Critique de film : We Have a Ghost (2023)

Last Updated on 25 février 2023 by Frere Yannick

Résumé du film We Have a Ghost (2023) : Un fantôme nommé Ernest hantant leur nouvelle maison transforme la famille de Kevin en sensations sur les réseaux sociaux du jour au lendemain. Mais lorsque Kevin et Ernest enquêtent sur le mystère du passé d’Ernest, ils deviennent la cible d’une agence gouvernementale obscure.

Ressenti : Freaky et Happy Death Day 2U du scénariste-réalisateur Christopher Landon fonctionnent intelligemment comme des chevaux de Troie: des comédies d’horreur enjouées utilisées pour subtilement faire passer en contrebande des quantités palpables d’émotion face aux angoisses familiales. We Have A Ghost n’est pas différent à cet égard , cependant, il contient un degré encore plus faible de mélancolie déchirante pour correspondre à ses blagues loufoques. Ou peut-être que c’est comme ça une fois que nous arrivons au dénouement émotionnel deux bonnes heures après le début de cette histoire sur une famille déracinée trouvant une âme perdue prise dans les limbes. S’inspirant en partie du ton de Beetlejuice, il connaît une transition fragile de la nouvelle (« Ernest » de Geoff Manaugh) au long métrage à grande échelle. Ce qui devrait être 90 minutes serrées se transforme en un engagement beaucoup plus long qui, bien que fougueux, est trop lent pour son propre bien.

Kevin Presley (Jahi Winston) vient d’emménager dans une nouvelle maison dans la banlieue de Chicago et n’en est pas très content. Non seulement la maison de l’époque victorienne est en mauvais état, envahie par le lierre et les toiles d’araignées, mais il se sent victime des circonstances en raison de l’échec des stratagèmes d’enrichissement rapide de son père Frank (Anthony Mackie). Cela a également laissé le frère aîné de Kevin, Fulton (Niles Fitch) et sa mère Melanie (Erica Ash), aborder le nouveau départ de la famille avec beaucoup d’appréhension et d’inquiétude. Pourtant, ironiquement, leurs craintes sont sur le point de se dissiper une fois que Kevin rencontre quelqu’un de spécial et non, ce n’est pas la voisine Joy (Isabella Russo) car cee n’est pas elle qui bouscule son monde.

C’est Ernest (David Harbour), un fantôme d’âge moyen chauve, portant une chemise de bowling et qui hante le grenier des Presley. Après la tentative du spectre d’effrayer Kevin rapidement les bombes, Ernest se lie d’amitié avec le jeune adolescent. Kevin soupçonne que son nouveau meilleur ami est coincé entre les royaumes et a besoin d’aide pour certaines affaires inachevées. Ce que cela implique reste un mystère, car Ernest est amnésique et ne peut pas communiquer correctement. Pendant ce temps, Frank et Fulton ont eu vent de l’amitié naissante du couple et cherchent à exploiter Ernest en ligne, en publiant des vidéos, en lançant des marchandises et en programmant des apparitions télévisées mal avisées. Alors qu’un média social effrayant suit des accumulations, la présence d’Ernest alerte également des autorités comme le Dr Leslie Monroe (Tig Notaro) et le directeur adjoint de la CIA Schipley (Steve Coulter), dont les plans infâmes sont d’étudier Ernest, bloquant ainsi sa quête pour trouver la paix et partir dans l’au dela.

Dire que cette fonctionnalité est surchargée est un euphémisme. Il regorge de bonnes idées, mais trop de ces concepts ne sont pas utilisés de manière innovante et économe en temps. Au lieu d’avoir des scènes à double ou triple devoir, superposant simultanément les enjeux internes et externes des personnages dans l’hilarité, l’action et le spectacle, les scènes établissent une chose à la fois, répartissant les informations et les émotions lorsqu’elles doivent être entrelacées. Donner à Kevin un copain intelligent et impertinent comme Joy à qui il peut se confier est une bonne idée, mais n’est finalement pas essentiel car Ernest le sort également de sa coquille presque de la même manière. Couper d’autres composants superflus, en particulier tout ce qui concerne le Dr Monroe et la CIA, motivés par la vendetta, en faveur des motivations de nos personnages principaux aurait pu aider à resserrer le rythme et les rythmes énergiques.

Cela dit, pour la plupart, les scénarios de la nouvelle ont été mis à jour pour améliorer les personnages adoucissant Frank d’un gars unidimensionnel et égocentrique à un père imparfait travaillant à travers ses problèmes et échangeant les personnalités et les arcs des frères. . Le récit bénéficie également de changements structurels, passant à un format plus propre et plus clair et se concentrant sur un protagoniste plus jeune, ce qui fait sonner plus fort les bouffonneries inspirées de l’aventure Amblin. De grandes séquences d’action justifient leur inclusion, de la poursuite policière crépitante une fois que les enfants ont pris la route avec Ernest à l’introduction d’Ernest qui se contorsionne et fait fondre le visage à la médium Judy Romano (jouée par une Jennifer Coolidge vivement déséquilibrée).

Pour résumer ; We Have a Ghost à une flottabilité chaleureuse et légère qui est judicieusement fusionnée non seulement avec les flexions comiques du scénario, mais aussi avec la cinématographie saturée de Marc Spicer et les choix de conception de la production de Jennifer Spence , un film à voir en famille tranquillou le week-end .

Complément d’infos :

We Have a Ghost | 24 février 2023 (États-Unis) Synopsis: Finding a ghost named Ernest haunting their new home turns Kevin's family into overnight social media sensations. But when Kevin and Ernest investigate the mystery of Ernest's past, they bec... Tout lire
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

By Frere Yannick

Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décenniesRédacteur, Critique, Webmaster ainsi que de la création de futurs projets et évènements ayant rapport avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts