Critique de film : Fear Street Part 2: 1978

3
(1)

Résumé du film Fear Street Part 2: 1978 (2021) : Shadyside, 1978. L’école est finie et les activités du Camp Nightwing sont sur le point de commencer. Mais lorsqu’un autre ” Shadysider ” est possédé par l’envie de tuer, l’amusement se transforme en une lutte effroyable pour la survie…

Ressenti : Bien qu’il soit rare de qualifier une série de slasher d’ambitieuse, le projet “Fear Street” se qualifie : une trilogie de films sortis en semaines consécutives qui se rassemblent et forment une histoire complète. Il n’est pas rare que les films d’horreur reçoivent le traitement de la suite, mais il est rare qu’une franchise entière soit planifiée à l’avance, d’autant plus que chaque épisode de cette adaptation en trois parties des romans de R.L. Stine remonte plus loin dans le temps. “Partie 2: 1978”, le deuxième chapitre de la série, est moins abouti que “Partie 1: 1994” mais ouvre néanmoins de manière convaincante le terrain pour “Partie 3: 1666”.

Reprenant immédiatement là où son prédécesseur s’était arrêté , c’est-à-dire en 1994 plutôt qu’en 1978 : l’entrée du milieu approfondit le mythe Shadyside/Sunnyvale avant de remonter le temps et de raconter sa partie de l’histoire. Le reste du film se déroule au Camp Nightwing, où les jeunes de la prospère Sunnyvale et du Shadyside soi-disant maudit fument de l’herbe, ont des relations sexuelles avant le mariage et deviennent possédés par la sorcière à une main du XVIIe siècle responsable de siècles d’effusion de sang dans la région.

La « partie 2 » fait un certain nombre de références explicites à Stephen King et prend parfois une allure vaguement « ça », comme si le concept même de mal ne dormait pas tout à fait dans une tombe couverte de mousse et apportait périodiquement de la violence. malheur à ceux qui l’entourent. Bien qu’il n’atteigne jamais tout à fait le niveau de ses influences les plus manifestes, le film est doté d’une certaine gravité par le sentiment que tout cela s’est déjà produit et se reproduira sans aucun doute.

Des décennies de films slasher nous ont conditionnés à ne pas nous attacher à leurs personnages, dont la plupart sont du fourrage jetable pour le méchant qui les choisit, mais “Fear Street” inspire plus d’intérêt pour ses adolescents en danger que la plupart de ses ancêtres du genre . Ici, nous nous soucions réellement des sœurs Cindy et Ziggy Berman (Emily Rudd et Sadie Sink, respectivement), dont l’une assume le rôle de survivant traumatisé dispensant la sagesse dans la chronologie de 1994, alors que le petit ami aux manières douces de Cindy tombe sous l’emprise du la malédiction de la sorcière et commence à attaquer les campeurs avec une hache.

Les trois films de “Fear Street” ont été co-écrits et réalisés par Leigh Janiak, qui a la tâche difficile d’équilibrer la sensibilité adolescente du matériel source avec les attributs classés R de “Vendredi 13”, “Sleepaway Camp” et d’autres slashers . Loin des stoners en état de mort cérébrale punis pour avoir eu des relations sexuelles, ses personnages sont des adolescents précoces et avertis du genre, dont l’intelligence les a également fatigués du monde. En ce sens, “Fear Street” s’apparente à l’adaptation méconnue de MTV sur petit écran de “Scream”, dont deux épisodes ont également été dirigés par Janiak, les deux séries suggérant qu’il n’y a aucune raison pour que les slashers ne puissent pas s’adapter à un monde plus 21e siècle. état d’esprit – même si les deux sont finalement plus intéressés à faire allusion au passé qu’à influencer l’avenir.

En fin de compte, il y a une sorte de distance entre le spectateur et le personnage qui n’était pas présente dans le premier film, probablement parce que “Part 1” a révélé plusieurs de leurs destins avant que “1978” ne présente leur jeune moi. Nous savons que l’une des sœurs Berman vivra, sachez que la soif de sang de la sorcière ne sera pas assouvie cette nuit-là et sachez que le conseiller de camp bienveillant deviendra shérif. “Part 2” ne peut s’empêcher de se sentir comme l’enfant du milieu qu’il est, comblant le fossé entre ses deux frères et sœurs sans avoir la chance de se débrouiller tout seul.

Mais être référentiel n’est pas la même chose qu’être intelligent, et une grande partie du gore semble destinée à prouver la bonne foi des films classés R plutôt que de servir réellement le récit. Des gros plans de têtes coupées et des scènes dans lesquelles des campeurs sont surpris en train de faire l’amour ont l’impression d’être inclus non pas parce que l’histoire les appelle, mais parce que les démons du genre s’attendent à de tels frissons. “Fear Street” en général et le chapitre de 1978 en particulier sont à leur meilleur lorsqu’ils tracent leur propre chemin, ce qui est dommage lorsqu’ils sont trop réticents à le parcourir.

Pour résumer : une pale copie de slasher 80 qui malheuresement à du mal a etre crédible , a voir mais sans plus ….

Titre : Fear Street Part 2: 1978 (2021)
Date de sortie initiale : 9 juillet 2021
Réalisatrice : Leigh Janiak
Adaptation de : Fear Street
Distribué par : Netflix

Complément d’infos :

Fear Street Part 2: 1978 (2021) Drama, Horror, Mystery | 109min | Juillet 9, 2021 (United States) 6.8
Réalisateur: Leigh Janiakscénariste: Zak Olkewicz, Leigh Janiak, Phil GraziadeiActeurs: Sadie Sink, Emily Rudd, Ryan SimpkinsSynopsis: Shadyside, 1978. School's out for summer and the activities at Camp Nightwing are about to begin. But when another Shadysider is possessed with the urge to kill, the fun in the sun becomes a gruesome fight for survival.

Photos


Voir les photos >>

Leigh Janiak Réalisateur, scénariste, Additional Crew Biographie: Leigh Janiak is a film director and screenwriter born on February 1, 1980 in Ohio, USA. She is the daughter of Karen L. Janiak and Nestor K. Janiak of Mentor, Ohio, USA. Her feature film directorial debut was horror/mystery Honeymoon (2014) starring Rose Leslie from Game of Thrones (2011), and Harry Treadaway who can be seen on the television ...
Né le: Fevrier 1, 1980 | Ohio, USA
Connu pour

Note : 2.5/5 Critiques

Bande Annonce :

Critique : Fear Street Part 1: 1994

Critique : Fear Street Part 3: 1666

 

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 3 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Frere Yannick 894 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*