Critique de film : The Seed (2021)

Last Updated on 11 août 2022 by Frere Yannick

Résumé du film The Seed (2021) : Trois influenceuses vont passer le week-end dans une villa du désert des Mojaves pour se détendre et filmer une pluie de météorites exceptionnelle qu’elles pourront partager sur leurs réseaux sociaux. Mais lorsqu’une créature étrange atterrit dans leur piscine, ce qui devait être un week-end de fête dégénère en une étrange histoire d’horreur, de mort et d’invasion extra-terrestre.

Ressenti : Le scénariste-réalisateur Sam Walker (Pool Shark) a créé une comédie d’horreur divertissante dans The Seed. Malheureusement, certaines de ses tentatives de comédie les plus indulgentes suspendent le casting. La cinématographie est invitante et une étape au-dessus du film lui-même alors que la belle lumière naturelle cascade sur les deux premiers actes. Les éléments d’horreur de The Seed sont excentriques et dégoûtants de la meilleure façon, laissant les téléspectateurs dans une anticipation terrifiée quant à ce qu’est réellement le monstre. Bien qu’il s’agisse d’un beau film avec une prémisse fascinante, The Seed est constamment pris en otage par son scénario mal écrit et des acteurs comment dire à part NAZE.

Heather (Sophie Vavasseur) organise une journée portes ouvertes grâce à son père qui ne le sait pas et décide d’emmener ses deux meilleures amies Diedre (Lucy Martin) et Charlotte (Chelsea Edge) pour une escapade d’un week-end. Lorsqu’une comète passe dans la nuit, Charlotte et Heather en sont amoureuses tandis que Diedre, égocentrique, manque l’expérience unique de se plaindre que son téléphone n’a pas de service. La comète fait un virage serré et s’écrase sur la propriété. Au début, il ressemble à un énorme morceau d’excréments avant de se transformer en forme de tortue. Le lendemain, la créature est capable de mouvement et ressemble maintenant à un tatou, selon les personnages. Inutile de dire qu’ils sont paniqués et appellent à l’aide sous la forme du jardinier boutonneux de quinze ans qui propose de s’en débarrasser si Charlotte l’embrasse.

Dès que leurs lèvres se rejoignent…. Il tente de remplir sa part du marché mais s’enfuit aussi vite qu’il le peut, laissant les femmes se demander ce qui s’est passé et où est le petit monstre. Tout à coup, la plainte de Diedre concernant l’absence de service cellulaire devient extrêmement valable car les filles sont maintenant coincées dans une maison avec un extraterrestre qui grandit d’heure en heure. Lorsque Charlotte commence à se sentir mal pour la créature, elle l’emmène dans la maison et commence à s’occuper d’un extraterrestre dont ils ne savent rien, le traitant comme un bébé. Diedre en a fini avec tout cela et essaie de tuer l’extraterrestre avec de la mort aux rats. Mais un regard dans ses yeux vitreux et elle laisse tomber le poison. À partir de ce moment, on a l’impression qu’elle est possédée par l’esprit de l’extraterrestre.

Lucy Martin (Vikings) joue parfaitement la fille de la vallée obsédée par Instagram et est absolument dans le film. Cependant, le script, leur rappelant qu’elle est superficielle avec des lignes comme « J’ai finalement obtenu le nom. D-bien. Je suis D et je vais bien. Il ne fait aucun doute que Vavasseur entre dans le film avec le curriculum vitae le plus long, mais le tour de Martin dans Vikings pourrait faire d’elle la plus talentueuse du trio, ce qui rend encore plus difficile de la regarder livrer des répliques ringardes jusqu’à la nausée. Heureusement, le film dégénère assez rapidement et, à la fin, il y a moins de temps pour les cheveux et le maquillage et seulement du temps pour survivre.

De même, le film ne peut s’empêcher de rappeler aux téléspectateurs que Charlotte n’est pas Lucy. Ne vous y trompez pas, Chelsea Edge a des répliques amusantes, « Mais j’ai embrassé le… tu sais, l’ENFANT. » Cependant, le film sape ses meilleurs moments en la taquinant sur le fait d’avoir un téléphone rétro, mais avec un écran tactile. Son rôle de hipster terre-à-terre ressemble au mieux à une relégation et au pire au pire. Ce serait une simplification excessive de dire qu’elle est le conduit d’audience parce que Vavasseur est le personnage qui se présente comme un véritable être humain, c’est en fait sa franchise et son état d’esprit d’actrice qui rendent le trio si crédible.

L’éclairage et la cinématographie contribuent à rendre The Seed plus regardable et ses éclairs de voyage dans l’espace et de planètes bleues rendent certaines scènes vraiment spéciales. The Seed emballe un coup de poing à la fin, mais y arriver peut sembler une corvée. Ce n’est pas à cause des performances ou de l’intrigue, mais du dialogue pas si génial. Cela étant dit, la vision de Sam Walker est claire et le film est bien filmé, maximisant l’environnement et gardant le monstre à bout de bras jusqu’au bon moment. Avec des voisins inexistants et un verre plein de mort-aux-rats, The Seed a tous les attributs d’un film d’horreur de vacances effrayant. Malheureusement, le personnage le plus intéressant est la grossière petite tortue. Pour resumer : Passez votre chemin pauvre fous car ce film est nullissime.

Complément d’infos :

The Seed Horror | 2022 (United Kingdom) 4.9
Réalisateur: Sam Walkerscénariste: Sam WalkerActeurs: Lucy Martin, Sophie Vavasseur, Chelsea EdgeSynopsis: What starts out as girls weekend away in the Mojave desert becomes a tale of horror, death and alien invasion.

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

By Frere Yannick

Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décenniesRédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts