Critique de film : Conjuring : Sous l’emprise du Diable

3
(1)

Résumé du film Conjuring : Sous l’emprise du Diable : le film retrace une affaire terrifiante de meurtre et de présence maléfique mystérieuse qui a même ébranlé les enquêteurs paranormaux Ed et Lorraine Warren, pourtant très aguerris. Dans cette affaire issue de leurs dossiers secrets – l’une des plus spectaculaires – , Ed et Lorrain commencent par se battre pour protéger l’âme d’un petit garçon, puis basculent dans un monde radicalement inconnu. Ce sera la première fois dans l’histoire des États-Unis qu’un homme soupçonné de meurtre plaide la possession démoniaque comme ligne de défense.

Ressenti : L’univers de Conjuring peut durer un certain temps, sur la base de l’abondante source de matériel disponible. Chaque fois qu’il est décidé d’ajouter un nouveau film à cet univers, les réalisateurs sont autorisés à aller dans les archives pour pêcher une affaire horrible. Ces dossiers ont été préparés dans le passé par Ed et Lorraine Warren, experts en paranormal et amoureux l’un de l’autre. Leur héritage est donc devenu une source inépuisable pour les fabricants d’horreur, mais vous auriez pu en réalité aller dans une direction complètement différente avec cette nouvelle affaire.

La question centrale ici est la suivante : pouvez-vous provoquer un massacre et ensuite blâmer le diable pour cela ? Euh… eh bien… ouais. Bien sûr que c’est possible. La seule question est de savoir si le juge vous prendra également au sérieux si vous faites une telle déclaration. Au début des années 1980, c’était un problème juridique en Amérique où d’autre ? et le procès en question a été surnommé de manière révélatrice l’affaire ‘Conjuring : Sous l’emprise du Diable’.

Avec ces informations, vous pourriez faire un drame judiciaire bien pensé, dans lequel l’état psychologique (qu’il soit ou non) précaire du principal suspect est central. Mais ce genre de film n’est évidemment pas The Conjuring. Le problème du paragraphe précédent ne joue qu’un rôle en arrière-plan et sert simplement de point de départ pour un film d’horreur qui se concentre davantage sur la création de beaucoup d’obscurité et d’atmosphère. Et une poignée d’effets choc bien sûr, car vous ne devriez jamais vous asseoir trop confortablement dans votre siège de cinéma dans les films Conjuring.

[SPOIL] Le début envois la sauce direct : David Glatzel, un garçon de 11 ans, se met à mousser comme un chien enragé, tord son corps en toutes sortes de courbes contre nature et parle d’une voix comme s’il fumait trois paquets de clopes par jour depuis des années. Bref : il est possédé. Le prêtre local doit venir asperger le petit d’eau bénite et lui tendre un crucifix, mais quelque chose d’inattendu se produit pendant l’exorcisme. Dans toute la frénésie, Arne Johnson, l’ami de la sœur de David, offre son propre corps comme monnaie d’échange pour le diable.

La paix revient immédiatement au manoir, mais Ed et Lorraine Warren, qui étaient là, ne sont pas très confiants qu’il en sera ainsi. Leur enquête mène sur des chemins prévisibles à un dénouement qui n’est même pas si choquant ou original. Cependant, il y a encore beaucoup à faire en cours de route. Par exemple, quand Arne Johnson est invité chez le propriétaire d’un refuge pour chiens et que les bouchons dans sa tête menacent de sauter. C’est aussi agréable de voir passer à nouveau John Noble (Denethor du Seigneur des Anneaux !), dans un rôle qui a du fil à retordre.

The Conjuring et The Conjuring 2 ont tous deux été réalisés par James Wan et sont d’une qualité excellente, mais malheureusement pour ce troisième volet de la série principale, le maestro de l’horreur était absent. Wan sait mieux que quiconque comment assurer une menace implacable dans ses films. Le cinéaste Michael Chaves (qui a déjà réalisé La Malédiction de La Llorona) est moins impressionné par cela, même s’il parvient heureusement à empêcher son film de s’effondrer. Le fait qu’aucune nonnes diaboliques, poupées effrayantes ou “homme tordu” n’apparaissent à l’écran cette fois-ci rend probablement le film moins approprié comme tremplin pour d’éventuelles retombées. Mais bon, un cadavre gris obèse dans une morgue est aussi assez spectaculaire et fera l’affaire.

Conjuring : Sous l’emprise du Diable ne ressemble pas du tout à un échec mais n’est pas à la hauteur des deux premier volets. Et cela est principalement dû au bon jeu des acteurs Patrick Wilson et Vera Farmiga qui sauve le film car la fin est pour moi du grand n’importe quoi ( sans rentrer dans les details et spoiler la fin du film , cela dit vous pouvez donner votre avis ci-dessous). Bien sûr, tant que les caisses enregistreuses des cinémas continuent de sonner, il y a toujours une chance que les deux reviennent pour une autre affaire effrayante mais par pitié avec James Wan à la réalisation. Le film est a voir mais pour ma par : ca tire en longueur , c’est tiré par les cheveux et ca frise le ridicule surtout sur la fin.

Titre : Conjuring : Sous l’emprise du Diable (2021)
Date de sortie : juin 2021
Réalisateur : Michael Chaves
Titre original : The Conjuring: The Devil Made Me Do It
Sociétés de production : New Line Cinema; The Safran Company; Atomic Monster Productions

Note : 3/5 Critiques

Bande Annonce :

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 3 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Frere Yannick 894 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*