Critique du film : Annabelle



Résumé : John Form est certain d’avoir déniché le cadeau de ses rêves pour sa femme Mia, qui attend un enfant. Il s’agit d’une poupée ancienne, très rare, habillée dans une robe de mariée d’un blanc immaculé. Mais Mia, d’abord ravie par son cadeau, va vite déchanter. Une nuit, les membres d’une secte satanique s’introduisent dans leur maison et agressent sauvagement le couple, paniqué. Et ils ne se contentent pas de faire couler le sang et de semer la terreur – ils donnent vie à une créature monstrueuse, pire encore que leurs sinistres méfaits, permettant aux âmes damnées de revenir sur Terre : Annabelle…

Ressenti : Dans Conjuring, Annabelle n’avait fait que de faibles apparitions mais nous avons eu le temps de retenir le visage terrifiant de cette poupée. Il va de soi que je me réjouis à l’idée de découvrir un long-métrage dédiée qu’à elle. Même si quelques défauts sont à mentionner, je dois dire que dans l’ensemble c’est plutôt réussi. L’ambiance reste pour moi l’atout majeur de cette réalisation, elle est parfaitement maîtrisée pour nous offrir des scènes angoissantes et déroutantes. A contrario, il arrive que certaines d’entre elles soient tirées en longueur mais ce n’est pas ce détail qui m’a dérangé. Le point sur lequel je reste sceptique et déçue c’est le jeu d’acteur. Contrairement au reste, les personnages n’offrent pas toujours une prestation convaincante. Je reproche un certain manque de constance de leur part mais pour une première dans le genre horreur, Annabelle Wallis s’en tire plutôt bien. Concernant l’histoire, je dois avouer que je m’attendais à autre chose, à un autre dénouement mais nous restons malgré tout captivé par cette chasse à l’âme. Attention toutefois à une fin trop prévisible à mon goût. Pour finir, Annabelle reste donc un spin-off de Conjuring que je retiens en mémoire particulièrement pour son côté terrifiant. Nous ressentons le talent de James Wan qui est ici, producteur du film ainsi que de celui du réalisateur John R. Leonetti qui, qui est principalement connu pour son talent de directeur de la photographie dans de nombreux films d’horreur tels que Dead Silence, Insidious et Conjuring.

Note : 7/10

Bande annonce : 



Erlst Ann
A propos Erlst Ann 129 Articles
Critique de Films d'horreur et grande fan du film du genre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*