Critique de film : Shining Vale (2023)-(série saison 1)

Last Updated on 16 septembre 2023 by Frere Yannick

Résumé de la série Shining Vale (2023) : Une famille quitte une petite ville pour s’installer dans une maison où de terribles atrocités ont eu lieu. Cependant, personne ne le remarque, seulement Pat, qui est convaincue du fait qu’elle est déprimée ou possédée.

Ressenti : Le prologue de Shining Vale commence par une carte de titre dactylographiée et un charmant prologue en Garamond expliquant que les femmes sont deux fois plus susceptibles d’éprouver des symptômes de possession que des signes de dépression. Vous disposez à présent de toutes les informations nécessaires sur Shining Vale. Ce n’est pas du tout subtil.

Le manque de nuance est censé faire partie de la plaisanterie car il s’agit aussi, grosso modo, d’une comédie. La nouvelle série de Starz est une comédie d’horreur sur l’effroi de la famille nucléaire, qui met l’accent sur la souffrance d’être une femme (blanche et hétérosexuelle) dans la culture américaine.Pat Phelps, interprétée par Courteney Cox, qui est également productrice de la série, est une épouse et une mère misérable qui a écrit un roman érotique à succès. Sa liaison avec l’homme à tout faire a failli provoquer l’échec de son mariage. Pat et son mari Terry (Greg Kinnear) décident de déménager toute la famille, y compris leurs filles adolescentes Gaynor (Gus Birney) et Jake (Dylan Gage), dans le but de restaurer leur mariage, dans une vieille maison fragile du Connecticut. Qui veut parier qu’elle est hantée ?

Pat commence à voir des gens que personne d’autre ne peut voir, et c’est ce qui se produit. Rosemary (Mira Sorvino), une femme au foyer rusée des années 1950, habillée à la perfection, qui se nomme elle-même la muse toxique de Pat, est la plus bavarde. Bien que Pat ait renoncé à l’alcool depuis 17 ans, elle ressent toujours le besoin d’écrire son prochain livre, et parler à Rosemary devient sa nouvelle addiction. Pat succombe à l’influence de Rosemary alors que les antidépresseurs qu’on lui prescrit deviennent de plus en plus puissants, ce qui lui permet d’écrire un page que sa rédactrice en chef (Merrin Dungey) adore. Bien que la famille de Pat souffre de son travail, elle est incapable d’abandonner jusqu’à ce qu’elle publie le roman à succès qu’elle désire tant.

Pat est-elle dépressive ou est-elle réellement possédée par un fantôme ? Oui. Ce n’est pas un spoiler ; seuls sept des huit épisodes de la saison ont été envoyés aux critiques, et je ne connais donc pas encore l’issue du final. Les événements de cette série, cependant, sont censés être compris à deux niveaux, comme le montre la carte de titre. Ces femmes ont des démons au sens propre comme au sens figuré. Cela peut être utilisé pour décrire beaucoup de merveilleuses horreurs. Le problème est que beaucoup d’horreurs médiocres peuvent également être décrites de cette manière, et que Shining Vale est trop évident pour être créatif.

Jeff Astrof, co-créateur de la sitcom Trial & Error, très peu appréciée sur NBC, et Sharon Horgan dont la série Catastrophe était inlassablement douce et incisive sur la façon dont il est inhabituel de fonder une famille avec quelqu’un, ont collaboré à la création de Shining Vale. Il est donc surprenant que Shining Vale soit si agité au sujet du mariage. Alors que Terry reproche à Pat sa liaison, il se rapproche également de sa propre liaison. Aucun des parents ne semble se préoccuper de la façon dont leur fille court après les garçons, ni de l’attention constante que leur fils porte à son téléphone. Compte tenu de la couleur, de la classe sociale et de la nouvelle maison spacieuse de cette famille (même si elle a dû y investir toutes ses économies), la critique de la série sur le piège de la famille nucléaire américaine semble particulièrement creuse. Pat est piégée, mais elle a plus d’options qu’une rédactrice en chef noire ou que leur voisine asiatique (Susan Park), dont le nom de famille est étrangement traité comme une blague. Au lieu de se moquer des privilèges qui sous-tendent la crise de la quarantaine des Phelpses, la série joue leur malheur de manière directe.

Dans Shining Vale, la comédie et l’horreur ne font pas bon ménage. L’émission veut que sa formule soit acceptée parce que c’est le but de la blague et elle rend hommage aux films d’horreur. L’horreur n’est pas assez créative pour être terrifiante, mais elle n’est pas non plus assez ludique pour être humoristique, si bien qu’en pratique, les deux parties de la série se dévorent l’une l’autre. Et si une femme vivant dans une maison hantée devait sortir le chien au milieu de la nuit pour faire ses besoins ? c’est l’idée de départ, mais la chute ne se matérialise jamais. Dans la bande-annonce, certaines répliques m’ont fait rire alors que je ne les avais jamais vues dans leur contexte. Shining Vale a un sens de l’humour, mais il est trop souvent perdu dans un montage ennuyeux.

Tous les aspects intrigants de ce programme sont cachés dans l’arrière-cour (je suis littéral tout en utilisant une métaphore. La série refuse de se laisser transformer en mystère de meurtre malgré le fait qu’il y ait des preuves d’un crime enterré dans les bois derrière la maison). Au milieu de la saison, Judith Light fait son apparition dans le rôle de la mère de Pat, qui a été internée et lourdement droguée pour divers problèmes de santé mentale mal définis. Light est fantastique, donnant au programme plus de chaos et de souffrance qu’il n’en reçoit de personne d’autre, mais son histoire n’est pas assez tranchante pour donner aux téléspectateurs l’envie de saigner. L’objectif de la présentation est de critiquer la façon dont les femmes sont traitées injustement parce qu’elles ont des désirs et lorsqu’elles demandent de l’aide. Au lieu de cela, elle glorifie la maladie mentale comme une nécessité et la diabolise carrément.

L’horreur n’est pas une nouveauté dans ce domaine, mais les comparaisons ne font pas beaucoup de bien à Shining Vale. La peur de la répression des femmes a déjà été dépeinte dans Penny Dreadful sur Showtime, et elle avait des dents plus acérées. Comme Shining Vale, Evil de Paramount+ comporte une référence à l’Exorciste, une grand-mère blonde cool et une fille effrayante portant des lunettes AR. Cependant, Evil marche habilement sur la corde raide entre la possession démoniaque réelle et la subjugation figurative, tout en conservant un sens de l’humour malicieux et une conscience sociale plus aiguë que Shining Vale.Shining Vale, une autre série Netflix sur une famille perturbée dont les inquiétudes se sont concrétisées dans leur maison hantée, m’a rappelé The Haunting of Hill House dans sa crudité. Jusqu’à la toute fin, lorsqu’elle a commencé à marteler des métaphores, Hill House était une véritable explosion. Lorsque Shining Vale tente d’ajouter un peu de subtilité à l’intrigue, il est déjà trop tard …

Pour résumer : Shining Vale n’est pas un raté total. Rien avec un casting aussi fort. Au fur et à mesure que les personnages extérieurs à Pat commencent à tomber dans leurs propres crises, la série devient plus excitante et les personnages deviennent plus intrigants. Rosemary, jouée par Sorvino est un personnage débauché et agréable dont l’assurance froide contraste joliment avec le désespoir hystérique de Cox. En fait, le mystère de Rosemary est élucidé trop lentement, ce qui permet à la série de s’égarer dans des dysfonctionnements familiaux typiques. Nous attendons la saison 02 …

Complément d’infos :

7908756

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

By Frere Yannick

Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Rédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts