Critique du film : Brightburn

Résumé du film Brightburn : Tori Breyer a perdu tout espoir de devenir mère un jour, quand arrive dans sa vie un mystérieux bébé. Le petit Brandon est tout ce dont elle et son mari, Kyle, ont toujours rêvé : c’est un petit garçon éveillé, doué et curieux de tout. Mais à l’approche de la puberté, quelque chose d’aussi puissant que sinistre se manifeste chez lui. Tori nourrit bientôt d’atroces doutes sur son fils. Désormais, Brandon n’agit plus que pour satisfaire ses terribles besoins, et même ses proches sont en grave danger alors que l’enfant miraculeux se transforme en un redoutable prédateur qui se déchaîne sur leur petite ville sans histoire…

Ressenti : Cette année, je dois dire que les films d’horreur fonctionnent bien mais pas que, les films sur les super-héros ont également la côte, alors pourquoi ne pas combiner les deux ? Il est vrai que l’idée est plutôt plaisante sauf que Brightburn m’a laissé quelque peu sur ma faim, perplexe. Dans l’ensemble, il arrive à nous divertir c’est vrai mais je regrette que tous se soit enchainé si rapidement, on a pas vraiment eu le temps de s’habituer à la nouvelle personnalité du jeune Breyer. Pour une fois, je n’aurai pas été contre des scènes plus longues, plus explicites. Des scènes qui parlent davantage du passage d’enfant à l’adolescent, de sa manière de gérer les moqueries de ses camarades de classe, et finalement de son soudain basculement dans le côté sombre. Nous passons directement au dernier point sans trop s’attarder sur les détails, et lorsqu’on comprend d’où vient ce fameux changement de personnalité, une certaine déception s’empare de moi. Je m’attendais à bien mieux. Malgré cela, comme je le disais plus haut, l’histoire de base reste intriguante et nous donne envie de connaitre le sort de la famille Breyer mais je ne suis pas les aventures de notre jeune super-héros muni de laser à la place des yeux avec le même entrain. J’en viens maintenant à parler des personnages, je dois dire que dans l’ensemble, leurs prestations sont convaincantes mais pas transcendantes non plus, on s’attend également à mieux au point de vue du scénario…Pour finir, Brightburn ne fait pas partie des films que je retiendrais cette année, hormis peut-être pour les quelques scènes qui amènent un peu de pep’s comme l’arrachage de machoire…

Note : 3/5

Infos sur le film : 

Titre : Brightburn
Date de sortie 2019
De David Yarovesky
Avec Elizabeth Banks, David Denman, Jackson A. Dunn
Genres Epouvante-horreur, Science fiction
Nationalité Américain

Bande annonce : 

Erlst Ann
A propos Erlst Ann 79 Articles
Critique de Films d'horreur et grande fan du film du genre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*