Critique de film : Esther 2 : Les Origines




Résumé du film Esther 2 : Les Origines : Une jeune femme (Isabelle Fuhrman) arrive à s’évader d’un dangereux asile psychiatrique situé en plein coeur de l’Estonie. Si elle ressemble à une enfant, elle est loin d’être innocente. Pour s’enfuir du pays, elle se fait passer pour Esther, la fille disparue d’une riche famille américaine. Arrivée aux Etats-Unis, elle est accueillie à bras ouverts par le père de famille. La mère (Julia Stiles), quant à elle, est un peu plus difficile à convaincre…

Ressenti : Vous souvenez-vous d’Esther (Isabelle Fuhrman), la gamine précoce qui s’est avérée être une trentenaire psychopathe estonienne atteinte d’hypopituitarisme ? Celle qui a terrifié Vera Farmiga et sa famille aisée de la Nouvelle-Angleterre en 2009, étonnamment effrayant non ? Dans la grande tradition d’Annabelle : Création et Ouija – L’origine du mal , le réalisateur de The Boy William Brent Bell nous ramène aux débuts d’Esther, treize ans plus tard et avec une fraction du budget du film original et cela se ressent un peu.

Peut-être que « débuts » est un peu exagéré, pour être juste : un titre plus précis serait Esther II , comme on nous a présenté la petite Leena en 2007 en Estonie, deux ans avant le premier événements du film. Elle n’est pas encore Esther, mais elle a déjà sa première famille d’accueil, celle que Vera apprend dans l’original ; elle est enfermée à l’Institut Saarne, marquée par ses contraintes mais toujours à la recherche d’une issue.

Grâce à quelques bravoures et à son flair caractéristique pour la manipulation, elle s’échappe et finit par trouver ses prochaines cibles : une famille riche du Connecticut à la recherche de leur fille disparue… Esther, avec qui elle a (apparemment) assez de ressemblance.

Se faisant passer pour la vraie Esther, elle utilise les mêmes stratagèmes que pour Vera et sa famille comme allumer la mère (Julia Stiles), séduire maladroitement le père (Rossif Sutherland’s) et perplexe ses nouveaux frères et sœurs comme ici : Matthew Le champion d’escrime.  Mais Esther sous-estime gravement la dynamique dans laquelle elle s’est glissée, et d’ici peu, elle se retrouve prise au piège d’une manière à laquelle elle ne s’attend pas.

L’enfant effrayant est un incontournable de l’horreur de longue date, comme Damien dans La Malediction à Demon Seed en passant par Rosemary’s Baby, la liste est longue; ce qui a rendu Esther de 2009 si nouveau, c’est qu’il a joué ces rythmes à fond et les a ancrés dans l’histoire d’un parent souffrant de chagrin et d’alcoolisme.

Le visage froid aux yeux de braises de Fuhrman était si regardable, oscillant sans effort entre la précocité de la poupée de porcelaine (avec ces rubans et son look vintage American Girl Doll) et les explosions froides et violentes. First Kill comprend que Fuhrman est la clé d’Esther et juge bon de lui redonner le rôle. Le problème (ou le point?) Est que Fuhrman a 25 ans maintenant, et First Kill demande à Esther d’être encore plus jeune que nous ne l’avons vue pour la première fois et le résultats est, tout simplement bizarres car Fuhrman à son visage maintenant pleinement adulte et sa voix plus profonde, met les mêmes nattes et bas qu’auparavant, Bell utilisant Fuhrman pour des gros plans et quelques plans loufoques en perspective forcée pour masquer ou plutot camoufler l’age de l’actrice.

Pour les prises de vue de derrière et de loin, Esther est complétée par des doubles de corps d’enfant de taille appropriée. Ce n’est pas trop éloigné de ce que Valérie Lemercier a réussi dans les premières scènes de son biopic Aline sur Céline Dion en mettant un acteur visiblement plus âgé dans les vêtements et la perspective d’un enfant et laisser le public faire face à l’étrangeté du subterfuge.

Vous pouvez voir où ils veulent en venir: Leena est en fait une adulte, après tout, et le gouffre d’âge et de tempérament devrait mettre en évidence le mal inné de son être. De plus, le public connaît déjà toute son affaire et nous n’avons plus besoin d’être trompés en pensant qu’elle est une enfant, la caméra la voyant pour l’adulte meurtrière qu’elle est.

Mais la façon dont cela se déroule dans le film lui-même est assez risible; les lignes entre les plans larges de la petite Esther et les gros plans du visage adulte de Fuhrman sont tout simplement trop stupides pour les mots. (Fuhrman semble également avoir oublié comment jouer Esther)

La bêtise semble être la plus grande arme de cette suite et bien que cela puisse être intentionnel dans les airs. Le film lui-même ressemble à l’une de ces suites de VHS ou DVD bon marché  que vous verriez sur les étagères des vidéothèques dans les années 1980/90 oublié quelque part entre le thriller et le film d’horreur prenant la poussière en attendant une ame charitable pour la location.

Le scénario, de David Coggeshall (série télévisée The Scream, The Haunting in Connecticut 2: Ghosts of Georgia), est morne et reste un copier collé du premier, jusqu’au moment ou ….C’est une tournure sauvage que je n’ose pas révéler ici, mais qui relance le film.

Pour conclure : je dirais que : Esther 2 ne casse pas des briques mais il se laisse regarder en faisant abstraction de ce qu je vous décris ci-dessus .

Complément d’infos :

Orphan: First Kill Crime, Drama, Horror, Mystery, Thriller
Réalisateur: William Brent Bellscénariste: David Coggeshall, David Leslie Johnson-McGoldrick, Alex MaceActeurs: Julia Stiles, Isabelle Fuhrman, Rossif SutherlandSynopsis: Unhinged woman Leena Klammer orchestrates a brilliant escape from an Estonian insane asylum and travels to America by stealing the identity of the missing daughter of a wealthy family. However, Leena's new life as "Esther" comes with an unexpected wrinkle and pits her against a mother who will do anything to protect her family at any cost.

Photos


Voir les photos >>

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 3 Average: 3.7]
A propos Frere Yannick 1321 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire