Quand est-il de L’horreur en ce temps du coronavirus

 

Dire que ce sont des temps sombres est un euphémisme avec un courant d’effroi constant qui le traverse. Au moment où j’écris ces lignes,l’industrie du cinéma est à l’arrêt, les pays sévissent, essayant de garder une longueur d’avance sur un Croque-Mitaine invisible qui pourrait venir pour n’importe qui, et comme l’inquiétude se transforme en peur, des mesures préventives sont en place pour ralentir la propagation. La distanciation sociale (la manière polie de dire «éloignez-vous de moi, merci»), la mise en quarantaine et le nettoyage comme si votre belle-mère vient pour une visite sont devenues des priorités pour les personnes qui cherchent à rester en vie tout en aidant ceux qui sont les plus vulnérables. Étant donné que tant de personnes sont obligées d’être à la maison, elles se tourneront naturellement vers le confort des créatures sur leurs écran de TV: des activités qui agissent comme une couverture de sécurité lorsque l’anxiété et la dépression deviennent accablantes. Si vous lisez ceci, il est probable que vous vous tourniez vers l’horreur.

L’horreur n’est certainement pas un fourre-tout pour la plupart des gens; il y en a beaucoup qui s’auto-médicamente aux sons de Beethoven ou a la voix d’un gourou ou d’une religion telle qu’elle soit, peut-être même les deux ou quelque part entre les deux. Ensuite, il y a ceux qui passent leur temps à faire de l’artisanat avec leurs enfants, à jouer à des jeux pour les protéger autant que possible de l’angoisse existentielle de notre situation actuelle. Certains tricotent…. Le fait est que nous avons tous une soupape de décompression qui est utilisée avec vigueur depuis le début du confinement; parfois cela fonctionne, parfois non.

Mais les fans d’horreur sont une race légèrement différente; nous contenons les mêmes multitudes d’introvertis et d’extravertis que n’importe quel autre bloc d’amateurs de films, mais il y a quelque chose de spécial dans notre coin de rue particulier.

En tant que fan d’horreur, je jette un coup d’œil aux négligés, aux vicieux et aux scandaleux pour le plaisir. Souvent, je ne vois pas des gens comme moi représentés dans le cinéma grand public, alors je me tourne vers l’horreur pour passer du temps avec des personnes ayant des problèmes émotionnels qui se manifestent généralement hors de leur contrôle. Et parfois, j’ai juste besoin de tuer madame, alors je me tourne vers Jason (vendredi 13), Freddy, Michael et Victor Crowley (entre autres) pour les massacrer et plus c’est gore et mieux c’est .

Alors que beaucoup se détournent de dégoût, de répulsion et de peur face aux offrandes d’horreur, je le célèbre, car pour moi, c’est souvent un répit face à l’aggravation de l’horreur du monde, et un rappel que quelqu’un est toujours pire.

Mais que se passe-t-il lorsque je deviens ce «quelqu’un»? Notre crise mondiale actuelle a mis tout le monde en mode survie. Avec tout fermé, serons-nous capables de fonctionner, de vivre sans moyen ,sans emploi, sans ressources ? Nous nous inquiétons  et à juste titre  de notre existence même.

Mais la communauté de l’horreur peut être qu’elle est souvent  à son meilleur lorsque les choses semblent désespérées. J’ai vu d’innombrables amis et connaissances sur les réseaux sociaux se tendre la main pour se réconforter, se surveiller les uns les autres, offrir leur soutien de toutes les manières possibles. En plus de donner un coup de main, nous sommes devenus des distractions, des panneaux amusants et des listes de «best of» pour nous détourner du monde qui nous entoure. Au moins un instant.

Ce sont les mêmes fonctions que nos films préférés offrent: empathie et connexion. Nous pouvons regarder Frankenstein et nous sentir mal pour le monstre, ou montrer des remords pour le Loup Garou et sa tragique malédiction, ou serrer les dents avec Leslie Vernon alors qu’il devient frustré par sa place dans le monde des icônes d’horreur. Nous nous soucions de ces personnages, et à notre tour, nous nous soucions des créateurs qui les fabriquent et des personnes qui l’apprécient.

Ce n’est pas la chose la plus simple à faire; lorsque le monde semble vous écraser, il peut être difficile de rassembler la force de regarder au-delà de votre propre compétence. Ce n’est pas seulement normal, c’est recommandé. J’espère certainement que tout le monde prend le temps de prendre soin de soi. C’est crucial pour la santé et la santé mentale. (Et vous devez être sain d’esprit et de corps pour voir tous les films d’horreur, même Verotika. D’accord, surtout Verotika.) Soyez tranquille avec vous-même. Nous sommes tous au sommet d’un monde en ruines ensemble.

En tant qu’amateurs d’horreur, nous choisissons nos propres styles ; il y a même ceux qui ont tendance à se baigner dans la beauté sombre d’un Martyr pour les faire passer. Et qui peut dire qu’ils ont tort? Tout ce qu’il faut pour apaiser votre esprit ou pour vous donner de l’espoir devrait être la priorité numéro un. Mais une chose est sûre: nous sommes ici les uns pour les autres, pôle à pôle; aucune distanciation ou tragédie ne nous séparera jamais. Et nous l’emporterons.

Prenez soins de vous et des autres….

Toute l’équipe de Darkmovies 

Frere Yannick
A propos Frere Yannick 556 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*