Critique de film : Superdeep

2.5
(2)

Résumé du film Superdeep : 1984. Cercle Arctique. Situé 12 000 mètres sous la surface de la terre, le Kola Superdeep Borehole est le plus grand laboratoire secret de l’URSS. Quelques mois après son ouverture, des scientifiques ont enregistré des cris d’origine inconnue provenant des profondeurs. Un commando spécial est envoyé pour découvrir le mystère qui se cache dans ses abîmes. Il va faire face à la plus grave des menaces pour l’humanité…

Ressenti : Ce prologue de Superdeep d’Arseny Syuhin (alias Kolskaya sverhglubokaya) plante le décor d’une histoire qui se déroule expressément dans les dernières années de l’URSS. Les conflits de notre héroïne reflètent une nation prise dans une lutte entre sa mentalité enracinée de la guerre froide et un profond désir d’être plus ouvert, éthique et tourné vers l’extérieur. Avec Gorbatchev visible en arrière-plan en train de prononcer son discours du Nouvel An de 1984, Anna est convoquée à un autre travail, pour se rendre au Kola Superdeep Borehole. Là, Yuri l’informe, « des sons d’origine inconnue ont été enregistrés, à 12 000 m sous la surface. Après cela, 20 personnes ont disparu.

“C’est l’enfer là-bas”, dira un survivant à Anna. Si cela ressemble au canular du “Puit Vers L’enfer“, qui prétendait que la Russie avait creusé un trou si profond que les cris tourmentés des damnés avaient été enregistrés à sa base enflammée (un mythe urbain adapté dans Nine Miles Down d’Anthony Waller), Superdeep flirte avec cette prémisse uniquement pour se diriger vers des voies narratives différentes, voire plus familières. Car alors qu’il devient clair que l’homme est l’endroit le plus chaud où se cacher, nous sommes fermement sur le terrain de The Thing de John Carpenter, Blood Glacier de Marvin Kren, Annihilation d’Alex Garland et Underwater de William Eubank des films où la menace est biologique et cellulaire.

On peut également discerner ici l’influence néfaste de Tchernobyl de HBO. Car Superdeep est une histoire de professionnels se comportant mal et agissant de manière irresponsable sous une pression immense, chacune de leurs erreurs se ramifiant vers la catastrophe. Il y a des soldats à la gâchette facile qui veulent continuer à jouer à leurs jeux machos même dans une zone très dangereuse. Il y a des médecins et même un épidémiologiste décoré qui sont absurdement cavaliers sur les questions de transmission et de confinement. Il y a des scientifiques médiocres plus intéressés à se faire leur propre nom qu’à sauver des vies. Et il y a un petit groupe d’hommes et de femmes essayant désespérément de faire ce qui est juste, même en sachant qu’ils devront désobéir aux ordres et devront presque certainement sacrifier leur propre vie si le plus grand bien de l’humanité doit être préservé.

À la base, Superdeep est une caractéristique de créature, bien qu’il faille son temps pour révéler la nature de la bête, ainsi que les aspects les plus monstrueux de ses personnages humains. Le rythme est le plus gros problème ici, car les personnages parcourent des ensembles souterrains répétitifs et des routines génériques, et ne sont pas eux-mêmes assez intéressants pour justifier la durée excessive. L’exposition ressemble toujours à une exposition, sans forcément clarifier les allées et venues des joueurs. La nouvelle que l’installation est sur le point d’être écrasée comme une boîte est annoncée pour introduire de la tension, puis presque immédiatement oubliée. L’horreur corporelle, quand elle vient, est convenablement grotesque, bien que toutes les affaires du chat et de la souris qui lui servent de tendon charnu soient, pour la plupart, décevantes par cœur.

Pourtant, c’est en tant que parabole politique que Superdeep fonctionne le mieux. À la suite d’une opération militarisée où il devient rapidement clair, malgré toute l’obscurité, que la vie des gens n’est pas la priorité, c’est une histoire partagée entre et parfois à l’intérieur ceux qui travaillent avec ambition pour le système, et ceux qui se rendent compte que le système ne fonctionne pas. Le désir de l’État de s’armer, voire de se répandre délibérément, l’organisme enfoui du forage est un simple signifiant d’une nation prise dans sa propre fin de partie (auto-)destructrice tandis que la tendance de la créature à absorber et à hybrider les individus en une seule forme monstrueuse raconte la propre histoire allégorique du communisme pré-perestroïka.

Anna se dirige vers un environnement extrême à la recherche d’une maladie soi-disant inconnue qui a suscité l’intérêt du renseignement militaire – mais ce qu’elle et sa petite équipe de scientifiques et de soldats trouvent est quelque chose d’aussi blindé et belliqueux que la Russie de l’ère soviétique elle-même, cherchant à briser sortir et conquérir agressivement le monde. Peut-être que ce message n’est pas si profond que ça – et est sans doute un peu tardif  mais il continue de résonner avec une Russie toujours secrète et toujours autoritaire où le pergélisol de la guerre froide continue de fondre sous un globe qui se réchauffe en permanence, exposant toutes sortes de monstruosités d’un passé moisi mais moderne.

Un film moyen , limité , répétitif a voir pour passer le temps un jour de pluie ……radioactive.

Titre : superdeep (2021)
Première sortie : 4 novembre 2020 (Russie)
Réalisateur : Arseny Syuhin

Note : 2.3/5 Critiques

Bande Annonce :

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 2.5 / 5. Vote count: 2

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Frere Yannick 894 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*