Critique de film : L’Étrangleur de Boston (2023)

Last Updated on 3 avril 2023 by Frere Yannick

Résumé du film L’Étrangleur de Boston (2023) : Loretta McLaughlin, reporter au sein du quotidien Record-American, cherche à établir le lien pouvant exister entre les atroces meurtres de femmes commis en leur domicile depuis près d’un an dans la région de Boston. Alors que le mystérieux tueur fait de plus en plus de victimes – au point de provoquer une véritable psychose à travers tout Boston – Loretta tente de continuer son enquête aux côtés de sa collègue et confidente Jean Cole. Dans leur quête absolue de vérité, le duo se heurte au sexisme de l’époque et à d’autres dangers infiniment plus redoutables.

Ressenti : Dans la salle de rédaction du Boston Record American, les spectateurs du film L’Étrangleur de Boston du scénariste et réalisateur Matt Ruskin rencontrent Loretta McLaughlin (Keira Knightley) dans un bruit de machines à écrire qui s’entrechoquent et de fumée de cigarette. Nous sommes à la fin des années 1960 et, au grand dam de Loretta, les femmes qui travaillent pour la publication sont généralement affectées à la rédaction de critiques d’articles ménagers, tandis que les hommes sont chargés des nouvelles difficiles. Loretta voit donc l’occasion de briser le club des garçons et de réaliser un véritable reportage lorsqu’elle apprend qu’une succession de meurtres récents dans la ville ont tous en commun des éléments spécifiques, tels que les bas enroulés dans un nœud autour du cou de chaque victime.

Loretta commence à reconstituer le passé de l’homme qu’elle appellera tristement célèbre l’Étrangleur de Boston, après avoir sollicité l’aide de sa seule collègue féminine, Jean Cole (Carrie Coon), qui a déjà réussi à briser le plafond de verre. Il s’avère que Jean et Loretta travaillent très bien ensemble. Alors que Jean est un peu plus expérimentée et sceptique, Loretta est pleine d’ambition. Jean sait à qui et comment s’adresser pour obtenir une réponse directe de n’importe qui, y compris la police, les rédacteurs en chef et les politiciens. Bien que Loretta ne manœuvre pas le monde aussi habilement, la ténacité avec laquelle elle poursuit chaque enquête la rend presque difficile à arrêter.

Avec ses couleurs froides et ses perspectives sombres, le film sera inévitablement comparé aux drames criminels de David Fincher. Il s’agit d’un récit sur des personnes qui vivent leur vie dans l’ombre d’événements défavorables. Qu’elle cherche des indices dans des bars sombres ou qu’elle écrive des histoires à la lumière artificielle étouffante de son bureau, Loretta ne semble jamais voir le soleil. Elle trie les restes à la lueur du réfrigérateur parce qu’elle ne rentre jamais à temps pour dîner avec sa famille. Dans les rares moments où elle apparaît dans le film, la lumière du jour est rendue pratiquement aveuglante, comme si Loretta s’y était habituée.

Au fur et à mesure que de nouvelles victimes sont découvertes, plusieurs suspects sont désignés, David Dastmalchian prêtant son énergie particulièrement troublante à Albert DeSalvo, considéré comme l’auteur le plus probable des meurtres. Pourtant, comme dans Zodiac de Fincher, plus l’enquête est longue, moins la vérité est évidente. La furieuse enquête de Loretta et Jean nous rappelle que l’affaire de l’Étrangleur de Boston n’est toujours pas résolue.

Dans le film de Ruskin, Loretta est surtout empêchée d’accéder facilement à tout, y compris aux lieux du crime et aux documents. Son exaspération face à ces refus, partagée par son mari James, avant-gardiste et compatissant (mais seulement jusqu’à un certain point), définit bientôt sa vie entière (Morgan Spector). Dans un effort pour surmonter les obstacles qui se dressent sur son chemin, Loretta y met tout son poids. Cela fournit un contrepoint terrifiant et décontracté à une autre similitude entre les meurtres de l’Étrangleur : le fait que l’auteur n’a jamais eu besoin d’utiliser la force pour pénétrer dans les maisons de ses victimes.

Dans ces cas, l’Étrangleur de Boston se heurte à un fait plus large concernant la façon dont les hommes et les femmes naviguent dans le monde. Il est dangereux d’établir un lien entre la sauvagerie sexiste du meurtrier et les structures de pouvoir patriarcales qui l’ont soutenu. Néanmoins, une fois que le scripte rappelle aux spectateurs ce qu’ils savent peut-être déjà sur cette affaire emblématique, le film de Ruskin se contente de suivre les faits de la façon dont l’affaire a été résolue, ce qui en fait un récit assez pratique qui ne donne pas grand-chose à penser aux spectateurs.

Et il semble que l’occasion ait été perdue. Après tout, il s’agit de l’histoire d’un homme – ou peut-être de plusieurs hommes – qui ont perpétré des atrocités contre des femmes censées être protégées par les systèmes mêmes qui les ont laissées tomber. Il s’agit d’une histoire sur la criminalité authentique en général, sur la façon dont nous faisons du sensationnel et mythifions les tueurs en série, et sur la façon dont des carrières entières sont basées sur les meurtres brutaux de personnes non impliquées. C’est une histoire sur la soif de sang incontrôlable, bien sûr.

Si Se7en, le précédent film de Fincher, est une méditation sur le mal, Zodiac traite de l’insaisissabilité de la vérité et des dangers de l’obsession, et ce sont ces aspects plus profonds qui en font d’excellents films policiers. Si la volonté de L’Étrangleur de Boston de se concentrer sur les femmes qui ont fait tomber DeSalvo plutôt que sur le meurtrier lui-même est louable, elle laisse un vide au milieu du film qui est difficile à combler. L’importance de l’enquête de Loretta pour elle et sa famille n’est pas explorée en détail.

Pour résumer ; L’Étrangleur de Boston est un film intéressant en ce qu’il montre comment l’enquete a vu le jour sur l’histoire du tueur en série qui défraya la chronique, il montre aussi la détermination d’une femme dans une époque ou elle était généralement destiné à la vie familiale ou à du travail peu gratifiant . Un film a voir

Complément d’infos :

L'Étrangleur de Boston | 17 mars 2023 (France)
Réalisateur: Matt Ruskinscénariste: Matt RuskinActeurs: Keira Knightley, Carrie Coon, Chris Cooper
Synopsis: Loretta McLaughlin est la journaliste qui a été la première à relier les meurtres et à raconter l'histoire du Boston Strangler.
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

By Frere Yannick

Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Rédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts