Critique de film : Nope (2022)




Résumé du film Nope (2022) : Les habitants d’une vallée perdue du fin fond de la Californie sont témoins d’une découverte terrifiante à caractère surnaturel.

Ressenti : Le nouveau mystère OVNI étrange, confus et indigeste de Jordan Peele semble avoir eu une bonne fée et une fée douteuse présente à la naissance. La bonne fée est Steven Spielberg, à qui Close Encounters rend un hommage est manifeste. La fée douteuse est M Night Shyamalan, de Signs and The Happening : le showman au concept parfois brillant, parfois exaspérant, dont l’influence est également présente mais non reconnue,. Cela ressemble à un panneau d’affichage de film d’événement dans le style Shyamalan, tout sur la conjecture d’avant-première et le buzz de la bande-annonce : de quoi diable peut-il s’agir ?

La réponse, au bout de deux heures et quart, c’est… beaucoup trop long.Le script de Peele est bourré d’environ 210% de plus de matériel qu’il ne peut en faire en un seul script avec un poids et un point dramatiques. Charger un film avec des images pleines d’esprit et une prémisse narrative sans suffisamment d’intrigue satisfaisante pour venir derrière était ce qui a fait de son deuxième film US, moins que ses débuts sensationnellement effrayants et drôles de GET OUT. C’est un autre pas en arrière, et c’est dommage qu’il n’y ait pas grand-chose d’intéressant à faire pour sa star Daniel Kaluuya , bien qu’il utilise périodiquement son célèbre regard charismatique.

Le titre semblerait faire référence à l’unique mot paniqué prononcé par le héros face aux incursions surnaturelles : son refus d’accepter l’évidence de ses sens.. Kaluuya joue OJ Haywood, un dresseur d’animaux qui, avec sa sœur Emerald (une performance à haute tension de Keke Palmer) dirige un ranch dans la vallée de Santa Clarita en Californie, fournissant des chevaux pour des productions cinématographiques et télévisuelles. Ces deux-là, semble-t-il, sont les arrière-arrière-arrière-petits-enfants du jockey noir sans nom qui est apparu dans l’image en mouvement chronophotographique pionnière d’Eadweard Muybridge d’un cheval : le grand ancêtre de toutes les stars de cinéma, dont l’histoire a été effacée  comme de nombreuses personnes de couleur dans l’histoire du cinéma.

Leur père, Otis Sr (Keith David), est décédé six mois avant le début de l’action dans un événement surnaturel et inexpliqué. Il semble y avoir un visiteur intergalactique dans les cieux au-dessus du ranch, attiré et pourtant aussi repoussé par certains facteurs distincts. OJ et Emerald engagent l’aide d’un technicien de surveillance appelé Angel (Brandon Perea) pour établir l’existence de cette entité, et persuadent également un directeur de la photographie renommé, Antlers Holst (Michael Wincott) de prendre des images en celluloïd de tout ce qui se passe là-haut.

Jusqu’ici : c’est si intrigant et si cinéphile. Mais attendez. Il y a une toute autre chose bizarre liée au showbiz hollywoodien dans la vallée, juste à côté du ranch, et cela aussi émet une énergie karmique perturbée liée à l’OVNI. Ricky « Jupe » Park (Steven Yeun) est un ancien enfant star des années 90 dont la marque s’est empoisonnée lorsqu’un chimpanzé s’est déchaîné sur le plateau de son émission télévisée devant un public de studio en direct, tuant tous les acteurs sauf lui. Sa carrière est allée vers le bas, et maintenant il dirige un parc à thème ringard du Far West dans le désert, avec des chevaux. Quelle histoire surprenante et complexe est celle de Jupe: dense en ironie postmoderne et poignante. Peut-être que tout le film aurait dû être sur lui et non sur OJ et Emerald. Ou à propos d’OJ et d’Emerald et pas de lui. Mais il s’agit de tous.

Il y a beaucoup d’images audacieuses et fascinantes dans Nope; itérations oniriques bizarres. Kaluuya et Palmer ont, seuls, une possession de soi cool et une adresse à la caméra, mais pas de chimie vraiment convaincante en tant que frères et sœurs ou quoi que ce soit d’autre. Il y a quelque chose de coagulé et de lourd dans ce film, avec malheureusement pas assez d’humour pour lequel Peele est devenu célèbre à l’époque. Ce n’est pas la réponse positive que je voulais avoir avec Nope.

Pour resumer je dirais que la premiere partie du film est assez prenante pour terminer dans un fiasco total , Nope est a voir pour l’avoir vu une fois mais vite oublié car le film ne percute pas et à meme tendance a etre un bon somnifère pour personne en manque de sommeil.

Complément d’infos :

Nope Horror | Juillet 22, 2022 (United States) Synopsis:
Pays: United StatesLangues: English

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 3 Average: 2.7]
A propos Frere Yannick 1321 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire