Critique de film : Fear Street Part 3: 1666

3
(1)

Résumé du film Fear Street Part 3: 1666 (2021) : Une ville coloniale est prise d’une chasse aux sorcières hystérique qui a des conséquences mortelles pour les siècles à venir, et c’est aux adolescents de 1994 d’essayer de mettre fin à la malédiction de leur ville, avant qu’il ne soit trop tard.

Ressenti : Trop de n’importe quoi n’est jamais bon, et la fin de la trilogie Fear Street de Netflix le confirme. Le troisième et dernier des ambitieux trios de films de Leigh Janiak, intitulé Fear Street Part 3: 1666, nous ramène au XVIIe siècle pour découvrir la racine des problèmes de Shadyside. Cette finale gonflée (d’une durée de près de deux heures) lie de manière superficielle le récit avec peu de finesse ou d’énergie , dommage car les deux entrées précédentes, regorgeant de références à la culture pop et de fondements thématiques subversifs, avaient un potentiel immense.

Les deux premiers films, Fear Street Part 1: 1994 et Fear Street Part 2: 1978, ont tenu suffisamment de ces promesses pour qu’elles valent la peine d’être visionnées , le premier renversant les attentes du genre, le second se délectant de meurtres sanglants et sanglants. Le troisième, malheureusement, se sent surtout comme une obligation.

À la fin de Fear Street Part 2, Deena (Kiana Madeira) et son frère, Josh (Benjamin Flores Jr.), retournent sur le lieu de sépulture de la sorcière Sarah Fier dans l’espoir de briser la malédiction et de ramener la petite amie de Deena, Sam (Olivia Scott Welch), qui a été possédé par l’énergie démoniaque qui se propage à travers Shadyside. Selon la légende, quiconque réunit la main squelettique de Fier avec son corps (ils sont enterrés dans différentes parties de la ville) pourrait potentiellement mettre fin aux meurtres à Shadyside. Mais quand Deena fait cela, elle est transportée en l’an 1666, où elle regarde se dérouler les événements responsables de leurs afflictions contemporaines.

Janiak crée un sinistre simulacre, mettant habilement les acteurs des premiers films dans les colons du XVIIe siècle. Madeira joue maintenant Fier et Welch son amant, Hannah Miller. La colonie, pas encore divisée en Sunnyvale ou Shadyside, s’appelle simplement Union. Les acteurs qui ont joué des amis dans les films précédents apparaissent en tant que membres de cette communauté, et Janiak et ses co-scénaristes Phil Graziadei et Kate Trefry vont jusqu’à ce que certains d’entre eux prononcent des lignes exactes du premier opus – une approche qui met en valeur le réalisateur l’inventivité et souligne les préoccupations plus larges du film concernant la façon dont le passé hante le présent. Madeira donne une solide performance en tant que Fier, et McCabe Slye (qui a joué Tommy Slater dans la partie 2) en tant que Mad Thomas, le prophète autoproclamé fanatique de la ville, apporte une légèreté sardonique à l’histoire parfois sérieuse.

À l’exception des accents malheureux, que je ne pouvais pas placer géographiquement ou temporellement et que les interprètes ont eu du mal à maintenir, la première moitié de la partie 3 est une noble expérience d’immersion des téléspectateurs dans l’histoire d’un lieu au lieu de s’appuyer sur de minces flashbacks. Le film présente les grandes figures de la ville – comme le pasteur exigeant (Michael Chandler) et le solitaire Solomon (Ashley Zukerman), seul allié de Fier – nous plonge dans la politique locale et nous donne des aperçus de la vie quotidienne.

Mais il est difficile de ressentir autre chose que de l’apathie envers les citadins puritains et vitrioliques, dont les attitudes envers la différence deviennent redondantes et fatiguées après un certain temps. Ce rappel prolongé aurait pu nous donner plus que ce que nous savions déjà sur la communauté, à savoir qu’ils méprisent ce qu’ils ne comprennent pas et trouvent plus facile de se lamenter sur les sorcières que de regarder en eux-mêmes et les uns les autres.

Il est facile de prédire ce qui se passera ensuite lorsque Deena retournera dans son corps en 1994. Armée de la connaissance du véritable méchant de Shadyside et de la façon de les arrêter, elle court contre la montre (et les monstres qui la poursuivent, elle et son frère) pour sauver sa ville . Dans le trajet en voiture jusqu’au centre commercial, où elle – avec l’aide de C. Berman (Gillian Jacobs), la seule personne à avoir survécu à un massacre de Shadyside et le personnage central de la partie 2 – mettra en place un plan pour piéger le tueur. , Deena résume ce qu’elle a appris dans le passé à son frère.

La seconde moitié de Fear Street Part 3 est essentiellement Fear Street Part 4: 1994 (Encore une fois), l’intrigue reprenant là où le premier film s’était arrêté. Quels que soient les frissons modestes offerts par cette section, ils proviennent moins des révélations (qu’un téléspectateur astucieux aura déjà anticipé) et plus des machinations que l’équipage improbable concocte pour arrêter les tueurs en série zombifiés de Shadyside qui les poursuivent. Il y a des pièges intelligents ici, que je ne vais pas gâcher, et regarder les gangs poignarder et couper les monstres est toujours un régal.

Pourtant, à la fin de Fear Street Part 3, lorsque le mystère a été résolu et que justice a été apparemment rendue, j’étais plus soulagé qu’autre chose d’avoir fini la trilogie , pour resumer celle-ci , ce n’est pas top , ce n’est pas mauvais : juste moyen

Titre : Fear Street Part 3: 1666 (2021)
Date de sortie initiale : 9 juillet 2021
Réalisatrice : Leigh Janiak
Adaptation de : Fear Street
Distribué par : Netflix

Complément d’infos :

Fear Street: 1666 (2021) Horror, Mystery | 112min | Juillet 16, 2021 (United States)
Réalisateur: Leigh Janiakscénariste: Phil Graziadei, Leigh Janiak, Kate TrefryActeurs: Kiana Madeira, Ashley Zukerman, Gillian JacobsSynopsis: The origins of Sarah Fier's curse are finally revealed as history comes full circle on a night that changes the lives of Shadysiders forever.

Photos


Voir les photos >>

Leigh Janiak Réalisateur, scénariste, Additional Crew Biographie: Leigh Janiak is a film director and screenwriter born on February 1, 1980 in Ohio, USA. She is the daughter of Karen L. Janiak and Nestor K. Janiak of Mentor, Ohio, USA. Her feature film directorial debut was horror/mystery Honeymoon (2014) starring Rose Leslie from Game of Thrones (2011), and Harry Treadaway who can be seen on the television ...
Né le: Fevrier 1, 1980 | Ohio, USA
Connu pour

Note : 2.5/5 Critiques

Bande Annonce :

Critique : Fear-street-part-1-1994/

Critique : Fear street-part-2-1978/

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 3 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Frere Yannick 894 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*