Critique de film : Spirale L’Héritage de Saw

2.5
(2)

Résumé du film Spirale : L’Héritage de Saw : Travaillant dans l’ombre de son père, une légende locale de la police, le lieutenant Ezekiel «Zeke» Banks et son nouveau partenaire enquêtent sur une série de meurtres macabres dont le mode opératoire rappelle étrangement celui d’un tueur en série qui sévissait jadis dans la ville. Pris au piège sans le savoir, Zeke se retrouve au centre d’un stratagème terrifiant dont le tueur tire les ficelles.

Ressenti : La bonne nouvelle à propos de Spirale L’Héritage de Saw , la neuvième entrée de la tristement célèbre série d’horreur et le deuxième redémarrage est que vous n’avez vraiment pas besoin d’être investi dans la mythologie alambiquée et absurde des huit films précédents pour savoir Qu’est-ce qui se passe. Il n’y a pas de personnages récurrents, et même le super-méchant de la série Jigsaw lui-même (qui revient encore et encore d’une mort apparente sous la forme de Tobin Bell) n’apparaît que sous forme de photo.

La mauvaise nouvelle est que Spiral va presque trop loin dans l’autre sens : ce n’est pas particulièrement effrayant, c’est extrêmement simpliste au point de se répéter, et en raison de sa structure répétitive, le spectateur est capable de comprendre assez rapidement qui est à l’origine de la série de meurtres commis à la manière de Jigsaw. Enfin presque comme Jigsaw, puisque les victimes cette fois sont [SPOIL] exclusivement des détectives en civil.

Pour les fans de la série, il y a les meurtres de « pièges à torture » obligatoires dans lesquels chaque victime a les moyens de choisir de vivre ou de mourir, même si elles finissent toutes par mourir de toute façon, bien sûr. Les pièges sont convenablement macabres et cruels, et le sang abondant et pas pour la première fois en regardant un film de Saw, comment le tueur trouve le temps et les ressources pour construire ces énigmes élaborées et mortelles. Le réalisateur Darren Lynn Bousman, qui revient dans la série pour la première fois après avoir réalisé Saw II, III et IV, maintient également la cohérence visuelle.

Le film s’ouvre avec un détective nommé Boswick (Dan Petronijevic), qui est envoyé dans un piège dans le métro. Dans les tunnels, Bos doit s’arracher la langue alors qu’un train déboule. Son ami, Dét. Zeke Banks (Chris Rock) prend la tête de l’affaire et il devient vite évident que le tueur utilise les méthodes de Jigsaw pour cibler des flics sales. Banks a aussi ses propres bagages. Non seulement il est le fils d’un chef de police estimé, aujourd’hui à la retraite (Samuel L. Jackson), mais Zeke est devenu un mauvais flic il y a 12 ans et a été mis au ban de ses collègues depuis.

Aux prises avec un nouveau partenaire fraîchement sorti de l’académie (Max Minghella) et sous la pression du chef actuel (Marisol Nichols), et averti par son père des graves conséquences si le meurtrier était effectivement un imitateur de Jigsaw, Zeke commence à recevoir des messages enregistrés et des souvenirs macabres dans le courrier du tueur, ce qui renforce le fait qu’un nouvel acolyte de Jigsaw est en fuite et que ce psychopathe porte un jugement moral sur l’ensemble des forces de police.

Il convient de rappeler que l’original Saw, réalisé par James Wan en 2004, était plus un mystère qu’un film d’horreur pur et simple, avec deux hommes se réveillant enchaînés dans une pièce avec un cadavre entre eux. La paire essaie de comprendre comment ils sont tous arrivés là et que faire ensuite. Ce n’est qu’avec Saw II que l’accent a été mis sur le méchant lui-même, Jigsaw, et ses pièges de plus en plus complexes et horribles, faisant de la série l’un des phares du sous-genre dit (et heureusement de courte durée) “torture porn”. .

Spiral ramène non seulement la série à ses racines mystérieuses à certains égards, même si c’est relativement facile à résoudre, mais façonne son histoire sous la forme d’une procédure policière. Mais comme le film montre sa main relativement tôt, il n’y a pas de réel mouvement vers l’avant du récit. Et bien que le fait que le tueur cible des flics corrompus soit une tentative de pertinence actuelle, il est traité de manière si brutale que le film risque d’être autoritaire à cet égard.

Pourtant, il y a une certaine fascination morbide à regarder l’histoire se dérouler et à voir à quel point le scénario (écrit par les écrivains de retour de Jigsaw Josh Stolberg et Pete Goldfinger) peut être inventif avec les pièges. Mais il y a aussi une sensation de travail dans toute la production et une grande partie du jeu d’acteur (ce dernier est un point sensible de longue date avec cette franchise), ce qui ajoute à une ambiance épuisée qui n’est guère surprenante neuf films dans une franchise.

Quant à Chris Rock, il reste une présence charismatique à l’écran, mais il est mal équipé pour gérer les aspects les plus sombres et hantés de son personnage. Il semble ne pas savoir à quel point il faut prendre sa performance au sérieux et se rabat souvent sur une réserve de plaisanteries, dont certaines donnent au film des répits momentanés d’humour tandis que d’autres se balancent maladroitement dans la scène. Samuel L. Jackson n’est dans le film que pour une poignée de scènes, ajoutant sa sauce spéciale à chaque fois qu’il se présente, mais aussi clairement là pour collecter un chèque de paie rapide.

Bien sûr, Spiral laisse la porte ouverte à plus de chaos à venir, selon que les recettes au box-office le justifient. Sur le plan créatif, cependant, Spiral n’offre pas vraiment de nouvelles pièces au puzzle et on a tendence a se faire c… en regardant le film qui ressemble plus a la série ‘Les Experts’ qu’un film d’horreur.

Titre : Spirale : L’Héritage de Saw
Première sortie : mai 2021
Réalisateur : Darren Lynn Bousman
Titre original : Spiral: From the Book of Saw
Titre québécois : Spirale: L’Héritage de Décadence
Sociétés de production : Twisted Pictures

Complement d’infos :

(2021) Crime, Horror, Mystery | 93min | 21 Juillet 2021 (France) 5,3
Synopsis: Working in the shadow of his father, an esteemed police veteran (Samuel L. Jackson), brash Detective Ezekiel "Zeke" Banks (Chris Rock) and his rookie partner (Max Minghella) take charge of a grisly investigation into murders that are eerily reminiscent of the city's gruesome past. Unwittingly entrapped in a deepening mystery, Zeke finds himself at the center of the killer's morbid game. Written by Lionsgate

Photos


Voir les photos >>

Réalisateur :

Darren Lynn Bousman Réalisateur, Producteur, scénariste Biographie: Darren Lynn Bousman was born on January 11, 1979 in Overland Park, Kansas, USA. He is a director and producer, known for Saw 2 (2005), Repo! The Genetic Opera (2008) and Tales of Halloween (2015). He has been married to Laura Bousman since January 2, 2010. They have two children.
Né le: Janvier 11, 1979 | Overland Park, Kansas, USA
Connu pour

Note : 2/5 Critiques

Bande Annonce :

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 2.5 / 5. Vote count: 2

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Frere Yannick 894 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*