5 façons dont Rob Zombie a révolutionné la réalisation de films d’horreur (et 5 façons de déraper)



Aimez-le ou détestez-le, le musicien et cinéaste Rob Zombie est définitivement une figure emblématique à part entière. Réalisateur d’horreur de premier plan depuis les deux dernières décennies, Zombie est populaire pour ses films d’horreur hyper-violents et dérangeants qui s’appuient souvent sur des criminels sadiques plutôt que sur des êtres surnaturels. Les débutants de sa filmographie peuvent vivre l’expérience quintessentielle de Rob Zombie en regardant sa trilogie de la famille Firefly, une série qui traite principalement des membres d’un culte homicide déchaînant leur règne de terreur dans l’arrière-pays du Texas.

Après avoir créé des personnages emblématiques comme le clown tueur Captain Spaulding et sa fille maniaque Baby Firefly, Zombie a également eu d’autres expériences comme un redémarrage d’Halloween et une comédie musicale animée pour adultes Le monde hanté d’El Superbeasto. Même si la plupart de ses œuvres ont été des succès au box-office, il est définitivement une figure polarisante parmi les critiques et le public.

10 : Révolutionné: style de cinéma brut et granuleux

Il y a quelque chose dans le style de cinéma de Rob Zombie qui semble brut et réaliste. Ses films sont définitivement élégants, mais ils ne semblent pas se concentrer sur des décors ou des dessins de production extrêmement somptueux ou nuancés. Plutôt que de s’appuyer sur des horreurs nocturnes, la plupart de ses films se déroulent lors des chaudes journées d’été contre des paysages désertiques. Le style d’horreur et les sensations fortes qu’il procure pourraient même rappeler aux téléspectateurs le style néo-occidental caractéristique de l’auteur Robert Rodriguez.

Ses personnages bruyants, sa violence inquiétante et ses acteurs récurrents comme Sid Haig et sa femme Sheri Moon Zombie en font un style unique qui est devenu sa marque de fabrique.

09 : Dérapage : La Monotonie dans le style

Alors que la trilogie Firefly avait un style de ridicule conscient de soi, ses autres films comme 31 ne pouvaient pas retravailler les mêmes sensations. C’est également un problème avec les redémarrages d’Halloween, car sa violence extrême et sa nudité dans ces films semblaient un peu trop inutiles. Bien qu’il ait essayé de rompre avec l’horreur atmosphérique de John Carpenter dans l’original, le style de Zombie semblait un peu déplacé.

Quant à ses autres films, l’histoire et les arcs de personnages deviennent un peu prévisibles, avec des paramètres et des personnages similaires. Pendant ce temps, d’autres réalisateurs d’horreur actuels comme James Wan et Mike Flanagan essaient d’être aussi polyvalents que possible.

08 : Révolutionné : l’inclusion des sectes

Mettre en scène des cultes meurtriers n’est pas nouveau , mais le remaniement de l’horreur culte par Zombie a donné des résultats intéressants. On peut avoir de fortes influences de Charles Manson avec les antagonistes de House of 1000 Corpses. En fait, le personnage d’Otis Driftwood présente de nombreuses similitudes avec Manson lui-même. De plus, Les Seigneurs de Salem présentent un groupe de femmes adorant Satan.

Mis à part le cliché adorateur du diable, Zombie est un maître dans la création de cultes de clowns tueurs, comme on le voit dans 31, et du capitaine Spaulding, le chef de la famille Firefly.

07 : Dérapage : Les redémarrages d’Halloween

Halloween et Halloween II de Zombie étaient des tentatives décentes de retravailler l’histoire classique du slasher, mais, d’une manière ou d’une autre, ils n’ont pas réussi à laisser une marque. Bien qu’elles soient certainement meilleures que les suites inutiles du film original, la version de Zombie semblait manquer d’âme.

La première partie, en particulier, a suscité des réactions favorables dans ses premières scènes. Les critiques ont loué la façon dont Zombie a tenté d’examiner plus en profondeur les origines et les motivations meurtrières de Michael Myer. Cependant, à son deuxième acte, beaucoup ont été déçus et ont trouvé que le film n’était qu’un montage d’éléments slasher familiers. La suite a attiré des critiques plus défavorables pour mettre l’accent sur le sang sur les sensations fortes. Personnellement j’ai aimé son style dans les deux films .

06 : Révolutionné : Focus sur le réalisme surnaturel

Jouer avec des éléments surnaturels peut conduire à une sursaturation du genre de l’horreur, et seuls quelques réalisateurs magistraux peuvent encore y parvenir. Zombie, cependant, est excellent pour créer un décor d’horreur plus ancré et crédible. Les fantômes et les goules ne sont peut-être pas réels, mais les clowns psychotiques et les cultes tueurs sont bien réels.

Il suffit de prendre la brillante représentation du capitaine Spaulding par Sid Haig. Le clown tueur, mieux illustré dans The Devil’s Rejects, est terriblement effrayant avec ses dents sales et son maquillage laid. Le personnage est également crédible en raison d’influences réelles comme John Wayne Gacy, un clown performant qui s’est avéré être un tueur en série notoirement sadique.

05 : Dérapage : Du style plutôt que de la profondeur

Comme Robert Rodriguez susmentionné ci-dessus, de nombreux films de Zombie sont lourds de style mais manquant de substance dans la profondeur. Ses films se vantent d’un style à petit budget, d’effets de maquillage diversifiés, d’une violence sanglante, mais ces éléments manquent encore de profondeur. On se souvient aujourd’hui de la plupart de ses films pour quelques scènes emblématiques et des personnages excentriques plutôt que pour le scénario en lui-même.

04 : Révolutionné: un humour décalé pour accompagner la violence

Rob Zombie a clairement un sens de l’humour malade et tordu, et cela se voit que des films comme The Devil’s Rejects font aussi de grandes comédies noires. Il y a des fouilles sarcastiques chez les flics, les chefs de sectes et des blagues auto-parodiques sur le genre d’horreur lui-même. Les conversations aléatoires entre des personnages comme les frères et sœurs Firefly ou les diatribes d’une figure autoritaire en colère comme le shérif, de telles scènes ajoutent beaucoup d’humour sarcastique à l’histoire.

Cela semble être un élément bienvenu car Zombie équilibre bien les tons dramatiques et comiques sans faire de ses films des comédies d’horreur effrontées ou des drames à combustion lente.

3 : Dérapage : violence exagérée et manque d’atmosphère

La violence peut certainement être un élément cinématographique assez bon tant qu’elle est utilisée de manière créative. Il suffit de regarder les diverses méthodes de Quentin Tarantino pour répandre des flaques de sang. Les films de Zombie évoquaient initialement un sens unique d’hyper-violence dans le cinéma d’horreur, mais, à présent, il a exagéré ses styles violents au point que son sang semble gadget.

Peut-être qu’il peut maintenant retravailler son style et souligner une bonne horreur atmosphérique pour créer des sensations fortes. Alternativement, il peut utiliser la violence dans les scènes les plus inattendues plutôt que d’adopter une palette de couleurs rouge sang pour l’intégralité du film.

2 : Révolutionné : Le remaniement de films de série B

Avant que les styles de films B ne redeviennent cool avec Machete de Robert Rodriguez ou Slither de James Gunn, Rob Zombie avait déjà apporté une résurgence du film B avec House of 1000 Corpses et The Devil’s Rejects. La raison pour laquelle ces deux films semblent un peu non conventionnels et organiques par rapport aux autres horreurs de leur temps était cette influence directe du genre d’exploitation d’antan.

Le bricolage-gore et le maquillage ont donné aux téléspectateurs un sentiment d’horreurs de monstres à petit budget ou de films de zombies classiques de George A Romero. Alors que les autres films d’horreur hollywoodiens étaient principalement des remakes de films japonais, Zombie a expérimenté son propre style lo-coast.

1 : Dérapage : Caractères unidimensionnels

Les personnages de Zombie sont aussi emblématiques que les films, principalement en raison de leur énergie folle et de leurs dialogues cités. Au-delà de cela, ces personnages sont encore légèrement unidimensionnels. Le plus souvent, le public peut s’attendre à ce qu’ils ressemblent tous à des têtes de métalleux minables aux cheveux longs car Zombie lui-même porte cette apparence) avec un intérêt à enfreindre la loi et à torturer des civils pour des plaisirs banals.

Les luttes personnelles ou les dilemmes internes de ces personnages sont généralement absents. Cette attitude insouciante et imprudente peut sembler appropriée pour quelques-unes de ses œuvres, mais on peut s’attendre à une dissection plus détaillée de ses personnages, compte tenu de son statut de culte. Halloween a tenté de faire de même, bien que dans une mesure plus limitée.

 



Frere Yannick
A propos Frere Yannick 815 Articles
Grand passionné de Films d'horreur et fantastique depuis des décennies Fait partie du Projet : Court métrage de Darkmovies en tant que scénariste et réalisateur ainsi que de la création d'un futur projet ayant avoir avec le cinéma d'horreur en Belgique .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*