Critique de film : Night Swim (2024)

Résumé du film Night Swim (2024) : Un ancien joueur de baseball déménage avec sa femme et ses deux enfants dans une nouvelle maison. Il pense que la piscine du Quintal peut être une diversion pour les enfants, mais un sombre secret de la maison va déclencher une force.

Ressenti : Les piscines ne font pas peur, sauf si l’on ne sait pas nager. En effet, selon la manière dont leurs propriétaires en prennent soin, certaines d’entre elles peuvent être vraiment dégoûtantes. De plus, il peut être répugnant que des insectes ou d’autres bestioles y périssent. Cependant, dans l’ensemble, ils semblent être un endroit agréable pour se détendre par une chaude journée d’été. C’est le problème fondamental du long métrage hanté de Bryce McGuire sur les piscines, qui est basé sur un court métrage que lui et Rod Blackhurst ont tourné en 2014. Même si le réalisateur fait de son mieux pour créer de la tension avec les jump scares typiques, Night Swim finit par être aussi ridicule qu’il en a l’air. 

La durée du court métrage qui a servi de base à ce film était inférieure à quatre minutes, ce qui semble parfait. Malheureusement, la version long métrage de 98 minutes présente une intrigue basique agrémentée d’une toile de fond mythologique qui ne risque pas de faire pâlir d’envie Stephen King. Et il est facile d’imaginer les coups de gueule lorsque la réplique la plus effrayante d’un film sera : “Il y a quelque chose qui ne va pas avec cette piscine !”.

Dans le prologue, qui se déroule en 1992, une petite enfant connaît une fin tragique en essayant de récupérer un drôle de bateau-jouet dans la piscine de son jardin. Dans le présent, nous rencontrons la famille Waller, composée d’Ellie Hoeferle (The Hunger Games : The Ballad of Songbirds and Snakes), un fils de 12 ans qui n’a pas hérité des capacités athlétiques de son père, de Ray (Wyatt Russell), un ancien joueur de baseball dont la carrière a été interrompue par une sclérose en plaques, et de sa femme Eve (Kerry Condon, The Banshees of Inisherin, nominée aux Oscars), qui lui apporte son soutien.

Ray pense qu’une thérapie aquatique quotidienne l’aiderait à combattre les conséquences de son état pernicieux. La famille achète donc la propriété avec la piscine, sans se soucier du passé tragique de la maison (malgré le fait qu’il manque de se noyer lorsqu’il tombe dedans la première fois qu’il la voit). La famille achète donc la propriété avec la piscine, inconsciente du passé tragique de la maison (malgré le fait qu’il manque de se noyer lorsqu’il tombe dedans la première fois qu’il la voit). Il s’avère en outre que l’eau de la piscine provient d’une source naturelle censée avoir des vertus thérapeutiques. L’état de Ray semble s’améliorer de façon remarquable, ce qui confirme cette théorie.

Les membres de la famille font preuve d’une étrange détermination à mettre leurs mains dans toutes les entrées possibles de la piscine, avec des résultats défavorables prévisibles, ce qui donne lieu à d’inévitables épisodes troublants. Comme les animaux dans les films d’horreur sont généralement plus sages que les humains, seul leur chat semble se rendre compte que quelque chose ne va pas dans la piscine. Sans surprise, le chat disparaît, son collier flottant dans l’eau.

En passant rapidement de jeux de piscine légers à un Marco Polo sombre et potentiellement mortel, le film vise à faire pour les piscines ce que les Dents de la mer ont fait pour l’océan. Alors que Night Swim a donné lieu à quelques brefs aperçus de créatures d’un autre monde, semblables à celles que l’on voit lorsqu’on a trop de chlore dans les yeux, Les Dents de la mer a mis en scène un monstre vraiment horrible sous la forme d’un grand requin blanc. Au fur et à mesure que l’histoire progresse, ils deviennent plus visibles, mais ils ont toujours l’apparence d’un masque d’Halloween.

Naturellement, les piscines hantées ne surgissent pas de nulle part. Celle qui est finalement révélée ici est assez intéressante ; elle remonte à plusieurs générations et a trait à un puits de souhaits démoniaque. Le film a vraiment sombré dans la comédie au moment où l’un des personnages principaux est pris en charge par ce qui hante la piscine.

Les acteurs font un bon travail pour rehausser le matériel. Russell, le fils de Kurt, a manifestement hérité du charme décontracté de son père ; Condon donne une représentation inattendue et profonde dans une image qui est tout simplement en dessous d’elle ; et Hoeferle et Warren sont tout à fait naturels dans le rôle des enfants qui se débattent.

Pour résumer  : Le cinéaste McGuire, dont le plus récent crédit de long métrage est Unfollowed (2018), démontre qu’il est plus que capable de suivre le scénario du film d’horreur à petit budget de Blumhouse que d’un film a plus gros budget. Néanmoins, malgré leurs meilleures tentatives, Night Swim ne vous fera pas reconsidérer le fait de plonger dans une piscine par une soirée vaporeuse de juillet. Ou est passé le cinéma qui nous faisait rester scotché sur l’écran ?

Complément d’infos :

Night Swim | 5 janvier 2024 (Suède) Synopsis: Feature length version of the 2014 short film about a woman swimming in her pool at night terrorized by an evil spirit.
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

1Shares
A propos Frere Yannick 2080 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Rédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*