Critique de film : The Munsters (2022)

Résumé du film The Munsters (2022) : Les Munster sont une famille tout ce qu’il y a de plus monstrueux ! Herman, le chef du clan, ressemble à s’y méprendre à la créature de Frankenstein. Lily et Grandpa sont des vampires. Quant à Eddie, le fils, c’est un loup-garou ! Mais à part ces petites fantaisies, ils sont des gens comme tout le monde… 

Ressenti : Dans les années 1960, si vous vouliez regarder une sitcom hebdomadaire sur les monstres vivant en banlieue, il n’y avait que deux série en ville : « La famille Addams », sur un groupe de fous dont la richesse et l’apparence largement normale leur donnaient la liberté de poursuivre leurs intérêts bizarres, et « The Munsters », sur un groupe de classe ouvrière de monstres indubitables dont l’apparence extérieure offrait un contraste humoristique avec leur totale normalité.

La famille Addams a connu un grand succès cinématographique dans les décennies qui ont suivi sa sitcom (et les dessins animés du New Yorker sur lesquels elle était basée), avec des films d’action et d’animation à succès à leur nom. Mais Hollywood n’a pas été aussi gentil avec les Munsters. Leur émission était à l’origine un plus grand succès que « La famille Addams », mais ils n’ont jamais été redémarrés cinématographiquement pour le grand écran. (Sans compter le spin-off de la série « Munster Go Home! » en 1966.)

Et même s’il y a un tout nouveau long métrage « Munsters » de la superstar du heavy metal et réalisateur de grindhouse culte Rob Zombie, ils ne l’ont toujours pas fait.

« The Munsters » est une nouvelle comédie d’action en direct arrivant directement en vidéo et portant une esthétique remarquablement basse fidélité qui rappelle plus « The Big Bad Beetleborgs » que « La Maison des mille morts« . C’est brillant, c’est amical, c’est invitant, et c’est tellement stupide et désarmant qu’on serait pardonné de se gratter la tête et de se demander si le réalisateur était un autre « Rob Zombie » dont vous n’avez jamais entendu parler, sans aucuns rapport avec le mec qui vous a amené « The Lords of Salem. »

Mais voici la chose à propos de Zombie: il a peut-être changé son esthétique pour « The Munsters », mais ce film complètement idiot s’intègre parfaitement dans sa filmographie. Ses films ont toujours été des notes d’amour pour des médias monstrueux et sous-estimés, remplis de personnages étranges et souvent dérangeants qui regardent de vieux films et émissions de télévision stupides ultra kitch. « The Munsters » est le type de programme que la famille Firefly dans « The Devil’s Rejects » montre pour donner à leur monde macabre un grain sain. Si Dracula, la fille de Dracula et le monstre de Frankenstein peuvent trouver le bonheur familial dans un monde qui ne les comprend pas ou ne les apprécie pas, pourquoi tout le monde ne le pourrait-il pas ?

Le film « Munsters » de Zombie est une ode classée pour adultes, d’une idiotie extrème par apport à la série originale, qui fournit une trame de fond prolongée aux personnages que nous connaissons et, vraisemblablement, que nous aimons. Nous assistons à la création d’Herman Munster (Jeff Daniel Phillips, « Satanic Panic ») dans une intrigue généreusement inspirée de « Young Frankenstein« , où le savant fou Dr Wolfgang (Richard Brake, « Barbarian ») envoie son malheureux assistant Floop ( Jorge Garcia, « Hawaii 5-0 ») pour obtenir un cerveau brillant de la morgue, pour découvrir trop tard qu’il est revenu avec le cerveau d’un comique à la place.

Herman devient un peu une célébrité locale en Transylvanie, combinant ses blagues de vaudeville fatiguées avec de la musique punk-rock et attirant l’attention de la romantique désespérée Lily (Sheri Moon Zombie), qui tombe instantanément sous le charme innocent de ce mec. Tout cela est au grand dam de son père, le comte (Daniel Roebuck, « 3 From Hell »), qui déteste le nouveau petit ami de Lily et continue d’essayer de l’installer avec des hommes plus désirables, comme Orlock du film « Nosferatu » (également joué par Brake) ou un monstre qu’il crée accidentellement dans son laboratoire.

L’intrigue de « The Munsters » trouve Herman épousant Lily mais cède rapidement leur château chic de Transylvanie à son frère maladroit, un loup-garou nommé Lester (Tomas Boykin), les forçant à envisager de déménager à Hollywood et poursuivre une toute nouvelle vie parmi les banlieusards américains typiques.

« The Munsters » est une production fantaisiste, avec une conception et une direction artistique amusantes de Juci Szurdi (« Hab ») et Hedvig Kiraly (« Escape Room: Tournament of Champions »), qui tirent le meilleur parti d’un budget clairement limité. Le film de Zombie ressemble soit à un clip musical coûteux, soit à une maison de divertissement Halloween Horror Nights à prix modique, et le directeur de la photographie Zoran Popovic (« Clean ») fait exploser des couleurs vives et étranges à chaque coin de ces décors.

C’est le genre de film que vous vous attendez à voir sur un plateau de télévision en arrière-plan de n’importe quel autre film de Rob Zombie, ou sur les écrans géants derrière Zombie alors qu’il déchaîne des riffs de heavy metal sur la mort et le sexe devant une foule en liesse. Ce que ce n’est pas, malheureusement,un film particulièrement bon à regarder sans autres distractions à portée de main comme son téléphone portable ou sa tablette.

« The Munsters » est assez sympa, mais Zombie semble content de simplement traîner avec ces personnages dans leur monde transylvanien, au point que l’histoire réelle : celle de Lester trahissant la famille et les forçant à déménager à est repoussée dans le coin, à traiter uniquement dans l’acte final. Le film ne se termine même pas tant qu’il s’arrête, avec un point final de l’intrigue donnant à chacun une conclusion heureuse qui, curieusement, ne correspond même pas au point de départ de la série.

Le film regorge de tentatives d’humour, mais les blagues atterrissent rarement; quand ils le font et généralement du personnage acolyte de Garcia ou de la livraison sympathique de Phillips ou ils gagnent un rire copieux. C’est Phillips qui apparaît comme le plus grand casting du film, non seulement en capturant l’ambiance de la performance originale de Fred Gwynne, mais aussi en trouvant une attitude un peu plus jeune, romantique et aspirante à la célébrité pour Herman qui se distingue sans se sentir infidèle. Alors que Sheri Moon Zombie, généralement la vedette de la plupart des productions de zombies, reçoit du matériel moins divertissant avec lequel créer un personnage.

C’est plutôt révélateur que Zombie semble complètement indifférent à amener les Munsters en banlieue jusqu’à la toute fin du film, et que la cousine Marilyn, le seul membre humain conventionnel de la famille Munster, est introuvable. (Le fait que leur fils loup-garou soit absent a beaucoup plus de sens, puisque le film est techniquement une préquelle.) Zombie ne semble pas se soucier des Munsters contrairement à la réalité conservatrice ou même comme une partie significative de celle-ci, malgré leurs dissemblances superficielles. .

Zombie semble juste vouloir vivre dans un monde paisiblement excentrique, où les créatures peuvent faire la fête et sucer du sang sans avoir à se soucier des normes qui les dérangent. L’appel est compréhensible, mais cela ne fait pas grand-chose pour un film. L’histoire est inerte, même selon les normes des films basés sur des sitcoms, et l’absence de contraste avec l’Americana à l’ancienne prive la prémisse de la majeure partie de son potentiel humoristique.

« The Munsters » est une note d’amour aux personnages de la sitcom mais pas à leurs attributs ; il y a plus dans « The Munsters » que les Munsters, mais il semble avoir manqué cela. Le film de Zombie, bien que clairement doux et bien intentionné, ne semble que partiellement formé comme un clone de Frankenstein avec seulement la moitié de ses membres.

Complément d’infos :

The Munsters Synopsis: Reboot of "The Munsters", that followed a family of monsters who moves from Transylvania to an American suburb.
Pays: États-UnisLangues: Anglais

Voir nos Critiques de films

Bande Annonce :

;

Votre Vote
Votez pour ce film/article
[Total: 1 Average: 2]
A propos Frere Yannick 1561 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire