Pourquoi le premier Massacre à la Tronçonneuse n’était pas gore et sanglant



Malgré sa réputation étrange d’être extrêmement violent, le Massacre à la tronçonneuse original est presque dépourvu de gore et de sang, et voici pourquoi. Le fait que le film de 1974 soit généralement perçu comme un film plein de violence graphique a probablement beaucoup à voir avec son titre. Les mots massacre et tronçonneuse dans le titre d’un film d’horreur impliquent naturellement que beaucoup de gens seront tués avec l’outil électrique titulaire. Pourtant, ce n’est même correct, car Leatherface ne tue qu’une personne avec son arme de signature dans le tout premier film.

Même avec cette mort, qui voit Leatherface conduire sa tronçonneuse à travers le corps de Franklin (Paul A. Partain), est en réalité beaucoup plus une suggestion qu’une violence réelle. Il y a des éclaboussures de sang et des cris, mais ce ne sera que lorsque les séquelles et les redémarrages du Massacre à la tronçonneuse que les limites de ce qu’une tronçonneuse peut faire à une personne à l’écran ont été vraiment testées.

Bizarrement, même si Massacre à la tronçonneuse contient très peu de gore et de sang, c’est toujours un film controversé ciblé à plusieurs reprises au fil des ans par les commissions de censure. Ironiquement, c’est ce que le réalisateur Tobe Hooper essayait d’empêcher que cela se produise.

Alors pourquoi le film n’était-il  pas gore et sanglant ?

Aussi fou que cela puisse paraître pour certains fans, Massacre à la tronçonneuse a été délibérément conçu par Tobe Hooper pour ne pas être un film sanglant. L’absence de tueries sanglantes et de violence extrême n’était pas une limitation budgétaire, ou quelque chose comme ça. Au lieu de cela, Hooper a dirigé le film d’une manière qui, espérait-il, garantirait au film une cote PG (-13) de la MPAA, probablement pour le rendre plus facilement accessible à un public plus jeune. Le sang et les tripes étaient réduits au minimum, et même le niveau de langage utilisé était limité, le tout avec une note PG à l’esprit.

Le plan de Hooper s’est toutefois retourné contre lui, car laisser les meurtres de Leatherface plus à la puissance des effets sonores, des coupures de caméra et des suggestions dramatiques a conduit le film à être encore plus horrible qu’il ne l’aurait probablement été avec des projections de sang partout. Lorsqu’il a été soumis pour la première fois à la MPAA, le film n’a pas seulement reçu un PG, il a contourné un R (-16) et a été classé X (-18), au grand choc et consternation de Hooper. Il a fallu de nombreuses séries de coupes répétées pour finalement obtenir un R, suivi de Hooper levant les mains et libérant le film à ce niveau. Dans une tournure des événements amusante supplémentaire, Hooper est allé dans l’autre sens avec la suite de 1986 Massacre à la tronçonneuse 2, amplifiant le sang à un degré parfois caricatural, pour affronter à nouveau plusieurs rounds de bataille avec les suzerains de la MPAA. Il semble qu’il ne pouvait tout simplement pas gagner.



Giarrusso Flavia
A propos Giarrusso Flavia 283 Articles
Passionnée de films d'horreur depuis de longues années .....qui aime fouiner a chercher le top en matière d'actualité. Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*