Critique de Films d'Horreur

Critique de film : Les Cartes du mal (2024)

Last Updated on 2 juin 2024 by Frere Yannick

blank

Résumé du film Les Cartes du mal (2024) : Lorsqu’un groupe d’amis viole inconsidérément la règle sacrée de la lecture du Tarot, ils libèrent sans le savoir un mal indicible emprisonné dans les cartes maudites.

blank

Ressenti : Selon une tradition très ancienne et très variée, un objet qui n’est pas réellement méchant se révèle l’être dans les films d’horreur. Lampes tueuses, réfrigérateurs, véhicules, applications iPhone, pneus, machines à laver, bongs – la liste est longue et ne s’arrêtera jamais, car nous ne cessons de mettre au point de nouvelles inventions et, à chaque fois, quelqu’un les transforme en quelque chose de mauvais et en fait un film.

Le dernier en date est « Tarot », basé sur le livre « Horrorscope » de Nicholas Adams. Dans ce film, des étudiants découvrent un jeu de tarot ancien et étrange et l’utilisent pour lire l’avenir. Cependant, le jeu de tarot est maléfique et, par conséquent, chaque personne à qui l’on prédit le destin est tuée par un fantôme maléfique qui représente le Major Arcana

blank

Le Pendu, un monstre démoniaque vieux de plusieurs siècles, pend à mort un élève qui tire la carte « Pendu ». Il connaît également toutes les règles du jeu contemporain pour enfants « Le pendu » (pourquoi pas ?). Rincer, mousser et répéter jusqu’à ce que toutes les personnes aient été tuées à la manière d’un tarot.

Ce ne serait pas le premier film d’horreur à être quelque peu agréable, même si « Tarot » n’est pas le premier à adhérer strictement à un modèle qui a fait ses preuves. Spenser Cohen et Anna Halberg, en tant que scénaristes/réalisateurs, n’essaient manifestement pas de repousser les limites. Faire un film d’épouvante pour une soirée pyjama n’est pas une mauvaise idée. Il devrait y avoir des films lors des soirées pyjama. Même si cela n’améliore pas toujours le film lui-même, il y a une honnêteté dans ce style de cinéma grand public qui est admirable.

blank

Le manque de personnalité des personnages de « Tarot » est l’un de ses principaux problèmes. Le seul personnage du film qui semble se souvenir de quoi que ce soit avant la scène d’ouverture est Haley (Harriet Slater), « Indiana Jones et le cadran du destin »). Un seul d’entre eux a un hobby – le vapotage – et les trois autres n’ont ni espoirs, ni rêves, ni aspirations. C’est comme si un ermite fantôme les avait fait sauter devant un métro parce qu’ils avaient été fabriqués dans un laboratoire pour être mortels.

Jacob Batalon (« Spider-Man : No Way Home »), qui semble savoir pertinemment qu’il est la relève comique et que tout le film repose sur ses épaules est le sauveur du film. Il est le joker, ou « le fou » en ce sens qu’il peut maintenir un haut niveau d’énergie sans se mettre en travers du chemin.

Le seul acteur à avoir du matériel à gérer, à part Harriet Slater, dont le portrait a une qualité presque Barbara Crampton-esque qui maintient « Tarot » assez bien ancré dans la zone du protagoniste, est Batalon, et il le fait aussi bien que n’importe quel acteur pourrait le faire. Le réalisateur Elie Smolkin (« The Offer ») donne à « Tarot » très peu à penser et, pour être honnête, très peu à voir à l’écran, puisque la majeure partie du cadre est dans l’ombre dans pratiquement chaque plan. Le film remet rarement en question sa catégorisation -16, à l’exception d’un meurtre violent au début du film.

blank

En fait, « Tarot » semble faire beaucoup d’efforts pour être inoffensif, ce qui est étrange pour un film d’horreur qui diabolise pratiquement une chose à laquelle beaucoup de gens croient sincèrement. Bien que le film précise que tous les jeux de tarot ne sont pas mortels, il transforme néanmoins la Grande Prêtresse en un méchant de film d’horreur qui trouve un plaisir étrange à utiliser des échelles pour tuer des gens. Le film essaie toujours de rendre les cartes de tarot et les horoscopes terrifiants, et compte tenu de la façon dont les médias présentent déjà ces sujets, il ne peut s’empêcher de donner l’impression qu’il vise juste.

Les meilleurs moments du “Tarot”, c’est quand il s’effondre complètement et reconnaît à quel point son idée est ridicule. Créer l’objet pour la scène où tous les boutons de l’ascenseur se tournent vers le symbole du Taureau aurait été agréable. Une autre situation se produit lorsqu’un personnage découvre un journal paranormal avec sa photo en première page et le titre « VOUS ALLEZ MOURIR ». Même si “Lorem ipsum” n’aurait probablement pas l’effet escompté, il est vraiment drôle d’imaginer le fantôme maléfique du “Tarot” essayant de décider quel serait le titre le plus effrayant à mettre dans un faux journal. C’est encore plus drôle d’imaginer ce qui est écrit sous ce titre au cas où leur victime essaierait de le lire.

Pour résumer : Le Film : Les Cartes Du Mal n’est pas un film d’esprits particulièrement formidable mais il n’est pas non plus assez horrible pour être amusant d’une manière sarcastique. C’est un film d’horreur pour ceux qui veulent voir quelque chose d’effrayant mais qui traînent avec quelqu’un qui crie beaucoup, alors ils cèdent. Pas trop ridicule ou effrayant, il ne se passe pas trop de choses, mais il n’y a pas non plus de quoi être trop mécontent.

A voir mais sans plus …….

Complément d’infos :

Tarot | 10 mai 2024 (États-Unis) Synopsis: When a group of friends recklessly violates the sacred rule of Tarot readings they unknowingly unleash an unspeakable evil trapped within the cursed cards. One by one, they come face to face... Tout lire
Pays: États-Unis

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Scénario
Intrigue
Acteurs
Photographie
Horreur
Réalisation
Moyenne

blank

Frere Yannick
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Rédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire