Critique du Film : Ouija les origines



Résumé : À Los Angeles en 1965, une veuve et ses deux filles montent une nouvelle arnaque pour pimenter leur commerce de séances de spiritisme bidon. Chemin faisant, elles font involontairement entrer chez elles un esprit maléfique bien réel. Lorsque la fille cadette est possédée par la créature impitoyable, la petite famille doit surmonter une terreur dévastatrice pour la sauver et renvoyer l’esprit de l’autre côté…

Ressenti : Stiles white passe le flambeau à Mike Flanagan pour nous offrir un prequel plutôt convaincant. Comme le titre l’indique, nous découvrirons les origines de la famille Zander, soit 50 ans avant les événements du premier film sorti en 2014. Je dois dire que j’ai été plutôt satisfaite dans l’ensemble. L’histoire donne envie de poursuivre le récit jusqu’au bout tant elle est prenante. Mais l’atmosphère du film est pour moi le point le plus maîtrisé et le plus réussi. Pesante et angoissante, elle nous accompagne à chaque instant. Évidemment, le film ne serait rien dans l’interprétation des actrices et plus particulièrement celle qui interprète le rôle de Doris, Lulu Wilson qui est juste incroyable. Elle a réussi à être à la fois convaincante et fabuleusement terrifiante, un exploit pour son jeune âge. Annalise Basso (The mirror) et Elizabeth Reaser (Connue principalement dans la saga Twilight) l’accompagnent dans cette descente aux enfers. Pour finir, même si quelques jumpscares sont prévisibles voir ratés, nous aurons rendez-vous à quelques retournements de situation inattendus. J’ai été surprise par l’efficacité de ce long-métrage et il ne m’a pas fallu longtemps avant d’entrer dans cet univers paranormal. Ouija, les origines répond aux questions que l’on se posaient durant le premier film et clôture parfaitement l’histoire de la famille.

Note : 7.5/10

Bande annonce :



Erlst Ann
A propos Erlst Ann 129 Articles
Critique de Films d'horreur et grande fan du film du genre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*