Critique de film : The Exorcism of god (2022)




Résumé du film The Exorcism of god (2022) : Un prêtre américain travaillant au Mexique est possédé lors d’un exorcisme et finit par commettre un acte terrible. Dix-huit ans plus tard, les conséquences de son péché reviennent le hanter, déclenchant la plus grande bataille intérieure.

Ressenti : Le concept de chasser les démons d’un vaisseau mortel captif a alimenté certains des films d’horreur les plus effrayants de tous les temps, mais il a inévitablement également entraîné sa juste part de divagations pseudo-religieuses sans inspiration. Bien qu’aucun sous-genre ne produise des entrées dignes de L’Exorciste, les films d’horreur sont exceptionnels en ce que même dans leurs imperfections flagrantes, il y a généralement une sorte de motif transgressif à un projet donné et généralement une critique ou une défense sociétale destiné à déranger, provoquer ou scintiller. The Exorcism of god d’Alejandro Hidalgo est presque complètement dépourvu de tout commentaire stimulant, qui s’efforce de déballer l’héritage du catholicisme et des missionnaires au Mexique. Une grande partie de cela pourrait avoir à voir avec le dialogue majoritairement anglais, à l’exception de l’accent espagnol anglicisé du prêtre central et de quelques caractères auxiliaires destinés à donner un sentiment de « saveur locale ». Heureusement, le film parvient à mettre en place de véritables jumpscares et personnellement, je vais prendre une peur bon marché induisant des cris sur une ambiance « atmosphérique » clairsemée et à peine effrayante de n’importe quel jour de la semaine, mais il manque cruellement de finesse narrative . Cela semble particulièrement honteux étant donné l’intensité de l’obsession nationale du Mexique pour les exorcismes au cours de la dernière décennie, sans aucun doute le produit d’une guerre culturelle en cours soutenue par le Vatican.

Prêtre américain vivant au Mexique, le père Peter Williams (Will Beinbrink) a passé dix-huit ans à se repentir silencieusement d’un péché charnel qui l’a accablé lors de l’exorcisme d’un de ses propres paroissiens. Bien qu’il ait résolu de ne plus jamais accomplir le rite par la suite, il se retrouve à nouveau appelé de manière inattendue. Cette fois, au lieu de visiter un domicile chargé de crucifix, il est accueilli dans l’hostilité sombre et aux murs de ciment d’une prison pour femmes. D’abord à l’insu de Peter, l’acte indécent qu’il a commis il y a toutes ces années continue d’avoir de graves conséquences, se manifestant chez une jeune femme nommée Esperanza (María Gabriela de Faría), qui est possédée par le même démon du dernier exorcisme du prêtre. Réalisant que son propre passé commence à le hanter ainsi que la pittoresque ville mexicaine qu’il habite, Peter fait appel à son supérieur basé à Londres, le père Michael Lewis (Joseph Marcell), pour le soutenir. Le directeur de la prison refusant de libérer tout prisonnier non possédé pour le bien de celui qui subit une infestation démoniaque, il conclut un marché avec les ecclésiastiques : rester enfermé toute la nuit dans la véritable forteresse pour accomplir le sacrement, avec les gardes qui devaient revenir aux petites heures du matin. Inévitablement, tout l’enfer se déchaîne littéralement à l’intérieur de la prison et comme le titre du film l’indique, il y a une tentative de changer les tables sur Peter, excisant essentiellement le bien de lui dans une tentative de planter une graine impie du mal.

Au cours des années 2010, le Mexique a fait plusieurs gros titres liés à l’exorcisme, notamment que le rite était à la hausse à l’échelle nationale et faisait même l’objet d’un nettoyage spirituel sanctionné par l’État. En 2015, l’Église catholique a procédé à un exorcisme à l’échelle nationale, soi-disant traitant des origines démoniaques d’une guerre contre la drogue de plusieurs années et d’une augmentation de l’accès à l’avortement. Bien que le pays ait fait la une des journaux internationaux pour cet effort, cela indique une plus grande poussée du pape François, qui dirige le Vatican depuis 2013, pour étendre les pratiques d’exorcisme. Il existe un lien clair entre ce que l’Église catholique considère comme « démoniaque » et ce qui est en fait des progrès nécessaires dans certains droits et libertés civiques pour les groupes marginalisés. L’église a mis en place des pratiques « démoniaques » à inclure dans la législature pro-choix, des vêtements pour enfants non sexistes et l’acceptation des identités queer. Apparemment, le pape n’a pas de préoccupations plus urgentes à régler en Italie. Qu’il s’agisse d’un outil d’une «guerre culturelle» en cours (et fastidieuse) ou d’un ultime effort pour un pays entier pour purger ses maux humains les plus diaboliques (bien que les femmes mexicaines aient tendance à favoriser la protestation politique), il est clair que les exorcismes ne sont plus massivement considéré comme un acte archaïque à accomplir uniquement à huis clos, brisant une grande partie de la mystique effrayante derrière eux.

Ne vous méprenez pas, The Exorcism of god ne fait allusion à rien de tout cela, ses protagonistes prêtres étrangers trouvant le pays totalement romantique ou un cloaque total (« Je ne sais pas si je dois pulvériser de l’eau bénite ou de l’eau de javel », aboie Michael en entrant dans le prison du « pays du tiers monde »). Alors que ce film est plus qu’heureux d’exister en tant qu’usine de cris de niveau intermédiaire, le Mexique a un héritage impressionnant de films d’exorcisme qui ont repoussé les limites et ont été menacés de censure gouvernementale. À peu près tous les angles transgressifs utilisés dans L’exorcisme de Dieu ont été soigneusement disséqués dans certaines des œuvres d’horreur étrangères les plus célèbres du pays. Les pulsions romantiques refoulées des ecclésiastiques sont examinées avec un enthousiasme meurtrier dans Dos Monjes (Two Monks, 1934), tandis que le rite spirituel de l’exorcisme reçoit son propre traitement de non-exploitation mexicaine dans Satánico Pandemonium: La Sexorcista (Satanic Pandemoniam: The Sexorcist, 1975). Adopter une approche plus dramatique et véritablement effrayante est Alucarda, qui a également été filmé en grande partie en anglais de la même manière que The Exorcism of god. Chronique d’un couvent qui est dépassé par une entité démoniaque, ce film de 1977 de Juan López Moctezuma demeure l’une des critiques les plus intrigantes du catholicisme et de l’État mexicain dans le canon cinématographique du pays, ayant un fan réputé comme Guillermo del Toro.

Malgré la richesse des enquêtes sur celluloïd concernant l’obsession du pays pour l’intersection du catholicisme et de l’occulte, L’Exorcisme de Dieu renonce à cette tradition, se contentant plutôt de se plier au paysage stylistiquement lisse et thématiquement terne de l’horreur contemporaine. Certainement à la poursuite de l’attraction commerciale qui génère les retombées de la série The Conjuring, la valeur de production élevée et la tendance à s’appuyer sur les jumpscares semblent solidement en ligne avec The Curse of La Llorona et La Nonne. À juste titre, le film partage également un scénario fragile et une valeur bancale qui ne peut même pas provoquer avec un but.Mais le film sait comment créer une bonne frayeur (si bon marché) avec un Jésus démoniaque et une statue de la Vierge Marie possédée parmi eux : certes un changement de rythme bienvenu par rapport à l’inertie maussade qui afflige également une multitude de récents offres de genre. Avec l’assaut actuel de commentaires d’horreur politiques à moitié cuits, il suffit parfois qu’un film se concentre simplement sur les frayeurs pour une fois, mais soyez prévenu que l’intrigue et la politique médiocres de The Exorcism of god ne lui font certainement aucune faveur. Pour résumer : je dirais que The Exorcism of god est à voir mais sans plus car vite oublié …

Complément d’infos :

The Exorcism of God Drama, Horror | Octobre 11, 2021 (Spain) Synopsis:
Pays: Mexico, Venezuela, United StatesLangues: English

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 2 Average: 2.5]
A propos Frere Yannick 1321 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire