1993) : Deuxième remake du célèbre film de Don Siegel, L’Invasion des profanateurs de sepultures. Dans cette version, les héros unissent leurs efforts pour lutter contre les extraterrestres mais aussi pour se battre contre une société déshumanisée.

Ressenti : Abel Ferrara est le troisième réalisateur à s’attaquer à « L’invasion des profanateurs« , la parabole méchamment prémonitoire des années 50 de l’auteur Jack Finney sur la conformité inconsciente dans laquelle les êtres humains sont remplacés par des répliques sans âme venat du fin fond de l’espace pendant leur sommeil. Malheureusement, celui-ci est lui-même une réplique sans âme du modèle de 1956 de Don Seigel et de la mise à jour de 1978 de Philip Kaufman.

Gros plan sur le personnage et l’intrigue, ce remake s’installe sur des effets de transformation lisses et écœurantes et minimise son public cible. Il y avait peu d’effets dans l’original et aucune transformation à l’écran; maintenant ce sont les principales attractions qui auraient du etre pour ce énième remake. Et là où ses prédécesseurs étaient pratiquement dépourvus d’enfants, ce « Body Snatchers » se concentre sur les épreuves et les tribulations de l’adolescente pétulante de Marti Malone (Gabrielle Anwar). D’une manière ou d’une autre, l’angoisse moderne des adolescents est moins impliquante que la névrose des adultes.

Il n’y a même pas d’invasion dans ce film, juste la présence évidente de gousses étranges dans un marais de l’Alabama. Après le séjour du premier remake à San Francisco, les événements redeviennent ruraux, bien que la petite ville des années 50 ait été remplacée par une base militaire des années 90. La paranoïa pourrait frapper profondément si nous savions seulement si cette nouvelle menace pour la société venait de l’espace ou de la toxicité intérieure de la terre : le film laisse entendre que ce pourrait être la dernière en faisant du protagoniste initial, Steve Malone (Terry Kinney), un inspecteur de l’EPA en tournée bases militaires.

Pour une raison quelconque, Malone a amené sa famille avec lui. En ce qui concerne Marti, la belle-mère Carol (Meg Tilly) est déjà une réplique sans âme de sa mère. Bien qu’un peu déconcertée lorsqu’un soldat se précipite sur elle dans les toilettes et l’avertit : « Ils t’attrapent quand tu dors », Marti n’a aucune idée de ce qui l’attend, même si sa voix off note : « Si nous savions ce qui nous attendait, nous nous serions enfuis » (conseil qui n’a jamais éloigné les cinéphiles d’une salle).

L’intrigue se déroule quelque peu maladroitement alors que les gens de la base militaire commencent à marcher, à parler et à s’habiller avec une conformité sans émotion. Dites, n’est-ce pas ainsi qu’ils sont censés se comporter ?

Toute personne sensée se méfierait du fait que des militaires livrent des colis étranges et insistent pour les mettre dans les chambres et les salles de bain, mais les Malones sont fondamentalement inconscients de l’idée que les personnes qui ont besoin de personnes sont elles meme les plus dégueulasses du monde ( vous voyez le tableau quoi ) . Avec le sommeil vient l’attaque des spaghettis aux stéroïdes : les transformations impliquent de longues vrilles visqueuses qui s’enroulent autour des dormeurs et se faufilent dans les orifices disponibles (détendez-vous : pas les trous auquels vous pensez petit vicelards !!!).

Carol passe la première et finit par emmener son ancien moi, maintenant aspiré intérieurement, sur le trottoir dans un sac poubelle en plastique. Marti et Steve ne le remarquent pas, mais Andy (Reilly Murphy), 5 ans, oui : « Non, ce n’est pas ma maman », insiste-t-il. Mais les premiers avertissements d’Andy sont déjà restés lettre morte. Après tout, personne n’a trouvé étrange que les autres enfants de la garderie fassent exactement le même dessin !

Heureusement, Marti a rencontré le pilote d’hélicoptère fringant Tim Young (Billy Wirth, ressemblant à un Baldwin). Peu à peu, ils obtiennent une lueur de catastrophe, comme lorsque le psychiatre de la base, le Dr Collins (Forest Whitaker), devient totalement fou en essayant de rester éveillé malgré les suggestions apaisantes de ses anciens patients, maintenant curieusement en paix dans un seul esprit satisfait.

Après un appel rapproché qui est essentiellement une excuse pour une brève scène de nu pour Marti, les deux jeunes essaient d’éviter d’être détectés , l’exposition suscite un cri d’accusation de la créature (un vestige de la version de 1978). Malgré des précautions telles que « Où vas-tu aller? Où vas-tu te cacher? Où vas-tu fuir? Nulle part! Il n’y a plus personne comme toi! » ils parviennent à s’échapper et à combattre une sorte d’action d’arrière-garde, bien que le film soit fâcheusement ambivalent quant à sa fin. Là encore, nous devrions nous inquiéter davantage d’un autre remake que d’une suite.

Accablés par un dialogue plombé et un jeu d’acteur sans émotion, la plupart des personnages ne font pas grande impression. Anwar est vainement charmant, plus que dans « For Love or Money ». Peut-elle encore porter un film? Non.

Dans les années 50, lorsque « Invasion of the Body Snatchers » suggérait des métaphores pour le maccarthysme, le communisme et tout pick-an-ism qui pouvait correspondre à l’intrigue du livre et du film, perdre son âme et sa liberté étaient clairement des conséquences choquantes pour l’inattention des faits. « Body Snatchers » de Ferrara est fastueux mais creux, comme si le réalisateur aussi avait perdu son âme et s’était contenté de rigueur mortis.

Complément d’infos :

Body Snatchers, l'invasion continue | 9 juin 1993 (France) 6

Photos


Voir les photos >>

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 2 Average: 4]



A propos Frere Yannick 1154 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire