Critique de film : Hellraiser (2022)

Last Updated on 19 février 2023 by Frere Yannick

Résumé du film Hellraiser (2022) : Une version du classique de l’horreur de 1987 de Clive Barker où une jeune femme aux prises avec une dépendance entre en possession d’une ancienne boîte de puzzle, ignorant que son but est d’invoquer les Cénobites.

Ressenti :  En mode slasher générique, ce nouveau Hellraiser nous présente un groupe de jeunots de vingt ans anonymement attrayants et sont enclins à jaillir des plaisanteries affectées comme s’ils étaient piégés dans une sitcom des années 1990. Jusqu’à ce qu’ils obtiennent une certaine boîte de puzzle ancienne et libèrent involontairement les démons à l’intérieur. Les hallucinations fiévreuses, qui cèdent la place à l’introduction de Pinhead (Jamie Clayton), qui  aux côtés d’autres cénobites familiers, brandissant des chaînes et commence à envoyer les colocataires à travers une série de décors horribles mais mis en scène sans imagination.

Certains des problèmes qui affligent ce Hellraiser sont ceux qui ont également tourmenté la série tout au long de sa précédente série de 10 films. La boîte de puzzle elle-même, conçue dans le roman The Hellbound Heart de Clive Barker comme un objet insaisissable qui ne répondrait qu’au désir irrésistible d’un chercheur de plaisir d’accéder à son contenu, est encore une fois beaucoup trop facile à déchiffrer. Il suffit de quelques touches légères du protagoniste central du film, Riley (Odessa A’zion), avant que la boîte, qui est maintenant équipée d’une astucieuse pointe de couteau rétractable, rugisse à la vie. À partir de ce moment, Riley passe un temps démesuré à enquêter sur les mystères au-delà de l’évidence de la boîte.

Bruckner essaie de donner à l’invention de Barker une nouvelle couche de peinture en positionnant ce redémarrage, tout comme La proie d’une ombre, comme une allégorie d’un traumatisme non géré. Plus précisément, Riley est une toxicomane en convalescence et lorsqu’elle rechute juste avant d’ouvrir la boîte, le film se demande d’abord si les horreurs qui suivent sont réelles ou font partie d’une sorte d’hallucination liée à la drogue. C’est une idée potentiellement intrigante, mais à laquelle on ne s’engage pas de manière satisfaisante, car les luttes de Riley contre la dépendance s’estompent rapidement à l’arrière-plan. Et au-delà de quelques moments dérivés dans lesquels les amis de Riley ne la croient pas en raison de son histoire troublée, toute ambiguïté sur la véracité des événements de l’histoire est rapidement abandonnée pour adhérer aux exigences du complot de film slasher en plomb.

Bien que Pinhead ait gagné sa place dans le panthéon de l’horreur aux côtés de Jason Voorhees, Freddy Krueger et Michael Myers, Hellraiser n’a jamais vraiment été une série de slasher, du moins pas au sens traditionnel. Dans des épisodes oniriques qui sont plus proches dans l’esprit de l’echelle de Jacob d’Adrian Lyne que votre massacrothon moyen du vendredi 13, les victimes de Pinhead sont en grande partie vouées à leur sort en raison de leur moralité tordue et de leur comportement déviant, les cénobites scellant simplement l’affaire. . Mais les cénobites de Hellraiser de Bruckner attaquent et tuent avec peu de rime ou de raison au-delà de la nécessité de mettre en place un autre décor macabre (bien que toujours relativement exsangue).

Ce que les entrées précédentes dans le canon Hellraiser comprenaient également, même lorsqu’elles ne dépassaient pas le Schlock, le tueur à la banane…! de qualité Z, était le pli qui traversait les veines de la création de Barker, qui a été inspirée par son temps à travailler comme arnaqueur dans les années 70.Mais tous les aspects de la perversité ont été soigneusement nettoyés de ce redémarrage mal conçu, car son idée de débauche commence et se termine par quelques scènes de sexe complètement anémiques entre Riley et son petit ami, Trevor (Drew Starkey). Pendant ce temps, la sensibilité queer de Barker se reflète faiblement à travers le frère de Riley, Matt (Brandon Flynn), et son petit ami, Colin (Adam Faison), deux personnages qui, au-delà d’une scène jetable, se lisent faussement tendrement de la poésie tout en se câlinant dans le lit. , sont désespérément tenus à l’écart.

Hellraiser traverse péniblement son interminable durée de deux heures jusqu’à ce que les protagonistes restants affrontent enfin le riche ancien propriétaire de la boîte à puzzle, Roland Voight (Goran Visnjic), dans son manoir rural orné. Pinhead et les Cénobites font des ravages dans cette dernière ligne droite, mais Bruckner tourne dans une esthétique si trouble qu’il est parfois difficile de distinguer, et encore moins de s’exciter, du carnage qui s’ensuit. Au moment où Voight crache encore plus d’expositions sur la construction du monde, il est impossible de voir ce redémarrage de Hellraiser comme autre chose qu’une extension de marque lâche.

Pour résumer ; Ce ou cette chose appelé Hellraiser est un film d’une longueur et d’un ennui qui pousserait un dépressif au suicide manu-militari , a voir ou à prendre comme somnifère

Complément d’infos :

Hellraiser | 7 octobre 2022 (États-Unis) Synopsis:
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

By Frere Yannick

Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décenniesRédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts