Critique de film : Prey (2022)




Résumé du film Prey (2022) : L’histoire d’origine du Predator dans le monde de la Nation Comanche, il y a 300 ans. Naru, une guerrière qualifiée, se bat pour protéger sa tribu contre l’un des premiers prédateurs hautement évolués à atterrir sur Terre.

Ressenti : Le film de 1987 de John McTiernan était un festival gore rempli de testostérone, commençant par une extravagance d’Arnold Schwarzenegger pleine d’action avant de se transformer soudainement en un film de monstre effrayant. Depuis lors, la franchise poursuit le sommet de ce premier film avec des résultats médiocres. La suite de 1990 « Predator 2 » a fait sortir le Predator de la jungle et dans la grande ville. « Predators » a quitté la Terre pour une planète extraterrestre, et « The Predator » de Shane Black a tenté de revenir à l’essentiel avec un film plutôt désordonné qui montrait des signes d’interférence en studio. Et oh ouais, il y avait deux films « Alien vs. Predator« , mais allons-y et ignorons-les complètement.

Bien que je n’appellerais pas la plupart de ces films terribles (et en fait, « Predator 2 » est un peu sous-estimé), aucun d’entre eux n’a jamais tout à fait recréé ce qui a fait de l’original de McTiernan un film d’action-horreur-science-fiction désormais emblématique. Mais « Prey » de Dan Trachtenberg, le dernier titre à rejoindre la mêlée, est peut-être le plus proche de retrouver l’énergie de l’original et il le fait en faisant bouger les choses. Dans le même temps, le film de Trachtenberg ressemble également beaucoup au premier film et c’est un mélange étonnamment réussi d’ancien et de nouveau.

Pendant une grande partie de la durée d’exécution, le film de Trachtenberg, avec un scénario de Patrick Aison, ne ressemble même pas à un film « Predator ». Il joue plus comme un western révisionniste, se concentrant sur les membres de la nation Comanche dans les années 1700. Naru (Amber Midthunder) rêve d’être une vraie guerrière au sein de sa tribu, mais c’est son frère Taabe (Dakota Beavers) qui obtient toute la renommée et la gloire, même s’il devient clair que Naru est la sœur la plus compétente et la plus compétente (elle peut faire de jolies beaucoup de tout ce qui concerne la bataille et la chasse, y compris transformer sa hache en quelque chose qui ressemble à la lame de corde que Scorpion tire de sa main dans « Mortal Kombat« ). Mais rien de tout cela ne joue en faveur de Naru, et les autres hommes de la tribu se moquent ouvertement d’elle et doutent d’elle. Le seul soutien qu’elle a est son très, très bon chien, qui l’accompagne partout (et sérieusement, des accessoires majeurs pour cet acteur canin, qui a l’air d’un très bon garçon).

Naru ne veut rien de plus que de faire enfin ses preuves auprès de son peuple, et elle pourrait en avoir l’occasion lorsqu’elle apercevra ce qui semble être une boule de feu tombant lentement sur le sol depuis le ciel au-dessus.

« Prey » se déroule à un rythme lent et réfléchi. Il y a des rafales d’action quand Naru chasse, mais il y a aussi de longues périodes de silence. Ici, Trachtenberg et le directeur de la photographie Jeff Cutter font un usage magnifique du tournage sur place. La caméra est souvent tenue basse, permettant à un ciel ouvert et à des plaines tentaculaires de s’étendre encore et encore. Naru se lève le matin pour trouver de magnifiques levers de soleil projetant tout dans une ombre étrange. Elle escalade des montagnes et se déplace dans les hautes herbes, silencieuse mais concentrée. Le paysage ressemble vraiment à un temps et à un lieu révolus depuis longtemps, et les longs plans de la nature et de l’ambiance réfléchie feront sans aucun doute penser à Terrence Malick (je ne dis pas que « Prey » ressemble à un film de Malick, soit dit en passant. Mais Je sais que la connexion va être établie). Les plans larges de paysages intacts sont toujours époustouflants, et il est dommage que ce film ait été relégué au monde du streaming au lieu d’être projeté sur l’écran le plus grand et le plus large possible.

Et puis, tout à coup, un monstre extraterrestre apparaît. Cela peut sembler choquant, mais c’est en fait exactement la même formule que le premier film : ce qui commence à ressembler à une histoire, soudainement et violemment, se transforme en quelque chose d’autre. Parce qu’il y a un Predator qui rôde, et puisque nous sommes de retour dans le passé, ce Predator n’est pas aussi high-tech que ses futurs homologues. La créature extraterrestre a clairement un armement plus avancé que les Comanche, mais ce n’est pas encore tout à fait ça part apport a ceux qui viendrons plus tard sur terre. Au lieu de porter un masque en métal poli, ce masque de prédateur est fabriqué à partir du crâne d’une créature inconnue. Et bien que la visée laser désormais familière du Predator soit toujours là, le Predator ne tire pas de coups de laser de son arme car il tire des fléchettes de projectiles mortelles. Certaines de ces choses peuvent sembler idiotes, mais  j’ai trouvé les armes rustiques du Predator plutôt sympa.

Midthunder est au centre de presque toutes les scènes de « Prey », et elle porte le film avec aplomb. Il n’y a pas un seul moment où nous ne doutons pas de ses talents de botteuse de cul ; il n’y a pas une abondance de coupes rapides pour cacher un cascadeur encore et encore et il semble vraiment que Midthunder s’engage dans l’action qui commence à se dérouler. Une fois qu’il devient clair qu’un prédateur est à proximité, « Prey » accélère cette action. Au début, la créature extraterrestre se retrouve à cibler les animaux mortels qui se cachent. Cela arrive si souvent que j’ai commencé à craindre que le film ne montre que les bêtes de ciblage Predator. Heureusement, de plus en plus de personnages humains et en particulier un groupe de trappeurs méchants et cruels arrivent, devenant ainsi de la chair à canon parfaite pour le chasseur d’au-delà des étoiles.

C’est un affrontement entre la nature idyllique du paysage et le pouvoir meurtrier implacable du Predator. Le film n’ajoute pas tout à fait un message sur les Comanches (et d’autres peuples autochtones) chassés de leurs terres par des envahisseurs extérieurs, mais les implications sont claires : ce qui était autrefois un lieu de paix est devenu une zone de guerre, et personne n’est en sécurité. . Les moments où nous verrons le Predator se déchaîner sur cette terre raviront sans aucun doute ceux qui ont soif d’action sanglante, mais cela s’accompagne d’une mise en garde : la majorité du sang est rendue via des effets speciaux, et vous pouvez toujours le dire. En effet, la dépendance du film aux FX devient frustrante et presque tous les animaux sont en images de synthèse, et même le Predator lui-même, lorsqu’il retire son masque, reçoit un visage malheureusement numérique. C’est loin du travail d’effets spéciaux pratiques brillant et dérangeant utilisé pour créer le Predator à partir du film original comme il aurait du l’etre ici.

Les effets spéciaux sont de qualités moyenne et il faut le souligner mais ne sont pas assez suffisant pour complètement flinguer « Prey », mais il entrave ce qui s’avérait être un succès autrement retentissant, et peut-être le meilleur film « Predator » depuis l’original. Pourtant, Trachtenberg et sa société ont mis au point une photo du predator pleine de nouvelles approches intelligentes de l’ancien matériel. Ceux qui recherchent le familier reconnaîtront de nombreux rappels d’autres films « Predator » (« Si ça saigne, nous pouvons le tuer », dit un personnage ici à un moment donné), tandis que ceux qui recherchent de nouvelles sensations fortes apprécieront le mash-ups de genre du film. Bien que tôt ou tard, vous penseriez que ces prédateurs seraient fatigués de venir sur Terre et de se faire botter le cul.

Pour résumer : je dirais que le film est sympa et l’on passe un bon moment ciné à la maison en famille .

Complément d’infos :

Prey Action, Drame, Horreur, Science-fiction, Thriller | 5 août 2022 (États-Unis)
Réalisateur: Dan Trachtenbergscénariste: Patrick AisonActeurs: Amber Midthunder, Dane DiLiegro, Stefany MathiasSynopsis: The origin story of the Predator in the world of the Comanche Nation 300 years ago. Naru, a skilled female warrior, fights to protect her tribe against one of the first highly-evolved Predators to land on Earth.

Photos


Voir les photos >>

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 4 Average: 3.8]
A propos Frere Yannick 1321 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire