Critique de film : The Unholy (La Chapelle du diable)

3
(1)

Résumé du film La Chapelle du diable : Un journaliste discrédité tente d’insuffler un second élan à sa carrière après avoir découvert que de nombreux miracles ont eu lieu dans une petite ville de la Nouvelle-Angleterre. Ces mystères relèvent-ils du divin ou peut-être d’une source plus sombre ?

Ressenti : Là où Dieu va, le diable n’est pas loin derrière. Telle est la prémisse de The Unholy (La Chapelle du diable) (basé sur le roman de 1983 Shine de James Herbert avec Evan Spiliotopoulos écrivant et réalisant pour l’écran, faisant ses débuts de réalisateur dans le processus après avoir été producteur de longue date pour une multitude de projets Disney), qui, certes vient avec assez de terreur conceptuelle, Je n’ai jamais lu le livre, mais le film ne cache pas exactement que les personnages, qui croient prier la Vierge Marie en échange de miracles accomplis (une femme sourde-muette retrouve son audition, un enfant atteint de dystrophie musculaire se lève de son fauteuil roulant capable de marcher, et plus), vénèrent en fait quelque chose de malveillant.

C’est pratiquement Stephen King-ish quand on considère l’approche d’horreur de Monkey’s Paw qui a fait de Simetierre l’une des plus grandes œuvres de l’auteur. Bien sûr, cela signifie que l’horreur est principalement psychologique lorsque nous regardons ces personnages faire des erreurs que nous pourrions autrement commettre à leur place. La Chapelle du diable est le rare exemple de film d’horreur où cela fonctionne un peu mieux parce que le public est tenu au courant.

C’est aussi une agréable surprise que le protagoniste soit un journaliste en disgrâce du nom de Gerry Fenn (Jeffrey Dean Morgan de la notoriété de The Walking Dead), un journaliste éthiquement visqueux ici à la recherche de sa prochaine grande histoire, entamant un arc moral dans le processus qui bien qu’il soit normal pour le cours, vient avec la mise en garde supplémentaire de juxtaposer sa profession avec divers hommes de foi à travers différents classements. Une fois que la nouvelle des miracles est parvenue à l’Église catholique, il devrait être évident que quelqu’un ne fera rien de bon, même face à un danger imminent. Gerry est un menteur connu qui essaie de faire son retour, et bien qu’il puisse être par inadvertance responsable des événements qui se déroulent ici, l’histoire et la vérité réelle sont sérieusement remises en question pour ce qui semble être la première fois de sa vie.

Initialement appelé pour rendre compte de rituels démoniaques potentiels impliquant des animaux près d’une église (quelque chose qui n’est pas du tout amusant ce qu’il semble et montre un sens de l’humour bienvenu parmi tout le reste ici), Gerry tombe également sur une poupée de porcelaine effrayante avec la date impossible de Le 31 février griffonné dessus. Il décide de le piétiner et de l’utiliser comme matériau pour rendre l’histoire susmentionnée, qui s’est avérée être une perte de temps, plus excitante. Il s’avère qu’il a lâché… quelque chose.

Il est facile de comprendre pourquoi les gens du voisinage n’y pensent pas trop puisque Alice, 18 ans, qui vit avec son oncle Fr. Hagan (William Sadler) dans la région, est guérie de son état de sourd-muet une fois que l’esprit est libéré. Elle informe tout le monde qu’elle communique maintenant avec la Vierge Marie (elle nous est présentée avec des visuels éthérés, blanc brumeux et brillants). À son tour, Alice guérit maintenant les autres. Fr. Hagan est convaincu que quelque chose de plus sinistre se passe, tout comme nous, ne voulant apparemment pas être guéris de son emphysème. Monseigneur Delgarde (Diogo Morgado) est également amené à analyser soigneusement ces miracles pour voir s’il s’agit bien d’actes de Dieu.

Maintenant, il y a quelques tentatives boiteuses de faire peur aux côtés d’un être à capuchon qui a désespérément besoin de plus de travail d’effets spéciaux plus crédibles (au crédit du film, le budget semble avoir atteint son paroxysme), mais il serait faux de dire que L’Impie essaie même d’être visuellement effrayant. Il veut entrer dans la peau du spectateur avec son concept de ne pas savoir s’il parle à quelque chose de céleste ou de démoniaque, et à cet égard, c’est efficace et simultanément engageant. L’histoire évolue également avec le rythme du type, alors qu’une petite ville sans nom gagne soudain en popularité avec Gerry de retour aux affaires avec l’histoire d’une vie.

Si The Unholy commet un péché (à part coller un peu trop près des marques de fabrique de l’horreur moderne fondée sur des secousses et des bruits forts sans subtilité), c’est qu’il ne creuse pas assez profondément pour explorer l’un de ces personnages et thèmes . Que ce soit le journaliste découvrant l’importance de s’en tenir aux faits, un évêque trop méchant (Cary Elwes), la jeune femme avec un don, les individus et les familles qui reçoivent des miracles, et ceux qui ne savent pas quoi penser de ces miracles du tout, le récit est plus soucieux de cacher les points de l’intrigue plutôt que de dire quoi que ce soit d’intéressant qui ne puisse être capté de la bande-annonce ou de cette critique. Cependant, il a une terreur atmosphérique, des performances solides et un concept effectivement sinistre pour compenser la profondeur de l’histoire.

Pour résumer La Chapelle du diable est un film a voir , sympa avec de bons acteurs, une histoire qui tient la route mais il ne faut pas s’attendre à du grand 7ieme art .

Titre : The Unholy (La Chapelle du diable) (2021)
Première sortie : 31 mars 2021
Réalisateur : Evan Spiliotopoulos

Note : 3/5 Critiques

Bande Annonce :

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 3 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Frere Yannick 894 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*