Critique de film : Le bal de l’enfer (2022)




Résumé du film Le bal de l’enfer (2022) : Après la mort de sa mère, Evie se retrouve sans famille. Elle décide de faire un test ADN et se découvre un cousin éloigné dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Après être entrée en contact avec lui, il l’invite à un somptueux mariage dans la campagne anglaise afin qu’elle rencontre sa nouvelle famille. D’abord sous le charme du séduisant aristocrate qui accueille les festivités, elle se retrouve rapidement plongée dans une lutte infernale pour sa survie en découvrant les sombres secrets de l’histoire de sa famille et les intentions troublantes de ses hôtes sous couvert d’une étrange générosité.

Ressenti : Les vampires sont les monstres les plus malléables du cinéma. Ils peuvent briller, faire de la planche à roulettes ou faire de la gymnastique, tout en remplissant leurs fonctions de suceurs de sang. Dans le film d’horreur Le bal de l’enfer :  les vampires assument leur rôle plus familier en tant que riches et puissants de la société, alors qu’un invité humain malchanceux les rejoint pour le week-end. Le bal de l’enfer vient de la réalisatrice Jessica M. Thompson (The Light Of The Moon), et bien qu’elle s’inspire de plusieurs films d’horreur récents et réussis sur les invités de la maison comme Get Out et Ready or Not, le film ne parvient jamais à faire peur , et cache ses vampires derrière une histoire d’amour sans vie.

Le bal de l’enfer  suit Evie (Nathalie Emmanuel), une traiteur malheureuse à New York qui en a marre de son travail sans issue, désespérée de suivre sa passion pour la céramique et encore sous le choc de la mort récente de sa mère. Un jour, Evie reçois un sac cadeau lors d’un événement chic qu’elle organise et essaie le kit de test ADN inclus. Le test la relie à une branche jusque-là inconnue de sa famille qui vit parmi la couche supérieure de la société anglaise. Avant qu’Evie ne le sache, elle a été invitée à un mariage mystérieux dans un domaine anglais, où elle rencontre et tombe rapidement amoureuse de l’énigmatique Walter (Thomas Doherty), le seigneur du manoir.

Cette série d’événements prend presque toute la durée de 105 minutes du film pour se dérouler ( la longueur est d’un ennui comme c’est pas permis ). Cela peut surprendre les téléspectateurs qui ont vu le matériel promotionnel de ce film, qui est beaucoup plus axé sur la présence vampirique de l’histoire. L’appât et l’interrupteur de substituer une romance douteuse à la violence des vampires ne poseraient pas vraiment de problème si le film était prêt à investir dans le style gothique et l’atmosphère inquiétante qui contribue à rendre les histoires d’amour de vampire intemporellement effrayantes. Au lieu de cela, Thompson se contente d’un flirt maladroit qui est tourné aussi fadement qu’une série pour adolescents Netflix d’une seule saison.

Même si l’histoire repose presque uniquement sur les téléspectateurs qui croient que Walter séduit subtilement l’Evie mondaine et prudente, Emmanuel et Doherty ne rassemblent jamais beaucoup de chimie au-delà d’être des personnes attirantes. Le dialogue raide et lourd d’exposition ne parvient jamais à rendre l’un ou l’autre personnage intéressant, et il laisse à peine de la place aux acteurs pour ajouter une étincelle ou une véritable émotion à la romance déroutante.

Encore plus étrange, le scénario du film, du co-scénariste du Hell Fest Blair Butler, se donne beaucoup de mal pour convaincre les téléspectateurs qu’Evie est trop intelligente pour être la proie des attraits du manoir , de l’argent….. En tant que femme noire qui a vécu toute sa vie aux États-Unis et sait ce que c’est que d’être le serveur irrespectueux à la fête d’une personne riche (même si elle a un appartement  à New York), Evie sympathise constamment avec le mariage pauvre & riches, et jure à sa meilleure amie qu’elle ne serait jamais la proie des pièges de la richesse et du luxe que le colonialisme a payé. Alors elle le fait. Tout de suite. Sans aucune conviction et aucun charme de la part de Walter. Bien que sa susceptibilité soudaine puisse suggérer que quelque chose de surnaturel est en jeu et quelque chose qui aurait pu aider à vendre la romance et lui a donné une lutte interne significative , le film ne laisse jamais entendre que c’est le cas.

En fait, la seule raison pour laquelle Evie pense que Walter est autre chose qu’un riche playboy avec une grande maison est qu’il s’excuse auprès d’elle pour l’impolitesse de son majordome. (Oui, c’est la faute de l’aide quand quelque chose ne va pas pour Evie. Non, les cinéastes ne reconnaissent pas l’ironie.) Le bal de l’enfer cherche désespérément à reproduire la terreur maladroite du poisson hors de l’eau de Get Out de Jordan Peele, sans réaliser qu’une partie de ce qui a rendu ce film si étrange est l’implication d’une relation amoureuse et significative entre le protagoniste et l’un des méchants, qui a commencé bien avant le début du film.

Le flirt fastidieux dans Le bal de l’enfer est parfois ponctué de scènes qui rapprochent un peu plus le film de l’horreur et de la mauvaise humeur que promet sa prémisse vampirique. Il y a quelques scènes de créatures mystérieuses cachées dans l’ombre, ou des pièces fermées à clé qui gardent des créatures inconvenantes de la nuit. Ces brèves scènes d’horreur sont tournées de manière trop sombre, avec un éclairage bleu collant qui obscurcit presque toute l’action. Mais ils gèrent au moins la tension pendant quelques secondes à la fois, et ils fournissent un peu de l’atmosphère inquiétante qui manque cruellement au reste du film.

Enfin, dans ses 25 dernières minutes, Le bal de l’enfer se transforme en film d’action tueur de vampires que Sony voulait que le public croie que c’est pour toute la durée. Au cours d’un dîner convenablement effrayant , la scène la plus efficace du film, grâce à la douzaine de serviteurs de vampires masqués , Walter explique enfin toutes ses machinations vampiriques à Evie. Le film semble déterminé à révéler cette information comme une torsion, mais étant donné qu’elle constitue non seulement la majeure partie de la bande-annonce, mais qu’elle est également évoquée dans le prologue du film, le choc d’Evie à la révélation finit par se sentir comme la partie la plus surprenante de la scène, surtout compte tenu des larges allusions à quelque chose de bizarre et néfaste qui se passe. Pour résumer ce chef d’oeuvre de l’ennui : Le bal de l’enfer est un film à la Twilight en pire et il est à voir si l’on a des insomnie tellement le manque d’action lui fait cruellement défault , a bon entendeur …

Complément d’infos :

The Invitation | 26 août 2022 (États-Unis) Synopsis: A young woman is courted and swept off her feet, only to realize a gothic conspiracy is afoot.
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 2 Average: 1]
A propos Frere Yannick 1321 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire