Critique de film : The Requin (2022)



Résumé du film The Requin (2022) : Un couple en escapade romantique se retrouve bloqué en mer lorsqu’une tempête tropicale emporte sa villa. Pour survivre, ils sont obligés de combattre les éléments, tandis que les requins tournent en dessous.

Ressenti : Requin est un mot décrivant les requins marins tropicaux qui sont « caractérisés par une membrane nictitante et une queue hétérocerque ». Le Requin est l’entrée de Le-Van Kiet dans le genre bien-aimé des films d’attaque de requins. Le scénariste-réalisateur situe l’action dans son pays natal, le Vietnam, et le directeur de la photographie Matt S. Bell photographie avec amour tous les coins et recoins du pays. Mais, le récit et les caractérisations sont-ils capables de sauvegarder le beau look du film ?

Jaelyn (Alicia Silverstone) et Kyle (James Tupper) font une escapade bien méritée au Vietnam. Le voyage est une tentative de mettre une tragédie récente derrière eux et de reconstruire leur relation. Cette tragédie a laissé Jaelyn anxieuse quant à toute décision qu’elle doit prendre, tandis que Kyle semble ne plus être en mesure de communiquer véritablement avec elle. Les choses arrivent à un point critique lors d’une violente tempête tropicale qui brise leur chambre au bord de l’eau du reste de la propriété du complexe.

Désormais à la dérive en mer, blessés et effrayés, le duo mari et femme doit faire ce qu’il peut pour survivre. Malheureusement, une situation désastreuse s’aggrave après que la jambe de Kyle a été grièvement blessée. Comme si cela n’était pas assez sombre, des requins voraces commencent à encercler les deux tourtereaux en espérant grailler un bon repas.

The Requin, comme indiqué, est magnifique à regarder. La cinématographie et les incroyables panoramas vietnamiens ajoutent tellement de valeur à la production que le film semble beaucoup plus cher qu’il ne l’était. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant des effets speciauxI caoutchouteux et mal intégrés. Les requins, surtout en gros plan à la fin sont affreux voir meme grotesques. Oui, ce n’était pas une image hollywoodienne à gros budget de 100 millions de dollars, mais même en considérant que les EFX ne sont pas bon.Si vous comparez la tronche assez minable et quelque peu déformé de ce requin à Great White ou l’excellent Instinct de survie : il y a de quoi eclater de rire.

Cela étant dit, ce thriller de survie fonctionne toujours dans l’ensemble. En partie, c’est parce que Kiet tire habilement le suspense de la situation. En ne s’empilant pas sur l’exposition au premier plan, le mini-mystère de la tristesse qui s’est abattue sur Jaelyn et Kyle qui s’avère malgré tout une excellente ligne de conduite pour le public. Cela aide également pour que les rythmes d’action soient bien édités et soient constamment excitants et remplis de tension.

Le succès de The Requin est complété par Silverstone et Tupper. Leur chimie n’est que correcte, mais cela fait partie du problème. Ces deux-là se sentent éloignés l’un de l’autre et une partie de leur arc se reconnecte de sorte qu’un sens légèrement approximatif entre les deux aide à approfondir ce point. Tupper est maladroit et amusant tout en livrant le drame en cas de besoin dans le film.

Mais vraiment, c’est le spectacle de Silverstone, et elle nous le livre en grand car elle passe d’excitée à anxieuse et de frustrée à effrayée et pour finir déterminée avec une certaine facilité. L’état émotionnel de Jaelyn est fragile, mais elle ne le joue jamais comme un dessin animé et l’actrice vend la culpabilité qui la ronge dans son personnage, gardant la procédure fondée. Sa réticence à abandonner face à encore plus d’adversité est crédible grâce à l’écriture et au jeu de Silverstone.

Kiet aborde des thèmes similaires à Gravity se concentrant sur une femme qui n’a plus aucune raison de vivre et la retrouve ensuite. Dans les deux cas, la véritable humanité et l’honnêteté émotionnelle sont effectivement exploitées, même si les situations dans lesquelles les personnages se trouvent sont un peu exagérées à certains égards. Une telle tactique permet au public de s’amuser et de vivre des moments lourds et intenses sans se sentir surchargé.

Bien qu’en proie à de mauvais effets spéciaux qui enlèvent une partie de l’expérience de visionnage, The Requin fonctionne assez bien dans l’ensemble. La direction fait avancer les choses bien, tandis que la cinématographie donne à l’ensemble de la production un aspect plus grand et plus lisse qu’il ne le serait autrement. Ajoutez à cela un scénario décent et deux bonnes performances principales, et on obtient une belle entrée dans le genre thriller de survie. Un film qui reste quand meme sympathique a voir si l’on fait abstraction du reste.

Complément d’infos :

The Requin Horreur, Thriller | 4 février 2022 (Espagne) 2.6
Réalisateur: Le-Van Kietscénariste: Le-Van KietActeurs: Alicia Silverstone, James Tupper, Deirdre O'ConnellSynopsis: A couple on a romantic getaway find themselves stranded at sea when a tropical storm sweeps away their villa. In order to survive, they are forced to fight the elements, while sharks circle below.

Photos


Voir les photos >>

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 5 Average: 2]



A propos Frere Yannick 1154 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire