Critique du film Silent Hill



Résumé : De plus en plus souvent, la petite Sharon rêve d’une ville abandonnée, Silent Hill. Sa mère, Rose, décidée à comprendre l’étrange mal dont souffre son enfant, décide de l’accompagner sur place. Alors qu’elles pénètrent dans cet univers lugubre, Sharon disparaît. Rose se lance à sa poursuite, mais se rend vite compte que ce lieu étrange ne ressemble à rien de normal. Noyée dans le brouillard, peuplée d’étranges créatures, hantée par des ténèbres vivantes qui dévorent littéralement tout ce qu’elles touchent, cette dimension va peu à peu livrer ses terrifiants secrets…Avec l’aide de Cybil, de la police locale, Rose se jette dans une quête éperdue pour arracher sa fille au monde de Silent Hill. D’indices en épreuves, elle va découvrir tout ce que Sharon risque et ce qu’elle représente dans une malédiction qui dépasse tout…

Ressenti : Issu à la base du jeu vidéo japonais du même nom de Akira Yamaoka, Silent hill a de nombreuses avantages. Entre autre, l’ambiance qui est le principal atoût de cette réalisation selon moi, elle est à la fois malsaine, oppressante, froide, mystérieuse mais également réussie. En fait, il y a tellement d’adjectifs qui me viennent en tête que je ne sais pas lequel est le plus adapté. ll faut dire que j’ai été immédiatement plongée dans cet univers à la minute où l’actrice principale pose le pied dans cette ville fantôme où il pleut des cendres, autrement dit je n’ai pas vu le temps passé tant l’intrigue était présente. J’avais envie de découvrir la vérité autour de cette ville et de ses habitants (ou de cette secte?) et je dois dire que je n’ai pas été déçue surtout au niveau du bouleversement final. Je poursuis à présent en vous parlant des personnages et notamment de ce trio féminin absolument convaincant. Nous retrouvons Radha Mitchell (Solitaire et The crazies), Laurie Holden (The mist et la série emblématique The Walking dead) ainsi que Jodelle Ferland (le peuple des tenèbres). Je parlais plus haut de l’ambiance du film mais la tension joue également un rôle crucial, surtout lorsque la sonnerie retentit et que la ville toute entière est plongée dans les ténèbres. Nous ferons la connaissance de créatures incroyables tels que Pyramid head et les infirmières et nous aurons la chance de découvrir des effets spéciaux particulièrement bien maitrisés. Au final, nombreuses seront les scènes que je garderai en mémoire et peut-être qui sait, je me déciderai enfin à jouer au jeu vidéo…

Note : 9/10

Bande Annonce : 



Erlst Ann
A propos Erlst Ann 108 Articles
Critique de Films d'horreur et grande fan du film du genre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*