Critique de film : The Midnight Club (série)

Last Updated on 17 octobre 2022 by Frere Yannick

Résumé de la série The Midnight Club (2022) : Dans un hôpital réservé aux adolescents atteints de pathologies graves, les malades se retrouvent chaque soir à minuit pour partager des histoires effrayantes.

Ressenti : Cultes. Des fantômes. Rituels sacrificiels. Réunions de minuit. Lignes telluriques et miracles. La mort rôde à chaque coin de rue au Brightcliffe Hospice, où des adolescents en phase terminale se rassemblent pour vivre leurs derniers jours.

Ce sont les clichés intrinsèquement effrayants qui composent The Midnight Club, la dernière série Netflix de Mike Flanagan, l’auteur d’horreur derrière l’excellent Midnight Mass et la terrifiante Haunting of…. Basée sur le roman pour jeunes adultes du même nom de Christopher Pike en 1994, la nouvelle série devrait suivre les traces de son prédécesseur; cela devrait effrayer et exciter et raconter une histoire plus grandiose sur la nature de la vie. Ce n’est pas le cas.

Le drame nous présente Ilonka (Iman Benson), une jeune femme incroyablement intelligente qui est prête à commencer sa nouvelle vie à l’université. Mais les pauses sont brisées lorsqu’elle découvre qu’elle a un cancer de la thyroïde en phase terminale et que ses projets de devenir écrivain sont définitivement interrompus. En recherchant ses options, elle tombe sur Brightcliffe, qui lui offrirait les soins palliatifs dont elle a besoin. Plus important encore, elle apprend qu’un ancien patient est sorti de l’hospice complètement guéri et espère la même chance.

Une fois là-bas, elle se lie d’amitié et d’ennemis avec le gang hétéroclite de patients (pensez que The Breakfast Club rencontre les adolescents de Stranger Things) et découvre bientôt leur club secret. Chaque minuit, ils se réunissent et se racontent des histoires effrayantes. La plupart du drame (et donc des frayeurs) vient de ceux-ci, qui sont joués par les mêmes acteurs qui jouent les pensionnaires de Brightcliffe.

Certains sont vraiment effrayants (un tueur en série adolescent hanté par ses victimes est particulièrement remarquable), l’un est profondément triste, à propos d’une fille qui a une conversation avec sa dépression personnifiée alors qu’elle tente de se suicider. Mais la plupart du temps, ils sont une distraction ennuyeuse de l’action qui se déroule à Brightcliffe.

Parce que le Midnight Club a une autre tradition, plus sinistre. Ils se sont promis que celui qui mourrait le premier ferait tout ce qu’il pouvait pour contacter ses amis et leur dire à quoi s’attendre. Aussi excitant que soit ce concept : un hôpital hanté rempli des esprits d’anciens patients qui y sont décédés est un terrain d’horreur fertile et il ne va presque nulle part. Au lieu de cela, nous regardons les histoires, nous entendons sans cesse parler du potentiel de guérison de Brightcliffe et, très occasionnellement, il y a une peur de saut inexpliquée d’une vieille femme sans yeux (un fantôme, peut-être) ou une ombre noire vaporeuse. Aucun de ces éléments ne se combine pour créer une histoire d’horreur cohérente ou même intéressante.

Heureusement, les performances maintiennent à peu près le spectacle, même avec le scénario parfois martelé, toujours sérieux. Comme dans Midnight Mass, Samantha Sloyan est étonnamment méfiante en tant que femme qui installe un camp près de Brightcliffe dans le but de s’approprier certaines de ses propriétés curatives, et chacun des membres du Midnight Club occupe le devant de la scène alors qu’ils en révèlent plus sur la façon dont ils sont arrivés à être à Brightcliffe au cours des 10 épisodes très laborieux.

Le plus gros problème avec The Midnight Club est le rythme. Le streaming a été révolutionnaire pour la narration et sans calendrier de diffusion à respecter, les créateurs ont eu la possibilité de jouer avec la longueur des épisodes pour mieux servir l’émission. Ici, nous avons 10 épisodes d’une heure, chacun serpentant le long d’un cliffhanger passionnant, souvent effrayant, uniquement pour que l’élan diminue au prochain épisode.

Flanagan pose des questions perspicaces sur notre attitude face à la mort. Pourquoi évitons-nous d’affronter l’inévitable à tout prix ? Que se passe-t-il quand il arrive ? Mais ils sont perdus dans le malaise. Si les frayeurs étaient plus, eh bien, effrayantes ou avaient une quelconque incidence sur l’histoire globale, alors peut-être que la monotonie de The Midnight Club pourrait être quelque peu pardonnée. Hélas, la fonction de vitesse de lecture de Netflix a enfin un but : vous endormir …. Pour résumer je dirais que la série à une bonne ambiance  mai que les épisodes se tirent en longueur et au fur et a mesure de l’avancement de la série : on tourne en boucle et on s’ennuie ..

Complément d’infos :

The Midnight Club | 7 octobre 2022 (États-Unis) Synopsis: The Midnight Club follows a group of five terminally ill patients at Brightcliffe Hospice, who begin to gather together at midnight to share scary stories.
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

By Frere Yannick

Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décenniesRédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts