The House That Jack Built : Le sérial Killer qui à inspiré le personnage de Jack interpreté par Matt Dillon



Le film est une interprétation unique du sous-genre d’horreur du tueur en série, car Jack est un livre ouvert sans rien à cacher. Comme Virgil (Bruno Ganz), appelé Verge, détaille les neuf cercles de l’enfer représentés dans la comédie divine de Dante Alighieri au 14ème siècle, L’enfer de Dante, les crimes de Jack sont représentatifs de chaque couche. Plus il va en détail, plus loin dans l’enfer les personnages vont. Dante est sans doute l’architecte du concept moderne de l’enfer et de ses punitions, tandis que Jack est un architecte de son propre design meurtrier.

Dans l’ordre, les cercles de l’enfer incluent les limbes, la luxure, la gourmandise, l’avarice (avidité), la colère, l’hérésie, la violence, la fraude et la trahison. Satan et Judas résident dans le neuvième cercle car ils sont connus pour leurs actes perfides. À la fin du film, Jack rejoint les infâmes traîtres. Alors que Bundy a commis ses crimes dans les années 1970, il était considéré comme l’incarnation humaine du mal, dépourvu d’empathie et de remords. Cette équation à elle seule fait de Bundy et Jack deux exemplaires, la quintessence de la malveillance, mais il y a tellement plus à leurs similitudes.

Comment Ted Bundy a inspiré Matt Dillon pour le personnage de Jack

Ted Bundy était connu pour son charme et sa beauté, ce qui lui a fait grandir un grand nombre de jeunes femmes qui se sont battues pour son innocence malgré la certitude de sa culpabilité. S’inspirant du tueur infâme, Dillon a utilisé le diagnostic sociopathe de Bundy pour créer un personnage qui a présenté extérieurement les archétypes de la psychopathologie. Jack entretient également diverses relations avec des femmes qui ignorent totalement ses crimes, tout comme Bundy au début de sa vague de meurtres dans le Pacifique Nord-Ouest. Les deux tueurs utilisent leur charisme pour manipuler les femmes dans des relations ou des situations où elles sont seules avec lui afin qu’il puisse en profiter d’une manière ou d’une autre.

Une fois que Bundy était seul avec ses victimes, il les tuerait de certaines des manières les plus néfastes. De même, Jack détaille plusieurs incidents dans le film où il obtient des femmes seules afin de les chasser pour le sport ou de les tuer brutalement comme il le souhaite. Alors que le bilan officiel de Bundy est de trente morts, les responsables de l’application des lois présument qu’il a tué beaucoup plus de personnes. Selon le film, Jack a tué plus de soixante personnes, ce qui peut être attribué au nombre présumé de véritables dénombrements corporels de Bundy. En substance, ces deux tueurs sont presque des reflets l’un de l’autre.

Lorsque Lars von Trier a écrit le scénario, il est difficile de déduire s’il a également utilisé Bundy comme source d’inspiration pour le personnage ou s’il s’agissait d’une licence artistique de la part de l’acteur. Quoi qu’il en soit, Dillon a vu les similitudes et a recherché tous les détails, les expressions faciales et le maniérisme subtil du tristement célèbre tueur en série pour donner vie à Jack. The House That Jack Built examine habilement la montée d’un tueur en série et donne un regard unique dans l’esprit de Jack; il se distingue des offres similaires en créant un personnage fictif qui est encore imprégné d’une réalité étrange. La performance et le dévouement de Dillion à son métier en reliant intelligemment les points entre Jack et Ted Bundy n’ont fait qu’ajouter aux horreurs du film de von Trier.

 

 



Frere Yannick
A propos Frere Yannick 710 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*