Critique du Film : Ouija



Résumé : Après avoir perdu Debbie, son amie d’enfance, dans des circonstances atroces, Laine tombe sur une vieille planchette Ouija dans la chambre de Debbie et tente alors d’y jouer pour dire « Au revoir » à la disparue… Pour l’heure, seul Pete, petit copain de Debbie, accepte de l’aider. Convaincue qu’il ne peut s’agir d’un suicide, Laine mène l’enquête et découvre que l’esprit convoqué par la planchette se fait appeler « DZ » et tient à poursuivre la partie coûte que coûte…Tandis que des événements de plus en plus étranges se multiplient, Laine sollicite l’aide de sa sœur cadette Sarah, de son amie Isabelle et de son petit copain Trevor.Peu à peu, les cinq adolescents se plongent dans l’histoire de la maison de Debbie et comprennent que leur amie n’était ni la première victime, ni la dernière. Et s’ils ne parviennent pas à refermer le portail qu’ils ont dangereusement ouvert, ils connaîtront le même sort que celle qui les a initiés au jeu de Ouija…

Ressenti : J’ai directement été emballée par le concept qu’il n’a pas été difficile pour moi d’entrer dans le film et d’y être totalement captivée. Alors oui, il y a certains défauts mais dans l’ensemble ça reste une bonne réalisation. Second atout après l’histoire évidemment, c’est dans nul doute le jeu d’acteur que je trouve pour une fois dans ce type de film, plutôt convaincant. On retrouve d’ailleurs pour mon plus grand plaisir, Olivia Cooke, que j’avais déjà beaucoup aimé dans la série Bates Motel. Ensuite, l’ambiance est installée quasi immédiatement avec une scène d’ouverture qui te donne déjà un premier apercu de ce que tu vas découvrir tout au long du récit. Il est vrai cependant que côté scénario, on aurait pu faire mieux, c’est un peu léger mais ce n’est pas le détail sur lequel je m’attarde lorsqu’il y a d’autres atouts dans le film. Pour finir, la tension monte progressivement et nous avons rendez-vous généralement avec des scènes inattendues et angoissantes mais par toujours, d’autres sont au contraire prévisibles. Ouija est dans l’ensemble très bien réalisé, innovant et convaincant, j’attends juste de pouvoir en savoir d’avantage sur le commencement de cette histoire, de la famille et de la planche parce que je suis restée un peu sur ma faim. Pour cela, rendez-vous dans le deuxième chapitre de Ouija, les origines.

Note : 7/10

Bande annonce : 



Erlst Ann
A propos Erlst Ann 108 Articles
Critique de Films d'horreur et grande fan du film du genre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*