Les 10 méchants de films d’horreur qui ont marqués les années 70



4
(1)

Les années 1970 sont largement considérées comme l’une des meilleures décennies pour le cinéma d’horreur. Par extension, c’est aussi l’une des meilleures décennies pour les méchants des films d’horreur. Tous les films d’horreur n’ont pas besoin d’un méchant tangible pour réussir  dans Ne vous retournez pas, le méchant est le chagrin mais l’horreur est un genre formidable pour les méchants emblématiques.

Les films d’horreur des années 70 ont présentés aux fans de nombreux méchants inoubliables. Ceux-ci comprenaient des slashers masqués, comme Michael Myers d’Halloween et Leatherface de Massacre à la Tronçonneuse, et des monstres inhumains, comme le requin des Dents de la mer et le xénomorphe d’Alien dont certains sont toujours présents a l’heure actuelle sur nos écrans.

1 : Les Mutants de la colline à des yeux

La colline à des yeux de Wes Craven commence avec une configuration terrifiante : la famille Carter est chassée de la route et en proie à des problèmes de voiture au milieu de la nature sauvage. Tout au long de la nuit, ils sont traqués par des mutants cachés dans les collines.

Dirigée par Papa Jupiter, cette famille mutante contraste avec les Carter de manière intéressante. Ils sont essentiellement une inversion sombre et sanguinaire des protagonistes de la banlieue.

2 : Le Conducteur (Duel)

Avant d’apporter un sentiment similaire de tension hitchcockienne au dents de la mer, Steven Spielberg a prouvé sa capacité à terrifier le public avec un monstre sans visage, principalement hors écran, dans son thriller séminal conçu pour la télévision Duel.

Le film tourne autour d’un homme d’affaires aux manières douces qui se heurte à un camionneur vengeur lors d’un voyage en voiture à travers le désert. Thématiquement, Duel parle de la peur de la confrontation. Le camion géant et impitoyable est un puissant symbole de cette peur.

3 : Les membres de la secte (The Wicker Man)

Edward Woodward joue dans le joyau d’horreur folk de Robin Hardy, The Wicker Man, en tant que détective envoyé sur la mystérieuse île de Summerisle pour enquêter sur la disparition d’un enfant. Les habitants de l’île s’avèrent être un culte sinistre attirant les gens vers un sort horrible.

Le détective découvre les véritables intentions de la secte un peu trop tard, et dans l’une des fins de film les plus effrayantes de tous les temps, les membres de la secte d’un calme effrayant l’enferment dans l' »homme en osier » titulaire et le brûlent rituellement au sol.

4 : Damien (La Malediction)

Avant ses contributions révolutionnaires aux genres de super-héros et de copains flic, Superman et L’Arme Fatale, Richard Donner a fait une contribution révolutionnaire au genre d’horreur : le must du surnaturel de 1976 avec La Malediction.

Tout au long du film, il devient inquiétant pour les Thorns que leur fils adoptif Damien soit l’Antéchrist et le fils du Diable.

5 : Margaret White (Carrie au bal du diable)

L’argument pourrait être avancé que Carrie elle-même est la méchante d u film du meme nom de Brian De Palma’s , puisque le film culmine lorsque Carrie utilise ses pouvoirs de télékinésie nouvellement découverts pour se lancer dans une tuerie brutale. Mais les deux premiers actes montrent clairement que Carrie est poussée dans sa rage meurtrière par une combinaison d’intimidateurs impitoyables de la cour d’école et d’une mère abusive et autoritaire.

Cette dernière, Margaret White, est le portrait par excellence d’un parent terrible (et d’un fanatique religieux). Piper Laurie a été nominée pour la meilleure actrice dans un second rôle aux Oscars pour son rôle effrayant dans le rôle de Margaret.

6 : Le Requin ( Les Dents De La Mer)

Steven Spielberg a été le pionnier du blockbuster de l’été avec son joyau révolutionnaire de 1975, Les Dents De La Mer. Le grand requin blanc géant terrorisant l’île d’Amity n’a que quelques minutes de temps d’écran dans le film, mais Spielberg utilise des suggestions hors écran et un suspense dont il a le secret pour en faire une présence terrifiante tout au long de la durée d’exécution du film.

Ce qui est laissé à l’imagination du public est indéniablement plus horrible que tout ce qui est à l’écran. Le fait que certains téléspectateurs aient encore peur d’aller dans l’océan près d’un demi-siècle après la sortie de Jaws en salles témoigne de l’efficacité de ses sensations fortes.

7 : Pazuzu (L’Exorciste)

L’antagoniste démoniaque du blockbuster surnaturel de William Friedkin L’Exorciste n’a pas d’apparence physique. Au lieu de cela, Pazuzu apparaît comme une statue menaçante dans la prémonition d’ouverture et possède plus tard Regan MacNeil, 12 ans.

Le mal de Pazuzu se manifeste à travers les changements radicaux de la personnalité de Regan après la prise de contrôle du démon. Il peut voir dans l’âme des gens et leur renvoie grossièrement leurs pires insécurités (comme dire à un père Karras en deuil, « Votre mère suce des queues en enfer! »).

8 : Le Xenomorphe (Alien : le huitième passager)

La créature vedette de l’opus d’horreur de science-fiction de Ridley Scott de 1979, Alien, est le monstre ultime du cinéma. Le design obsédant de H.R. Giger est une inversion inquiétante de la forme humaine familière, et il est responsable de certains des moments les plus terrifiants du cinéma d’horreur.

Le bébé xénomorphe naît horriblement de la poitrine d’un membre d’équipage, puis il atteint la taille d’un adulte dominant ses victimes sans méfiance en quelques heures. Sa salive acide brûle à travers la coque du navire alors qu’il traque les astronautes un par un, se faufilant sur eux en silence avant de bondir.

9 : Leatherface (Massacre à la Tronçonneuse)

Les sensations de genre minimalistes de Massacre à la Tronçonneuse de Tobe Hooper en ont fait le chef-d’œuvre d’horreur. C’est parfaitement rythmé, il ose les téléspectateurs dégoûtés de détourner le regard et il a l’un des méchants les plus emblématiques de tous les temps.

Leatherface est un cannibale qui traque des jeunes sans méfiance, les frappe avec un marteau, les accroche à des crochets à viande et les sert lors de ses dîners de famille traditionnels. Puisqu’il est prouvé que les Hardesty ont profité des abattoirs, Leatherface agit comme une satire ironique de l’industrie de la viande.

10 : Michael Myers (Halloween)

L’inoubliable scène d’ouverture du hit de John Carpenter en 1978, Halloween, montre le premier meurtre de Michael Myers de son point de vue. Après avoir poignardé sa sœur à mort, le masque de son costume d’Halloween est retiré pour révéler qu’il n’a que six ans.

La majeure partie du film voit un Michael adulte errer dans Haddonfield vêtu d’une combinaison et d’un masque effrayant de William Shatner, commettant inconsciemment d’autres meurtres. Entouré par la mystique de la curieuse exposition de Donald Pleasence en tant que psychiatre déconcerté de Michael, « Le Croque-Mitaine » est devenu réputé comme l’incarnation sans visage de la rage meurtrière.

Voir aussi :

10 Films d’horreur basés sur des cultes réels

10 films d’horreur oubliés des années 70 qui pourtant étaient excellents

10 Road Movies d’horreur oubliés mais a voir absolument

10 Films d’horreur basés sur le folklore et la mythologie

10 films d’horreur réalisés dans des circonstances étranges ou difficiles

………

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 4 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Giarrusso Flavia 393 Articles
Passionnée de films d'horreur depuis de longues années .....qui aime fouiner a chercher le top en matière d'actualité. Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*