10 anciens films d’horreur qui étaient bien en avance sur leurs temps

0
(0)

Les films les plus effrayants de l’histoire du cinéma ont tendance à être ceux qui étaient trop choquants pour le public au moment de leur sortie. Que la perturbation collective découle des thèmes terrifiants d’un film, des tons bouleversants ou de l’imagerie graphique, le genre d’horreur a toujours été riche en films qui étaient bien en avance sur leur temps. Ce n’est qu’avec le recul qu’ils ont tendance à obtenir la reconnaissance qu’ils méritent.

Alors que bon nombre des classiques d’horreur les plus célèbres se sont avérés en avance sur leur temps, il existe également plusieurs films d’horreur anciens, oubliés et internationaux qui ont eu un impact similaire lors de leur sortie.

1 : Freaks (1932)

Freaks de Tod Browning n’est pas seulement un film qui effraie encore le public à ce jour, mais il présente également des artistes de cirque de la vie réelle à l’époque, une décision de casting bien en avance sur son temps.

Il y a presque un siècle, Freaks suit Cléopâtre (Olga Baclanova), une artiste de trapèze qui tente d’escroquer un autre artiste nommé Hans (Harry Earles) de l’argent gagné en travaillant comme attraction de spectacle de cirque. Lorsque Cleo ivre insulte ses collègues, ils l’attaquent violemment pour en faire l’une des leurs.

2 : La fiancée de Frankenstein (1935)

En plus de se vanter d’un premier rôle féminin de premier plan, La fiancée de Frankenstein de James Whale est souvent salué comme la première véritable comédie d’horreur jamais produite et l’une des meilleures suites d’horreur jamais réalisées. Bien que bien accueilli à l’époque, le film a gagné en appréciation au cours des 85 dernières années.

Le mélange hétéroclite d’humour et d’horreur survient lorsque le Dr Frankenstein (l’hystérique Colin Clive) tente de créer une compagne pour son monstre boulonné (joué par Boris Karloff). Le film a fait l’objet d’une censure sévère sur certaines iconographies religieuses, ainsi que sur des décès à l’écran et hors écran.

3 : Les Diabolique (1955)

Refait en Amérique 40 ans plus tard,Les Diabolique d’Henri-Georges Clouzot était si alarmant au moment de sa sortie qu’il a attiré pour la plupart des critiques négatives. Au cours des années et des décennies qui ont suivi, il a été reconsidéré comme un véritable chef-d’œuvre.

L’intrigue concerne une femme vengeresse qui complote pour tuer son mari , le faisant avec l’une de ses maîtresses. La scène dans laquelle le mari se lève d’une position immergée dans une baignoire pour révéler qu’il est toujours en vie a rendu les téléspectateurs de 1955 carrément apoplectiques.

4 : La nuit du chasseur (1955)

DarKMovies

Dans le seul film réalisé par l’acteur oscarisé Charles Laughton, La nuit du chasseur était une bombe notoire au box-office lors de sa sortie en 1955. Rétrospectivement, il a été salué comme un coup de maître absolu dans la terreur et le suspense.

Robert Mitchum joue Harry Powell, un homme religieux radical qui apprend d’un codétenu que 10 000 $ en espèces volées sont enterrés quelque part sur la propriété de l’homme. Avec les mots amour et haine tatoués sur ses jointures opposées, Harry terrorise la femme de l’homme et ses deux jeunes enfants alors qu’il cherche de l’argent.

5 : Jigoku (1960)

Avec une mention honorable pour le film d’horreur dramatique japonais de 1964 Onibaba, le film d’horreur hyper-sanglant de Nobuo Nakagawa, Jigoku a inspiré le style visuel de Mario Bava, Dario Argento et bien d’autres à venir.

Jigoku (en japonais pour “Hell”) suit une bande de mécréants pécheurs envoyés en punition dans une représentation bouddhiste de l’enfer. Panoramique à l’époque, le film est devenu un culte favori parmi les cinéphiles d’horreur hardcore pour ses effets gore pionniers et ses visuels.

6 : La nuit des morts-vivants (1968)

La nuit des morts-vivants, le chef d’oeuvre de George A. Romero, était en avance sur son temps pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le film met en vedette un acteur afro-américain (Duane Jones) dans le rôle du héros du film, une rareté à l’époque.

Deuxièmement, le commentaire social thématique du film est venu à l’apogée du mouvement des droits civiques en Amérique, rendant le casting de Jones doublement important. Le film a presque créé le modèle de genre de goules mort-vivantes affamées de chair se réanimant de la tombe avec une intention mortelle de se nourrir des vivants.

7 : Les Yeux sans visage (1960)

L’influent film d’horreur français de 1960 de Georges Franju, Les Yeux sans visage présente des images graphiques intenses qui sont encore ultra-effrayantes aujourd’hui, peu importe au moment de sa sortie. L’histoire concerne un médecin fou qui vole le visage des victimes pour réparer le visage de sa fille gravement altéré lors d’un accident.

Une scène particulière de chirurgie faciale semble si réelle que le public à l’époque «tomba comme des mouches», selon le livret du DVD de Criterion Collection. La scène a dû être censurée pour la sortie américaine de 1962.

8 : Le voyeur (1960)

Le film d’horreur britannique de Michael Powell, Le voyeur datant de 1960, est antérieur à l’expression «film à priser» d’une décennie, mais explore l’idée dans des détails inquiétants. Le film suit Mark Lewis (Carl Bohm), un beau photographe qui tue des femmes avec un couteau caché dans la jambe de son trépied d’appareil photo.

Cependant, Tom ne tue pas pour apaiser sa soif de sang. Il assassine des femmes pour pouvoir capturer leurs réactions effrayantes sur film dans leurs derniers moments vivants. Le film fusionne slasher et tropes d’horreur psychologique revisité deux mois plus tard avec la sortie de Psychose de Hitchcock.

9 : Psychose (1960)

Avec Le voyeur, Psychose d’Alfred Hitchcock est considéré comme l’ancêtre du sous-genre d’horreur slasher. Les deux films étaient embourbés dans la controverse au moment de leur sortie, mais Psychose est devenu un classique de l’horreur intouchable.

Psychose a également brisé le moule pour tuer son personnage principal, Marion Crane (Janet Leigh), à la moitié du film, ce qui était un tabou majeur à l’époque. Norman Bates a également résisté aux conventions en tant que tueur en série, qui a enfilé des vêtements de femmes pour ressembler à sa mère décédée, qui sert de catalyseur à la finale palpitante du film.

10 : Shining (1980)

Croyez-le ou non, Shining a été critiqué par la majorité des gens qui l’ont vu au moment de sa sortie en 1980. Mais comme toute l’œuvre de Stanley Kubrick, le film s’est avéré être bien en avance sur son temps en tant que pièce de puzzle psychologique horrible imprégnée dans le symbolisme.

Après la sortie du film, Stanley Kubrick a remporté un Razzie Award pour le pire réalisateur, tandis que Shelly Duvall a remporté un Razzie pour la pire actrice. Maintenant, le film occupe la 63e place du Top 250 d’IMDB et est unanimement salué comme l’un des plus grands films d’horreur de tous les temps jamais réalisés.

 

Qu'en Pensez vous ?

Votre avis compte

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.



A propos Frere Yannick 894 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*