Premier regard sur ‘Holy Spider’ le film qui relate l’histoire vraie d’un sérial killer Iranien



« Holy Spider » ou « Les nuits de Mashhad« un drame sérieux sur un véritable tueur en série iranien, a stupéfié le Festival de Cannes lors de sa première ce dimanche après-midi, remportant une ovation debout de sept minutes et apportant une secousse d’électricité au festival de cette année.

Le film, du réalisateur irano-danois Ali Abbasi (« Border »), relate une tuerie dans les rues de la ville religieuse de Mashhad, où 16 prostituées ont été retrouvées mortes de 2000 à 2001. Un journaliste local, Rahimi (Zar Amir- Ebrahimi), tente de résoudre l’affaire alors qu’elle est frustrée par l’apathie de la police à retrouver le meurtrier. Mais dans l’un des nombreux rebondissements de ce drame, l’identité du tueur en série est révélée très tôt et c’est un vétéran de la guerre nommé Saeed (Mehdi Bajestani), un père de famille apparemment normal qui passe ses nuits à ramasser des femmes sur sa moto et à étrangler brutalement chez lui dans le cadre d’un rituel religieux de purification.

« Holy Spider » sera sûrement l’un des films dont on parlera le plus à Cannes cette année. Alors que la violence du film a conduit à une poignée de sorties en pleine projection , il a établi des comparaisons entre les participants et « Zodiac » de David Fincher, car il a suscité le buzz qu’il pourrait être l’un des premiers favoris pour la Palme d’Or.

Le film, qui a été tourné en Jordanie, provoquera certainement une réponse du gouvernement iranien pour sa représentation d’une femme aux seins nus dans une scène d’ouverture ainsi que de multiples scènes de sexe. En Iran, les films ne sont pas autorisés à présenter de telles images, auxquelles Abbasi a fait allusion dans de brèves remarques lors de la première.

« Cela signifie beaucoup pour nous », a déclaré le directeur. « Cela signifie beaucoup pour ma fantastique équipe, mon équipe, mes acteurs. Mais c’est aussi un grand jour pour le cinéma iranien. Il y a enfin au moins un film où les femmes ont un corps, où elles ne dorment pas avec leur foulard.

Sous les applaudissements nourris de l’intérieur du Palais, il a fait référence à la façon dont tant d’Iraniens à l’époque se sont rangés du côté du tueur en série dans cette affaire. « Et au cours des 20 dernières années, j’ai toujours pensé à une énorme injustice qui a été contre les vraies victimes de cette histoire », a déclaré Abbasi. « Et comment même lorsque les gens condamnent cela, ils n’ont jamais mentionné ces femmes. Je sens qu’il y a un petit morceau de justice ici qui se joue ce soir.

Le film cherche à être distribué aux États-Unis à partir de Cannes, et il déclenchera probablement une guerre d’enchères de la part des distributeurs indépendants à la recherche d’offres de prestige.

Avec « Holy Spider », Abbasi explique pourquoi il pourrait être le prochain grand réalisateur iranien à se faire un nom sur la plus grande scène mondiale du cinéma international.

Nous y reviendrons prochainement .

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 1 Average: 4]



A propos Frere Yannick 1154 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire