Critique de film : Mortelle Saint-Valentin



Résumé du film Mortelle Saint-Valentin : En 1988, durant le bal de la Saint-Valentin à San Francisco, les garçons tentent leur chance en invitant à danser les quelques filles encore sans cavalier. L’un d’eux est Adam Carr, le premier de la classe. Chacune de ses demandes est systématiquement repoussée. Un groupe de garçons le surprend en train d’insister auprès de Dorothy Wheeler. Ils le remettent alors rapidement à sa place en lui infligeant une bonne correction. Tandis qu’il gémit couché sur le sol, un filet de sang coulant de son nez, les filles qui ont décliné ses avances viennent se moquer de lui. Ce sont Paige Prescott, Lily, Kate Davies, Shelley et Dorothy. Une douzaine d’années se sont écoulées. Les cinq amies inséparables d’autrefois mènent aujourd’hui une vie d’adulte. Un ancien amoureux a décidé de se venger à la venue du 14 février, et elles en feront toutes les frais s’il n’est pas arrêté à temps.

Ressenti : La bande annonce et le résumé ne sont pas très engageants je vous l’avoue, c’est clairement le type de film bourré de clichés mais qui fonctionne quand même assez bien. J’admets toutefois qu’on est en plein cœur d’une vengeance personnelle un peu trop prévisible à mon goût. Nous découvrons assez rapidement qui est l’assassin, ça se remarque comme le nez au milieu d’un visage.. C’est donc un petit flop au niveau du suspense. En ce qui concerne l’histoire, ne vous attendez pas à trouver quelque chose de surprenant, elle est tous ce qui a de plus basique. On a un meurtrier masqué, un groupe d’amies tuées et des crimes en tout genre jusqu’à l’heure de vérité où nous découvrons l’identité du tueur, il n’y a rien de très original sur la carte du menu mais le concept de vengeance à tout de même bien fonctionné. C’est un petit slasher qu’on apprécie également pour ce côté barbare genre ” Je vais tuer chaque personne se trouvant sur mon chemin “. Coté acteurs/actrices, nous retrouvons Denise Richards (sex crimes), Jessica Capshaw et Katherine Eigl qui sont des habituées de l’écran et notamment dans Grey’s anatomy, Marley Shelton (Urban legend 2) et pour finir David Boreanaz (Buffy contre les vampires). Des acteurs qui au passage, essayent tant bien que mal d’interpréter leurs rôles de la manière la plus convaincante possible, même si parfois on est loin du compte. En résumé, malgré quelques petits flops, Mortelle Saint-Valentin est un long-métrage sans grande prétention et qui se laisse facilement regarder.

Titre : Mortelle Saint-Valentin
Première sortie : 2 février 2001 (États-Unis)
Réalisateur : Jamie Blanks
Box-office : 36,7 millions USD
Budget : 10 millions USD
Producteur : Dylan Sellers

Note : 3/5 – Note DM 3.5/5 / Critiques

Bande Annonce :



Frere Yannick
A propos Frere Yannick 737 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*